SNC-Lavalin : a-t-on aplani le chemin du Sauveur ?

Publié le 21/08/2012 à 09:12, mis à jour le 21/08/2012 à 09:12

SNC-Lavalin : a-t-on aplani le chemin du Sauveur ?

Publié le 21/08/2012 à 09:12, mis à jour le 21/08/2012 à 09:12

Par François Pouliot

Combien vaut SNC?

Dans pareil contexte, combien devrait-on actuellement payer pour SNC ?

La meilleure façon de procéder est sans doute de tenter de voir la valeur de ses investissements dans les concessions et de lui ajouter celle de sa division d'ingénierie.

Le portefeuille de concessions (participations dans l'autoroute 407, AltaLink, le centre hospitalier McGill, Astoria, etc.) est généralement évalué entre 19 et 21 $ par action par les analystes de notre univers. Optons pour la valeur médiane : 20 $.

Reste alors à donner une valeur aux activités d'ingénierie, le plus difficile de l'opération.

Contre toute attente, le carnet de commandes a augmenté de 14 % par rapport à l'an dernier au deuxième trimestre et de 1,7 % par rapport au trimestre précédent. Une hausse assez surprenante compte tenu de tout le bruit entourant les allégations de corruption. Une hausse qui augure très bien à première vue pour la suite des choses. La direction se montre cependant prudente au cours des prochains mois et indique que le carnet pourrait glisser dans les prochains mois, étant donné le ralentissement dans le secteur minier et dans l'industrie des sables bitumineux.

SNC roule actuellement avec des revenus annuels qui oscillaient autour de 7,6 G $. Son carnet est à 10,7 G $. Au dernier trimestre, elle a encore rentré plus de commandes en valeur qu'elle n'en a exécutées. Teintons donc l'avenir d'une dose de négativisme en postulant que les commandes ralentiront et que ce qui rentre au carnet deviendra relativement égal à ce qui sort.

Il reste ensuite à voir quelle marge SNC pourra avoir sur ce carnet de commandes. Avec les mauvaises nouvelles, la direction guide vers un bénéfice d'environ 225 M $ pour la deuxième moitié d'année, ce qui, si on exclut la contribution des concessions, laisse un bénéfice d'environ 0,55 $ par action, par trimestre (merci à la CIBC pour le calcul). Annualisé, cela veut dire un bénéfice autour de 2,20 $ par action. Retenons 2 $.

Il faut enfin déterminer le multiple à appliquer à cette projection. On a vu toutes sortes de multiples être utilisés dans notre univers d'analystes. De 10 à 13 fois le bénéfice attendu. On prendrait le plus bas, qui est en outre pas mal celui du secteur. Ce qui veut dire : 20 $ de valeur par action pour la division ingénierie.

Petite mathématique : 20 $ + 20 $ (les concessions) = 40 $.

C'est ce à quoi devrait pas mal actuellement se négocier le titre de SNC, sous des hypothèses conservatrices, teintées de pessimisme.

Il s'échange plutôt autour de 37,24 $.

Constat ?

Si l'économie tient, le chemin paraît effectivement en partie aplani pour M. Card. Pas seulement au sein de l'entreprise, mais sur le marché boursier aussi.

DANS LE DÉTAIL

Sur le radar

SNC-Lavalin sur cinq ans

(SNC, 37,50 $)

Les données de marché

Symbole SNC

Prix actuel 37,24 $

Fourchette 52 sem. 34,92-55,95 $

Dividende 0,88 $

Valeur boursière 5,7 G $

Prévisions de bénéfices par action (incluant les participations Infrastructures)

ANNÉE / 2012 / 2013

31 déc. / 2,21 $ / 2,87 $

T1 / 0,44 $ / 0,59 $

T2 / 0,21 $ / 0,66 $

T3 / 0,68 $ / 0,75 $

T4 / 0,75 $ / 0,77 $

Recommandations des analystes

Achat 2

Surperforme 3

Conserver 7

Sous-performe 1

Vendre 0

Cible des analystes

Moyenne 45,67 $

Plus élevée 56 $

Plus basse 40 $

Source : Thomson Reuters

Source : Thomson Reuters

blogue > www.lesaffaires.com/francois-pouliot

francois.pouliot@tc.tc

À la une

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.

Rentables, les fonds de travailleurs?

EXPERT INVITÉ. Les fonds de travailleurs représentent assurément une option pertinente, voici pourquoi:

Canada: les villes veulent 7 G$ pour des logements abordables

Les maires de villes au Québec espèrent, du même coup, plus de flexibilité dans le processus.