Une première décennie réussie pour GSoft

Publié le 28/07/2016 à 14:02

Une première décennie réussie pour GSoft

Publié le 28/07/2016 à 14:02

Le président et chef de la direction de GSoft, Simon De Baene. (Photo: Courtoisie GSoft)

PME DE LA SEMAINE - GSoft célèbre ses dix ans d’existence au moment où elle connaît une poussée intéressante. Son principal logiciel, Sharegate, compte maintenant plus de 10 000 clients dans 90 pays. Un succès qui ne va pas sans poser quelques défis.

GSoft est en accélération constante. L’entreprise montréalaise compte maintenant 175 employés et en embauche deux à trois nouveaux par semaine. Pas étonnant qu’elle ait déménagé ses pénates en avril dernier dans des locaux de 36 000 pieds carrés, deux fois plus vastes que son précédent siège social.

Son chiffre d’affaires d’environ 45 millions de dollars double annuellement. Et la PME ne connaît pas les frontières. Elle tire 85% de son revenu de ventes effectuées aux États-Unis, en Europe et en Australie.

«Notre plus grand défi est de rester axés sur l’innovation dans un contexte où nos produits actuels prennent de plus en plus d’ampleur et exigent beaucoup de temps au quotidien, explique le PDG Simon De Baene. Pour rester pertinent et continuer de créer de la valeur, nous devons développer des innovations et explorer sans cesse de nouveaux marchés. Il faut s’assurer d’avoir un processus en place nous permettant de toujours préparer l’avenir.» 

Des succès et des défis 

La structure de l’entreprise a déjà beaucoup évoluée depuis ses débuts. Au démarrage en 2006, elle se concentrait sur le développement sur mesure de solutions informatiques de gestion pour des organisations québécoises. 

En 2009, elle prend un premier virage en amorçant le développement de ses propres produits maison. Elle en compte deux aujourd’hui. Sharegate, lancé en mai 2009 et relancé dans une toute nouvelle version en 2011, est un outil d’administration pour Office 365 et SharePoint. Officevibe, lancé en 2013, est une plateforme renseignant le gestionnaire en temps réel sur l’état d’âme de son équipe et proposant même des pistes d’amélioration.

Le beau succès commercial de Sharegate fait parfois oublier les défis importants que doit relever GSoft. Sur le plan technologique, d’abord. «Sharegate dépend entièrement de l’évolution des technologies de Microsoft, puisqu’il sert à gérer la plateforme SharePoint, illustre Simon De Baene. Or, Microsoft fait présentement un grand virage technologique vers l’infonuagique, auquel nous devons nous adapter.» 

Un défi commercial, ensuite, puisque Sharegate affronte la compétition de gros joueurs américains, tels Metalogix ou AvePoint. Comptant des centaines d’employés et financés à coups de millions de dollars, ce sont des adversaires féroces.

«De notre côté, nous n’avons jamais eu recours à du financement externe, fait remarquer Simon De Baene. Nous avons une autre dynamique, dans laquelle il faut apprendre à se débrouiller avec moins de moyens. Mais je préfère notre modèle, axé sur la croissance organique, sur nos propres innovations et surtout sur une culture d’entreprise bien particulière, axée sur le bonheur de nos employés.» 

Choisie pour sa culture d’entreprise

C’est justement cette culture d’entreprise hors du commun qui a séduit Daniel Guillemette, président d’iGeny, une société qui développe des applications web pour les conseillers en sécurité financière canadiens. GSoft a été choisie dès le début de l’élaboration de la plateforme iGeny en 2012 et continue d’être étroitement associée au projet aujourd’hui. Une collaboration devenue la plus stable et la plus longue de l’histoire de GSoft.

«Nous faisons un développement soutenu depuis juillet 2012 et recherchions une entreprise stable, capable surtout de garder ses bons programmeurs longtemps, explique Daniel Guillemette. Nous cherchions aussi une entreprise partageant des valeurs similaires à la nôtre et qui permettraient à certains de nos employés de se greffer à leur équipe.»

L’équipe de développeurs du projet iGeny, se compose généralement d’une dizaine de personnes, un nombre susceptible de tripler en période de pointe. Elle comprend deux employés d’iGeny travaillant à temps plein dans les locaux de GSoft. Cela permet un réel échange de connaissances entre les deux entreprises, et assure un haut degré de transparence.

Si l’on en croit Simon De Baene, iGeny et les autres clients de GSoft pourront continuer de compter sur la culture d’entreprise de la PME. Cette dernière n’hésite pas à envoyer ses employés passer du temps à Barcelone ou à les inviter à célébrer la fin d’une année de travail à New York, Miami ou Varadero. «Garder nos employés heureux est crucial, dans un contexte où la compétition pour attirer et conserver les meilleurs talents est parfois féroce, dit-il. Au-delà de cela, nous croyons beaucoup en un équilibre entre le rendement et le bonheur au travail. Trop de gens sont encore malheureux dans leur environnement de travail. Pourtant, un bon environnement de travail augmente la performance, j’en suis convaincu».

GSoft

Année de fondation: 2006

Nombre d’employés: 175

Chiffre d’affaires annuel: 45 M$

Prochain objectif: Lancement d’une version francophone du logiciel Officevibe


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

À la une

Importante brèche de sécurité chez Desjardins

Mis à jour il y a 33 minutes | Denis Lalonde

Les renseignements personnels de 2,9 millions de membres ont été communiqués à des personnes extérieures à Desjardins.

Slack entre en Bourse jeudi, à 38,50$US

Mis à jour à 12:12 | AFP

La valorisation de Slack a bondi en quelques mois, passant de 7 à 17 milliards de dollars US depuis 2018.

Les enseignements de «mes» hommes d'honneur

BLOGUE INVITÉ. Voici quatre enseignements qui ont su inspirer mon parcours entrepreneurial.