Cinq bonnes raisons d'adopter la virtualisation

Publié le 07/03/2009 à 00:00

Cinq bonnes raisons d'adopter la virtualisation

Publié le 07/03/2009 à 00:00

Par Didier Bert

Doter l'entreprise de serveurs virtuels entraîne des économies en réduisant le nombre de serveurs physiques. Mais la virtualisation apporte d'autres gains à l'entreprise, à condition d'éviter les pièges.

1Réduire les coûts

La virtualisation des serveurs permet de consolider les ressources en matériel. Les serveurs physiques sont rarement utilisés à leur plein potentiel. Or, on peut faire cohabiter plusieurs serveurs virtuels sur le même ordinateur.

Puisque plusieurs serveurs virtuels peuvent fonctionner sur un même serveur physique, l'entreprise a besoin de moins d'ordinateurs.

Cette économie en matériel est amplifiée par la diminution des coûts d'électricité et de climatisation. L'espace nécessaire à la salle des serveurs est également moindre. Enfin, un projet d'impartition devient moins coûteux, puisque l'impartiteur accueille moins de machines.

L'impartiteur Fusepoint utilise lui-même la virtualisation. " À Toronto, nous avons consolidé 34 serveurs physiques dans 6 serveurs ", dit Harry Bolner, vice-président de Fusepoint.

2Garantir une très haute disponibilité du système

Le logiciel de virtualisation est capable d'identifier une faiblesse dans le système, et de relocaliser les serveurs virtuels sur d'autres machines. La maintenance du matériel peut alors avoir lieu. Pendant ce temps, les applications continuent de fonctionner sur une autre machine physique.

Pour cela, l'entreprise doit disposer d'un réseau de stockage SAN (Storage Area Network), qui permet de mutualiser les ressources en mémoire dans l'entreprise. Les données transiteront sur le réseau pour être hébergées sur le SAN, avant d'être utilisées par un autre serveur.

3Assurer un plan de relève efficace

Sans la virtualisation, si une entreprise veut un plan de relève fiable, elle doit avoir les mêmes serveurs physiques : les mêmes modèles avec les mêmes caractéristiques. Malgré cela, la restauration des données pose des problèmes.

En disposant deux machines sur deux sites distincts, l'entreprise peut se prémunir d'une catastrophe informatique. La virtualisation permet aux deux serveurs de se dupliquer en permanence, l'un sur l'autre, sans nécessité de configurer les applications au matériel. Les deux serveurs n'ont même pas à être semblables.

Une petite entreprise s'assure que son informatique restera opérationnelle, même si un incendie ravage ses locaux. Elle peut s'offrir cette garantie sans engager d'importantes dépenses.

4Réaliser des tests de fonctionnement sans risque

Les dirigeants d'entreprises ne peuvent tolérer que l'essai d'un logiciel perturbe le travail.Grâce à la virtualisation, les serveurs peuvent être copiés, puis faire l'objet de tests. Pendant ce temps, la machine d'origine continue de fonctionner sans être touchée par ces tests. Les informaticiens peuvent vérifier le fonctionnement simultané des différentes applications. Une fois que tout est prêt, les informaticiens peuvent mettre en place l'application sur le système d'origine.

5Donner de l'agilité aux TI

" La virtualisation permet aux entreprises de faire plus avec moins ", indique Patrick Bernard, directeur des services professionnels de Nexio, un spécialiste en gestion de la conformité. " Auparavant, un service informatique demandait un budget pour acheter un ordinateur, puis il la faisait livrer et la configurait, observe M. Bernard. Trois semaines s'écoulaient avant de le mettre en service. "

" Aujourd'hui, on installe un serveur virtuel en moins d'une demi-journée, constate M. Bernard. Si un problème survient, on peut déplacer une application sur une autre machine sans conséquence pour la continuité des affaires. "

COMMENT ÉVITER LES PIÈGES DE LA VIRTUALISATION

1Supprimer tous vos serveurs physiques

Un serveur virtuel doit être encore hébergé sur un support matériel. La suppression de tous les serveurs physiques n'est pas réaliste. Si vous souhaitez vous débarrasser de vos ordinateurs, il convient de faire appel à un impartiteur.

Ne réduisez pas votre infrastructure à un serveur physique. Si la machine tombe en panne, tous les serveurs virtuels installés seront interrompus.

2Augmenter vos ventes

Virtualiser vos serveurs informatiques ne confère pas d'avantage commercial. Sauf si votre entreprise propose des services en ligne, disponibles en permanence.

En cas de catastrophe, la virtualisation permet à votre entreprise de rester opérationnelle. Virtualisés, les serveurs sont dupliqués en permanence, et donc réutilisables en tout temps.

3Foncer tête baissée

" Passer de dix serveurs à un seul ne signifie pas diviser ses coûts par dix ", avertit Ioan Donea, président d'Infrascope Technologies, une société spécialisée dans la mise en place et l'exploitation des infrastructures informatiques. Quand une panne survient sur une machine physique, ce sont dix systèmes qui peuvent être bloqués si l'entreprise n'a pas installé correctement la solution de virtualisation.

À l'inverse, bien informés des possibilités des serveurs virtuels, les responsables de l'informatique peuvent faire profiter l'entreprise de tous les bénéfices de la virtualisation, sans se limiter à la seule réduction de la facture de serveurs physiques.

La compétence du fournisseur doit être mise à l'épreuve. Celui-ci devrait avoir été audité par une compagnie de vérification, dit Daniel Boteanu, conseiller en sécurité des TI chez Okiok.

4Économiser sur les licences

Il devient si facile de lancer des applications sur les serveurs virtuels que l'entreprise peut négliger l'enjeu des licences. Pourtant, tests ou pas, elle doit acquitter les droits afin d'utiliser des logiciels.

" Les utilisateurs peuvent perdre le contrôle de leurs serveurs, souligne Patrick Bernard. C'est tellement facile à déployer : on oublie de vérifier si on a les licences. Les gens ne s'occupent plus des applications dès qu'ils n'en ont plus besoin, mais les licences peuvent poser problème. "

À l'inverse, une bonne gestion des licences entraîne des gains appréciables, par exemple la réutilisation de licences. Ainsi, un système d'exploitation peut être installé sur un serveur, avant d'être désactivé et réinstallé sur un autre serveur. L'entreprise peut réutiliser la licence de l'application.

5Réduire les procédures

La virtualisation permet d'installer et de supprimer les serveurs plus rapidement. Mais l'entreprise doit résister à la tentation de transformer cette facilité en anarchie.

Par exemple, la virtualisation ouvre la possibilité d'augmenter la fréquence des copies des systèmes, ce qui accroît le risque de voir des données sortir de leur emplacement sécuritaire, note Daniel Boteanu.

Le spécialiste conseille de limiter les risques d'accès indésirable. " On peut désactiver les options de partage, ou encore éviter que la page Web d'administration soit accessible sur Internet. "

" Il faut s'assurer qu'on a de bonnes procédures avant la virtualisation si on souhaite les garder ", dit Patrick Bernard.

À la une

Pourquoi Taïwan est crucial pour votre entreprise

13/08/2022 | François Normand

ANALYSE. Une guerre ou un blocus de l’île productrice de semi-conducteurs affecterait plusieurs entreprises au Canada.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse, quatrième semaine de gains pour le Nasdaq

Mis à jour le 12/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Canadian Tire, Linamar et Disney

12/08/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Canadian Tire, Linamar et Disney ? Voici quelques recommandations d’analystes.