Loi C28: le CRTC bien outillé pour la faire respecter


Édition du 14 Juin 2014

Loi C28: le CRTC bien outillé pour la faire respecter


Édition du 14 Juin 2014

Par Denis Lalonde

Photo: iStock

Le CRTC aura le droit d'émettre des amendes dès l'entrée en vigueur de la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP, loi C28), mais dispose aussi de moyens moins draconiens pour la faire respecter.

« Nous disposons d'un coffre à outils. L'objectif de la loi est de protéger les Canadiens dans un contexte de communication électronique. Notre but n'est pas d'émettre des amendes, mais d'atteindre la conformité à la loi, et ce, de la manière la plus efficiente possible », soutient Manon Bombardier, responsable des enquêtes et de la conformité au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

À compter du 1er juillet, la loi obligera les entreprises à obtenir le consentement de tous leurs abonnés et clients pour pouvoir leur envoyer des messages électroniques commerciaux (MEC).

Mme Bombardier explique que le CRTC peut, avant d'intenter une action civile, émettre une lettre de conformité aux entreprises ou aux individus qui font l'objet d'une plainte. « Un tel document explique les violations présumées, mais pas comment se conformer à la loi », précise-t-elle.

Les personnes morales ou physiques qui recevront un tel document devront ensuite démontrer qu'elles ont pris les mesures nécessaires pour se conformer à la loi.

« Des entreprises pourront aussi approcher le CRTC en s'engageant à prendre des mesures pour éviter des non-conformités futures », ajoute Manon Bombardier. Le texte de loi prévoit que, si une personne prend un engagement après une plainte, la procédure en violation prendra fin en ce qui concerne les actes ou omissions mentionnés dans l'engagement. De plus, si une personne dépose un engagement avant d'avoir fait l'objet d'une plainte, « aucun procès-verbal ne pourra lui être signifié à l'égard des actes ou omissions qui y sont mentionnés », lit-on.

La loi prévoit des amendes pouvant atteindre 1 million de dollars pour une personne physique et 10 M$ pour les entreprises ou toutes les autres personnes morales. En théorie, le CRTC pourra émettre des amendes dès l'entrée en vigueur de la loi.

Le droit d'action privé entrera quant à lui en vigueur dès le 1er juillet 2017, ce qui signifie qu'à ce moment, chaque individu pourra intenter une poursuite contre toute personne ou entreprise qui contreviendrait à la loi.

De l'aveu de Mme Bombardier, le CRTC n'aura pas les ressources pour examiner toutes les plaintes et concentrera d'abord ses énergies à régler les dossiers les plus importants. L'organisme n'a pas voulu préciser combien d'enquêteurs seront affectés à l'examen des plaintes. « Nous agirons selon la situation et le type d'infraction en prenant divers facteurs en considération, comme l'historique de non-conformité, la portée des violations et le fait que l'entreprise collabore ou non à l'enquête », dit-elle.

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 27/01/2023 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.