La chute de Gildan offre une occasion d'achat à saisir progressivement

Publié le 10/12/2011 à 00:00

La chute de Gildan offre une occasion d'achat à saisir progressivement

Publié le 10/12/2011 à 00:00

Le 1er décembre, le fabricant de vêtements de sport Gildan prévenait les investisseurs qu'il réaliserait une perte au prochain trimestre et abaissait ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice 2012. Le titre a fortement réagi, chutant de 24,50 $ à 16,50 $ avant de se redresser légèrement. À ce prix et considérant les plus récentes prévisions, que devrait-on faire avec le titre ? Réponse de quatre gestionnaires.

«C'est une occasion d'achat, mais sans presse. Il y a de meilleures aubaines à court terme.» - Mark Pugsley, Investissements Standard Life

M. Pugsley s'attendait à des prévisions faibles pour le premier trimestre de 2012, mais pas de cette ampleur. Et les déceptions ne sont pas finies, prévient le gestionnaire. «Je ne suis pas certain que la direction ait suffisamment réduit ses prévisions pour les deuxième et troisième trimestres de 2012, ce qui me fait craindre qu'elle ne rate encore la cible.» Comme des résultats inférieurs aux attentes plomberaient davantage le titre en Bourse, M. Pugsley choisit d'attendre un peu, question de voir ce que livrera l'entreprise lors des prochains trimestres.

À long terme, toutefois, le gestionnaire garde confiance. L'entreprise a plusieurs avenues de croissance et se démarque par sa production à faible coût.

«La direction a placé les anticipations tellement basses qu'elle les dépassera.» - Christian Godin, Montrusco Bolton

Douleureuse à court terme pour les actionnaires, la décision de Gildan de réviser ses prévisions s'avérera bénéfique à moyen et long termes, croit M. Godin. «Gildan veut rester celui qui fixe les prix plutôt que celui qui réagit, et c'est une stratégie qui se défend.»

Même s'il a été surpris par l'ampleur de la révision, le gestionnaire a profité de la correction du titre pour en acheter un peu. L'action reste d'ailleurs encore attrayante à ses yeux, même si elle a remonté légèrement depuis. «Je pense que le titre reviendra dans la fourchette des 25 à 30 $ au cours des 12 à 18 prochains mois.»

«La réaction du marché était exagérée puisqu'il n'y a pas de changements structurels.» - Nicolas Chevalier, Pembroke

Manifestement, les récentes annonces de Gildan étaient décevantes, convient M. Chevalier. Par contre, les mesures prises par le fabricant pour conserver sa position dominante le rassurent. Gildan diminuera en effet ses prix et dédommagera ses clients pour la valeur de leur inventaire. «Ce sont des initiatives extrêmement coûteuses, comme on le constatera aux deux prochains trimestres, mais elles sont pertinentes et originales puisque les concurrents n'ont pas encore suivi.»

Après une réaction «de choc», le titre de Gildan est une occasion d'achat, croit M. Chevalier. Vu l'incertitude, le gestionnaire préfère toutefois ne pas s'avancer sur la trajectoire du titre.

«On commence à acheter, mais progressivement. On ne sait pas jusqu'à quel point le marché a escompté les problèmes.» - Alain Chung, Claret

S'il y a une difficulté en placement, c'est bien de trouver le plancher d'un titre en Bourse. Comme il n'est pas convaincu d'avoir les deux pieds dessus, Alain Chung joue de prudence et n'a accumulé que 20 % de la position totale qu'il souhaite avoir dans Gildan. «C'est une entreprise très bien gérée, qui souffre de problèmes temporaires. Son titre nous intéresse, mais nous préférons y aller progressivement.»

L'effet du prix du coton est regrettable, mais devrait se régler d'ici trois à cinq trimestres, croit-il. À ce moment, le titre vaudra selon lui de 25 à 30 $. D'ici là, il fluctuera peut-être encore. Quant au plancher, on saura qu'on l'a atteint lorsque le marché ne réagira plus négativement à la publication des résultats financiers.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

La résilience de l'industrie pétrolière subit son pire test

BLOGUE INVITÉ. L'industrie du pétrole vit la pire crise de son histoire. Quelles perspectives? Réponses d’Yvan Cliche.

Québec investit 100M$ pour aider à la formation de vos employés

Mis à jour il y a 3 minutes | Catherine Charron

Les entreprises, qu'elles soient fermées ou non, se verront remettre une somme maximale de 100 000$.

L'intelligence artificielle, ça mange quoi en hiver?

BLOGUE INVITÉ. On lui voue un respect mérité, sans toutefois pouvoir s'empêcher de ressentir une certaine crainte.