INGÉNIEURS Objectif : revoir la loi qui régit la profession

Publié le 15/01/2011 à 00:00

INGÉNIEURS Objectif : revoir la loi qui régit la profession

Publié le 15/01/2011 à 00:00

Par Céline Poissant

La relève ! Voilà la réponse donnée par Maud Cohen, présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ), à la question sur les principaux enjeux auxquels est confronté l'ordre professionnel. En effet, quelque 30 % des 59 315 membres de l'OIQ ont plus de 50 ans. C'est donc dire que la décroissance démographique frappera de plein fouet la profession très bientôt.

" En supposant que ces 30 % décident de ralentir leur rythme de travail de moitié, nous aurons un déficit de près de 10 000 ingénieurs, avance Maud Cohen. Même si, annuellement, 30 % des inscriptions à l'Ordre viennent d'ingénieurs promus à l'étranger, ce ne sera pas assez pour suffire à la demande. "

Aujourd'hui, les domaines de la santé, du développement durable, du transport, des infrastructures et des nouvelles technologies ont tous un dénominateur commun : l'ingénieur. Quand on sait que le visage de la profession est surtout masculin - 88 % - et que l'on constate qu'une majorité de filles accèdent aux études supérieures mais ne choisissent pas le génie, la relève et le recrutement sèment l'inquiétude.

Outre les programmes mis en place pour mieux intégrer les ingénieurs diplômés à l'étranger, l'OIQ travaille de concert avec ses sections régionales pour susciter l'intérêt des jeunes pour les sciences. Ainsi dès le secondaire, l'Ordre collabore à des activités et à des compétitions scientifiques pour attirer les élèves.

Loi désuète

Un autre dossier important qui occupe l'OIQ est le remaniement de la Loi sur les ingénieurs, rédigée dans les années 1970. Elle a été écrite en fonction des quatre branches du génie, à savoir électrique, chimique, mécanique et civil. Outre l'ajout de domaines comme le biomédical, l'informatique et l'environnement, l'OIQ veut y intégrer des désignations génériques plutôt que spécifiques.

" Il est actuellement statué que tout bâtiment de plus de 100 000 $ doit être conçu par un ingénieur, cite en exemple Maud Cohen. De nos jours, peu d'immeubles entrent dans cette catégorie de prix. Il serait plus précis de parler de superficie du bâtiment. On peut alors imaginer qu'une structure doit être conçue par un ingénieur, compte tenu de ses dimensions, du nombre d'étages, etc. "

La disposition à ajouter à la loi - absente jusqu'à maintenant - est la surveillance obligatoire des travaux d'ingénierie par des ingénieurs. Actuellement, on laisse au gestionnaire du projet le soin de décider qui surveillera les travaux. Le ministère des Transports a ajouté cette obligation dans ses règles d'attribution des travaux, à la suite de l'écroulement des viaducs à Laval. " Quand un ingénieur conçoit une structure ou de l'équipement, il est normal que par la suite, il s'assure que la construction soit réalisée en fonction de ses plans et devis. "

Formation continue

L'OIQ est un des seuls ordres qui n'avait pas amendé son code professionnel pour tenir compte de la formation continue obligatoire. À ce jour, même si diverses formations et ateliers de perfectionnement étaient offerts, la décision de les suivre était volontaire. À compter de mars 2011, tous les ingénieurs devront adhérer au programme de formation continue de 30 heures de en deux ans.

" Chaque membre recevra de la formation en fonction de son champ de pratique et de ses intérêts, ajoute la présidente. Sur le plan du contenu, on pourrait ultimement décider qu'il y a un atelier de formation obligatoire sur la nouvelle loi ou encore une mise à niveau sur les règles de déontologie tous les cinq ans, mais nous n'en sommes pas encore là. Pour le moment, elle demeurera individualisée. "

59 315

Nombre de membres de l'Ordre des ingénieurs du Québec en 2009-2010, l'un des plus importants en matière d'effectif.

Source : Office des professions du Québec

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

À surveiller : Salesforce, Zoom et BMO

08:38 | Catherine Charron et Stéphane Rolland

Voici quelques recommandations d’analystes.

Salesforce confirme l'achat de Slack pour 27,7G$US

01/12/2020 | AFP

Avec l'achat de Slack, Salesforce pourra entrer en compétition plus frontale avec Microsoft.

COVID-19: dès vendredi, tous les commerces resserreront les règles

Il y a 18 minutes | La Presse Canadienne

Les contrevenants s’exposent à des amendes pouvant aller de 1000 $ à 6000 $ a dit Geneviève Guilbault.