Investieriez-vous l'argent de votre retraite dans une banque au Ghana?

Publié le 24/03/2010 à 11:30

Investieriez-vous l'argent de votre retraite dans une banque au Ghana?

Publié le 24/03/2010 à 11:30

Les marchés émergents ne rapportent plus assez, quant à la Chine elle est en surchauffe, l’Europe en crise et l’économie américaine ne cesse de lancer des messages contradictoires.


La solution : les marchés « frontières » (frontiers market). Pensez Ghana, Nigéria, Kenya, par exemple. Bien sûr, le Nigéria est le second pays le plus corrompu au monde, les banques nigériannes manquent de transparence et leur gouvernance est plutôt sommaire mais qu’importe, le marché a grimpé de 20% et les titres sont à peu près tous sous-évalués.


Non, je n’ai pas perdu l’esprit. Je reprends simplement les propos et recommandations de certains banquiers, économistes et gestionnaire de fonds, tels que présentés dans cet article du Financial Times, qui incitent leurs clients à miser sur les marchés "frontières".


SUIVEZ-MOI SUR  TWITTER: diane_berard


Les cow-boys de l’investissement sont donc revenus. Visiblement, la crise ne leur a pas trop laissé de séquelles. Que faut-il en penser?


On peut se dire que, tout comme la Chine et l’Inde avant eux, que c’est au tour de ces marchés frontières de prendre leur place sur l’échiquier économique mondial. Et que « les bonnes pratiques de gouvernance » et la « transparence » occidentales suivront avec le commerce.


Mais, si je me fie aux nombres de cas de corruption et pots-de-vin de la part de cadres de sociétés occidentales installées à l’étranger je ne suis pas certaine que commercer avec l’Occident soit nécessairement un ticket pour la sainteté! Enfin, on peut toujours espérer.


Il faut savoir  que ce ne sont pas que les investisseurs casse-cou qui lorgnent vers les marchés « frontières ». Bientôt, votre précieux fonds de pension pourrait bien être investi dans une banque nigérianne.


Si si. Aux États-Unis, certains consultants commencent à suggérer aux caisses de retraite de placer une partie de leurs billes  dans ces marchés « frontières » parce que ceux-ci sont peu exposés aux impacts de l’inflation galopante des pays occidentaux. Une question de diversification les risques. Je veux bien diversifier mes risques. Mais, soyons honnêtes,est-ce vraiment la raison pour laquelle un investisseur choisirait le Ghana? Ne serait-ce pas plutôt le simple appât du gain parce que le BRIC ne rapporte plus assez ni assez vite?


En passant, l’Afrique est la dernière frontière.


 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Le Royaume du Lesotho, terre d'essai du 5G

07/09/2018 | AFP

Il propose un débit maximal de 700 mégabits par seconde qui permet de télécharger un film en une poignée de secondes.

Le Maroc, porte d'entrée du marché africain

Édition du 30 Juin 2018 | François Normand

Le Québec voit de plus en plus le Maroc dans sa soupe. C'est pourquoi le gouvernement Couillard ouvrira un bureau de ...

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Trop de pression au travail? Voici une solution géniale!

21/03/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une astuce aussi simple qu'efficace signée Anders Indset, le «Platon rock'n'roll du management»...