Les entreprises canadiennes ont dépensé 14G$ en cybersécurité

Publié le 16/10/2018 à 09:16

Les entreprises canadiennes ont dépensé 14G$ en cybersécurité

Publié le 16/10/2018 à 09:16

Par lesaffaires.com

[Photo : 123rf]

14 milliards de dollars : c’est la somme totale dépensée en 2017 pas des entreprises canadiennes pour se protéger et détecter les attaques des cybercriminels. C’est ce que révèle Statistique Canada dans le rapport sur les résultats de sa première mouture de l’Enquête canadienne sur la cybersécurité et le cybercrime publiée le 15 octobre 2018.

Dépenser pour se protéger de ces attaques est loin d’être marginal. 95 % des répondants à ce sondage ont affirmé avoir recours à « une certaine forme de cybersécurité ». Le degré de protection varie toutefois grandement d’une entreprise à l’autre.

Comment se divise l’enveloppe réservée à cette cyberprotection ? Entre les logiciels utilisés, le matériel nécessaire, les mesures préventives et les salaires des différents spécialistes qui ont travaillé à mettre en place et entretenir ces systèmes de défense. 74 % des sociétés auraient d’ailleurs des employés spécialement dédiés à ce département.

Les résultats de l’Enquête canadienne sur la cybersécurité et le cybercrime démontrent que la taille d’une entreprise influence directement celle de l’enveloppe réservée à sa cyberdéfense. Les petites sociétés, qui comptent 10 à 49 employés, auraient dépensé 46 000 $, alors que les sociétés qui embauchent plus de 250 personnes auraient en moyenne plutôt investi 948 000 $.

Outre dans les secteurs du transport par pipeline, de transport ferroviaire et les établissements bancaires, mis à part les services bancaires d’investissement, qui sont largement au-dessus de la moyenne, seuls « 13 % des entreprises avaient une politique écrite pour gérer ou signaler les incidents de cybersécurité » selon le rapport de Statistique Canada.

20 % des participants à l’enquête ont vécu une cyberattaque dont les répercussions se seraient fait sentir, et les grandes entreprises ont deux fois plus de chance d’être la cible de tels épisodes. Les plus touchés sont « les établissements bancaires (47 %), les universités (46 %) et les entreprises du sous-secteur du transport par pipeline (45 %) ».

Statistique Canada prévient toutefois que les résultats de cette recherche qui peuvent avoir été biaisés par des attaques cybercriminelles non détectées par les entreprises visées. Cette première enquête du genre au Canada a sondé 12 597 sociétés de tout le secteur, sauf des administrations publiques.

 

 

 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

Les ventes des grossistes canadiens ont avancé de 0,3% en février

Les économistes s’attendaient en moyenne à un gain de 0,1 % pour ce mois.

À la une

Suspension des importations de porc en Chine: Banque Nationale fléchit

La Banque Nationale s'incline un peu plus que ses rivales parce que 45% du porc canadien est produit au Québec.

Porc québécois en Chine: Legault n'exclut rien

Mis à jour il y a 14 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre a menacé d'imposer des représailles commerciales, mais Pierre Fitzgibbon a été plus prudent.

Porc: le Canada enquête sur des faux certificats d'exportation vers la Chine

13:00 | AFP

« Nous cherchons à savoir pourquoi c’est arrivé, à qui cela profite», explique le ministre Carr.