Une embellie grâce aux exportations

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Une embellie grâce aux exportations

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Plus coûteux d'importer

La chute du huard par rapport au dollar américain pourrait d'ailleurs représenter un frein à l'investissement pour certaines entreprises québécoises, car elle fait bondir les coûts de l'équipement acheté aux États-Unis.

Par exemple, on apprenait récemment que le coût d'investissements en machinerie et équipements du fabricant de trains d'atterrissage Héroux-Devtek est passé de 90 à 105 millions de dollars depuis que le huard n'est plus à parité avec la devise américaine.

Toutefois, malgré l'inconvénient qu'il occasionne pour les entreprises qui importent, la baisse du dollar canadien est somme toute positive pour l'industrie manufacturière, s'entendent pour dire les analystes. Pourquoi ? Parce que la faiblesse du huard stimule avant tout nos exportations, et que les marchés étrangers seront la principale source de croissance de l'économie québécoise en 2015.

Chose certaine, la dépréciation du dollar canadien est assurément une bonne nouvelle pour Stas, un fabricant d'équipements de haute technologie pour l'industrie mondiale de l'aluminium. La PME de l'arrondissement de Chicoutimi, à Saguenay, sent davantage d'intérêt pour ses produits depuis que le huard a perdu des plumes.

«Nos ventes n'ont pas encore augmenté, mais on voit un peu plus de demandes de soumission», raconte Pierre Bouchard, président de cette PME qui vend ses produits aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Afrique, au Moyen-Orient et en Extrême-Orient.

Depuis six ans, Stas a réalisé de gros projets dans les pays du golfe Persique, dont l'Arabie saoudite.

L'entreprise est aussi proactive. «Nous avons envoyé 500 communications pour faire savoir que nos prix sont plus concurrentiels avec la dépréciation du dollar canadien», explique l'entrepreneur.

Ainsi, à défaut de voir le marché américain dans sa soupe, Pierre Bouchard pourrait bien y voir bientôt le huard. Car un dollar canadien plus faible par rapport à la devise américaine permet à Stas d'exporter plus facilement ses produits dans le monde, comme en Arabie saoudite.

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?