Montréal: faut-il donner moins à Jean pour habiller Paul?

Publié le 27/10/2014 à 17:38

Montréal: faut-il donner moins à Jean pour habiller Paul?

Publié le 27/10/2014 à 17:38

Juste l'exercice?

Chez les arrondissements perdants, des critiques se sont élevées sur le choix de certains paramètres.

Ainsi, un secteur peut avoir un très grand parc, mais ne pas avoir la même pression de fréquentation. Les parcs du centre-ville demandent généralement plus de travail de nettoyage en raison de leur fréquentation. Or, le critère de densité n'a pas été retenu dans les paramètres.

À ce problème d'ajustement de quelques paramètres pour les services de base, s'en ajoute un autre: celui du nivèlement des services offerts. Outremont, par exemple, offrait à ses citoyens le déblaiement des ruelles. Ce n'est pas considéré comme un service de base dans la nouvelle paramétrisation. Et c'est probablement une bonne partie de l'explication des pertes de financement qu'encourt l'arrondissement (-19,3%).

Dans la même veine, il n'est pas impossible non plus que dans un arrondissement qui aurait fait le choix d'offrir plus de bibliothèques, l'une d'elle doive fermer parce que l'offre est trop importante par rapport à la moyenne.

À l'époque des défusions, si ces données avaient été connues, il est probable que l'on aurait assisté à quelques départs. Et on peut comprendre la grogne des citoyens des municipalités à qui on demandera de casquer davantage pour conserver un niveau de services qu'ils ont toujours eu.

À jeter aux poubelles l'opération?

Non.

Les élus des arrondissements mécontents n'ont pas tort de dire qu'il n'ont pas été consultés sur les résultats finaux de l'opération. Mais, on l'a vu, celle-ci est en cours depuis avant la dernière élection. Il y avait consensus dans la région de Montréal sur la nécessité d'harmoniser le financement des services de base en fonction de la performance et de la réalité terrain. Si les élus n'ont pas été consultés sur les conclusions de l'opération, l'appareil administratif de tous les arrondissements a tout de même, lui, contribué à l'élaboration des paramètres. Et s'il y a contribué, c'est qu'il avait eu feu vert des élus locaux.

Le résultat en déçoit certains, mais il est là. Lorsque l'on entre dans un jeu parce qu'on le juge équitable, il faut accepter le verdict des dés.

L'opération est perfectible, mais est dans son essence une bonne chose pour Montréal à long terme. Le financement des services sera désormais ajusté en fonction d'une saine performance et des contraintes terrain. Ceux qui en veulent davantage devront payer davantage, par l'entremise de la taxe locale.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?