Emploi : qu'est-ce qui séduit vraiment les Canadiens?

Publié le 18/05/2012 à 06:00, mis à jour le 24/05/2012 à 13:30

Emploi : qu'est-ce qui séduit vraiment les Canadiens?

Publié le 18/05/2012 à 06:00, mis à jour le 24/05/2012 à 13:30

Par Olivier Schmouker

Les médias sociaux sont devenus un incontournable. Photo : Bloomberg.

En cette période de pénurie de main-d'œuvre qualifiée, plus d'un employeur aimerait savoir comment s'y prendre pour attirer les personnes les plus talentueuses à lui. Des éléments de réponse figurent dans un sondage mené par le cabinet-conseil en ressources humaines Randstad auprès de quelque 7 000 Canadiens. Il convient ainsi de tenir compte de :

> Sa capacité de séduction. Plusieurs facteurs interviennent dès lors qu'il s'agit de déterminer ce qui fait qu'un emploi est séduisant, ou pas. Le principal, pour les Canadiens, concerne la sécurité d'emploi (65%). Comptent également le salaire (61%), l'atmosphère de travail (54%), la santé financière de l'entreprise (45%), les possibilités de progression de carrière (36%), la conciliation travail-famille (36%), ou encore ce sur quoi l'employé est appelé à travailler (34%).

> La différence homme/femme. Les hommes et les femmes ne portent pas le même jugement sur ce qui fait qu'une entreprise est attrayante, ou pas. Les premiers ont une préférence marquée pour les entreprises reconnues, solides sur le plan financier, qui offrent des opportunités de carrière à l'échelle internationale et qui disposent d'un bon programme de formations. Les femmes, elles, préfèrent des horaires de travail flexibles, une bonne localisation des bureaux, une atmosphère de travail agréable, un salaire compétitif et une bonne conciliation travail-famille.

> L'âge. C'est bien connu, quand on a 20 ans, on ne porte pas le même regard sur le monde que lorsqu'on a 40 ans, ou encore 60 ans. Cela se retrouve en matière d'emploi. Ainsi, ceux qui ont moins de 40 ans apprécient en général les emplois offrant des opportunités de carrière à l'international, un bon programme de formations et une réelle conciliation travail-famille. Quant aux plus de 40 ans, ils sont plus concernés par ce sur quoi ils travaillent, le salaire, l'atmosphère de travail et la localisation des bureaux.

> Son secteur d'activité. Des professions attirent plus que d'autres, c'est comme ça, il faut faire avec quand on est un employeur. Au Canada, le secteur de l'ingénierie et de la construction est celui qui est le plus prisé de tous, et ce, surtout pour la sécurité d'emploi qu'il procure et pour l'atmosphère de travail, qui est souvent jugée «agréable». Suivent par ordre de popularité : la technologie ; le transport et la logistique ; les matières premières ; les services ; l'énergie ; les véhicules motorisés ; les médias et télécommunications ; la finance ; l'industrie et la fabrication.

> Sa façon de communiquer. La tendance est clairement au recours aux médias sociaux pour trouver la perle rare. De fait, 1 Canadien sur 4 utilise aujourd'hui les médias sociaux (LinkedIn, Facebook, etc.) pour trouver un emploi. Et cela se vérifie encore plus pour ceux qui ont moins de 40 ans (64 points de pourcentage au-dessus de la moyenne).

À la une

N'attendez pas l'entrevue de départ, faites en une de rétention

RHÉVEIL-MATIN. Cette pratique gagne des adeptes en pleine pénurie de main-d'oeuvre.

Le CELI de Guillaume Roy-Gagné: commencer tôt, préserver la cagnotte

Édition du 19 Janvier 2022 | Jean Décary

C’est à la coquette somme de 19 000$ que s’élève la valeur du CELI de ce jeune homme originaire de Saint-Hyacinthe.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour il y a 44 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Marchés: l'Europe reste prudente avant l'ouverture à Wall Street qui s'annonce en hausse selon les contrats à terme.