Boréale brasse les cartes avec un nouveau PDG atypique!

Publié le 26/05/2016 à 13:40

Boréale brasse les cartes avec un nouveau PDG atypique!

Publié le 26/05/2016 à 13:40

Par Claudine Hébert

PME DE LA SEMAINE - Chez Brasseurs du Nord/Bière Boréale, à Blainville, on ne fait pas que brasser de la bière. On aime aussi brasser les cartes : on vient d’embaucher Sébastien Paradis, ex-directeur général de Burton Canada, fabricant de planches à neige, comme nouveau pdg de la microbrasserie.


« C’est un gros coup », soutient Jonathan Plourde, qui dirige le cabinet nord-américain Alexander Hughes, expert en recrutement de hauts dirigeants. «Très peu de conseils d’administration d’entreprise, à peine un sur cinq, vont oser recruter ce que l’on appelle dans notre jargon, un « joker » : un candidat issu d’une autre industrie et dont le mandat est d’amener l’organisation à un autre niveau », poursuit-il.


Propulser les bières Boréale vers d’autres horizons, c’est bien l’intention de Sébastien Paradis, dont le cv affiche aussi des expériences de direction de marketing chez Redbull et Oakley. Vendre de la bière, des planches à neige ou des lunettes de sport, ça se ressemble, dit-il. « La bière demeure un produit de consommation dont les enjeux reposent sur le marketing, la distribution et la compétition de marché », indique le nouveau pdg de la microbrasserie qui appartient majoritairement au Fonds FTQ depuis 2013.


Stimuler et gérer la croissance d’une entreprise, peu importe le type d’industrie, constitue un art en soi. « Quand on a le goût du risque et qu’on est pleinement conscient qu’on ne cherche pas le confort, on peut conduire efficacement n’importe quelle entreprise à d’autres sommets », souligne Sylvain Toutant, pdg de David Tea’s, à l’intention de Sébastien Paradis. M. Toutant est lui aussi un « joker » qui a contribué notamment, à l’expansion de Réno-Dépôt, de la SAQ et de Van Houtte, trois entreprises oeuvrant dans des secteurs différents.


Comment compte s’y prendre Sébastien Paradis qui vient de se joindre à l’industrie de la bière ? « Je veux que les gens libèrent l’ours en eux », répond-il du tac au tac. Les bières Boréale, créées par Laura Urtnowski, Jean et Bernard Morin, vont célébrer l’an prochain leur 30e anniversaire. Il faut, insiste Sébastien Paradis, raconter aux plus jeunes pourquoi l’ours se retrouve sur l’étiquette des bouteilles. Il faut expliquer que cet emblème représente pour l’entreprise la persévérance, la ténacité, mais aussi les grands espaces, le chalet, la nature...


Peu de gens, dit-il, se souviennent que cette pionnière de la microbrasserie au Québec a brassé la toute première bière rousse de la province. « Bref, on détient une marque avec une belle histoire que l’on doit davantage diffuser », rapporte Sébastien Paradis, en poste depuis le 2 mai.


Actuellement, le Québec recense plus de 175 microbrasseries, qui produisent quelque 6 millions d’hectolitres par an. « Nous en produisons 100 000 par année, soit l’équivalent de 1,2 million de caisses de 24. Cela nous place au premier rang des microbrasseries québécoises avec des parts de marché qui varient entre 1,7% et 1,9%. L’objectif est de franchir le cap du 2% sous peu », souligne M. Paradis.


Complétés à l’été 2015, des travaux d’agrandissements de 5 millions de dollars au siège social de l’entreprise, à Blainville, ont permis d’ajouter 28 000 pi2 à la superficie existante de 72 000 pi2. Cet ajout devrait permettre à la microbrasserie de doubler, voire tripler sa production au cours des cinq prochaines années.


Cet agrandissement sert également à d’autres projets. « Depuis deux ans, l’entreprise partage son équipement de production avec deux autres microbrasseries, soit Brasseurs du Temps, de Gatineau, et West Shefford, de Bromont. Et ce n’est qu’un début. Nos nouvelles infrastructures peuvent accueillir d’autres microbrasseries qui ont besoin d’un coup de main », mentionne M. Paradis.


En plus d’accroître l’espace production, l’agrandissement permet aussi d’augmenter la capacité d’entreposage des bières Boréale et d’autres breuvages. « On dispose d’un réseau de distribution important à l’échelle de la province dans les épiceries, les dépanneurs, les bars, restaurants et hôtels. Pourquoi ne pas en faire profiter d’autres breuvages ? » soulève M. Paradis. Depuis novembre 2013, les Brasseurs du Nord distribue le cidre McKeown.


Enfin, un très gros défi attend le nouveau pdg, un habitué des marchés internationaux. Bien que la réputation des bières Boréale a franchi les frontières du Québec depuis des années, elles continuent d’être vendues exclusivement dans la province. « Le projet d’exportation du produit est l’un des éléments-clés qui m’ont incité à accepter le poste. On se donne six mois, au maximum un an, pour s’attaquer aux provinces maritimes, à l’Ontario et le nord-est des États-Unis, particulièrement le Vermont que je connais très bien, car le siège social de Burton s’y trouve », conclut M. Paradis.


En quelques chiffres:


 



  • Année de fondation : 1987

  • Nombre d’employés : 120

  • Chiffre d’affaires : 30M$.

  • Objectif d’ici trois ans : Doubler la production, exporter les bières Boréale à l’extérieur du Québec et faire profiter le réseau de distribution à d’autres entreprises de breuvages alcoolisées ou non.


 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Où la bière est-elle la plus abordable sur Terre?

29/01/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Je paye ma tournée à celui ou celle qui trouvera la bonne réponse avant de cliquer!

Les brasseurs soulagés de l'exemption de taxe sur les canettes

Ottawa a annoncé la semaine dernière que plusieurs produits en métal américains seraient exemptés des droits de douane.

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

10:00 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour à 10:53 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.