Écouteurs Bluetooth: 230 millions d'exemplaires vendus plus tard…

Publié le 02/03/2020 à 12:00

Écouteurs Bluetooth: 230 millions d'exemplaires vendus plus tard…

Publié le 02/03/2020 à 12:00

Par Alain McKenna

C'est un marché énorme, que celui des écouteurs boutons sans fil. Ce qui n'était à peu près rien il y a cinq ans est aujourd'hui devenu un des secteurs les plus chauds de l'électronique grand public. Il s'est vendu 120 millions de ces petits accessoires l'an dernier. Cette année, on prévoit qu'il s'en écoulera 230 millions de paires.

À un prix moyen avoisinant les 200 dollars, on vous laisse imaginer quels genres de revenus ça représente pour les fabricants qui dominent ce créneau. Déjà, on sait qu'Apple et ses déclinaisons d'AirPods sont au sommet. On estime à 90 millions le nombre de ventes que Cupertino fera dans ce créneau, cette année. C'est 40 pour cent de tous ces petits écouteurs que les gens s'enfilent dans les oreilles!

Mais Apple n'a pas le monopole. Il existe d'autres marques, d'autres modèles, et d'autres formats qui rendent ces produits pas aussi évidents à différencier qu'on souhaiterait le croire. On a déjà parlé de la marque Earin, ici. On sait que Microsoft et Google s'en viennent avec leur propre offrande, au cours du printemps.

Ça bouge beaucoup. Alors, selon vos besoins, le meilleur modèle n'est peut-être pas celui que vous pensez.

La preuve.

Jaybird Vista

On a croisé les gens de Jaybird au CES, en janvier dernier. Cette marque est une pionnière des petits écouteurs Bluetooth, mais appartient depuis quelques années au géant suisse Logitech. Suivant la mode des écouteurs sans fil, elle vient de commercialiser les Vista.

Ces petits écouteurs ont ceci de particulier qu'ils sont vendus en différents coloris qui les rendent assez apparents. Jaybird joue la carte du sport et du plein air, mais rien n'empêche de les utiliser dans d'autres contextes. L'insonorisation est passive, provenant des embouts en silicone qui scellent le canal auditif quand on se les met à l'oreille. Un petit coude plus rigide s'appuie sur le pavillon de l'oreille, assurant une bonne prise.

Ceux qui trouvent que ces écouteurs n'arrivent jamais à tenir à leur oreille vont probablement aimer les Vista. En prime, ils sont imperméables, selon la norme IPX7, qui convient à des activités extérieures sous la pluie (mais pas la natation!).

Leur autonomie est un peu courte, à raison de 4 heures par charge. L'étui leur ajoute trois pleines charges, pour un total approchant les 16 heures. Le son est correct, et s'améliore un brin quand un jumelle les écouteurs à l'application Jaybird, qui comprend un égaliseur sonore personnalisé.

À 240 dollars, les Vista sont des écouteurs élégants qui offrent un son tout à fait adéquat. On a eu un peu de misère à se faire comprendre lors d'appels téléphoniques, mais ils font bien quand l'environnement est silencieux.


Jabra Elite 75t

Pour le même prix (240$), la société Jabra, bien connue des gens qui font du télémarketing (ses casques pour le bureau sont probablement son plus grand atout), propose une nouvelle génération de sa gamme Elite. Les 75t reprennent là où les 65t avaient déjà plutôt bien fait, l'an dernier. Mais les nouveaux écouteurs sont plus portables et plus durables.

En partant, ils sont plus petits que leurs prédécesseurs. Ça les rend plus discrets quand on les porte. Eux aussi n'offrent une insonorisation que passive, ce qui ne fonctionne bien que si on les enfonce comme il faut dans son oreille. La qualité sonore en dépend, aussi. Un égaliseur sonore sous forme d'application mobile est aussi proposé par Jabra. Là encore, ça aide à créer des graves plus définies, mais n'attendez pas de révélation à ce chapitre.

Ces modèles sont conçus pour un usage au quotidien, de la maison au bureau. Avec 28 heures d'autonomie (grâce à leur boîtier), on en a pour la journée. Une version appelée Elite Active 75t se veut plus sportive, et ajoute une résistance à la sueur et aux éclaboussures. Pratique. Et ils font du beau boulot quand on veut s'en servir pour prendre un appel.

(Source: Statista)

Sony WF-1000XM3

Absents sur cette photo qui ouvre l'article, la plus récente version des écouteurs boutons de Sony n'est pas à négliger non plus. Évidemment, si Sony avait une meilleure présence dans le marché de la téléphonie sans fil au Canada, sans doute qu'elle pourrait vendre une combinaison incluant un sans-fil et ces écouteurs (comme le fait Samsung avec le S20 et ses Galaxy Buds+). Mais ce n'est pas le cas.

Dommage, car c'est un des modèles les mieux cotés sur le marché. Principalement en raison d'une insonorisation active très efficace, qui se contrôle d'un doigt, et qui améliore la qualité sonore de l'appareil. Des gens qui prennent régulièrement l'avion préfèrent un tel accessoire à des écouteurs Bose plus costauds, et on les comprend. Il faut dire qu'à un prix de détail de 300 dollars, ce modèle n'est pas parmi les plus abordables. On aurait aimé qu'il soit compatible avec la norme aptX, qui rehausse drôlement la qualité sonore de la musique transmise via Bluetooth. Il coûte par contre moins cher que les AirPods Pro, mais n'est pas étanche ni officiellement à l'épreuve des éclaboussures.

Suivez-moi sur Facebook:

Suivez-moi sur Twitter:

Sur le même sujet

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Bourse: l'indice FANG+ se rapproche déjà de son sommet historique

22/05/2020 | Denis Lalonde

BALADO. L'indice FANG+ de la Bourse de New York est en hausse de 24% depuis le début de l'année. Qui dit mieux?

À la une

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.