Comment les recruteurs font leur marché à l'étranger

Publié le 31/01/2009 à 00:00

Comment les recruteurs font leur marché à l'étranger

Publié le 31/01/2009 à 00:00

Par François Rochon

Renseignez-vous sur la main-d'oeuvre étrangère

Engager un travailleur étranger permet de déjouer la pénurie de main-d'oeuvre ou de trouver du personnel qualifié dans un métier précis, mais aussi de bénéficier d'une expertise internationale et d'accroître la créativité dans l'entreprise.

L'enquête Perspectives des immigrants sur leurs quatre premières années au Canada, publiée par Statistique Canada, en 2007, permet d'évaluer le profil des immigrants de différentes origines, leurs attentes, leurs forces et les professions qu'ils recherchent. Les recruteurs peuvent jauger la valeur des diplômes étrangers de 22 pays en consultant les tableaux comparatifs du Guide des procédures d'immigration du ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles du Québec (MICC).

Élaborez un plan de recrutement

L'entreprise doit déterminer combien de postes elle veut accorder aux immigrants et quel budget elle y consacrera. La firme de consultants DMR, qui a engagé plus d'une centaine d'immigrants depuis une dizaine d'années, a prévu des mesures incitatives pour faciliter le recrutement : la reconnaissance des expériences de travail et des diplômes obtenus à l'étranger, des conditions salariales et des possibilités d'avancement intéressantes, indique Annie Belisle, directrice des ressources humaines.

Consultez un spécialiste

N'hésitez pas à vous appuyer sur des spécialistes comme ceux de l'ANAEM (insertion et au placement des Français au Québec), du SOIIT (Service d'information et d'intégration des immigrants au travail), de l'Ancre ou d'organismes comme le Pôle Québec Chaudière-Appalaches.

Acier Hason, de Berthierville, un fabricant de produits d'acier destinés aux entreprises qui a recruté 28 travailleurs à l'étranger, en 2008, a fait appel à un consultant pour présélectionner des candidats au Costa Rica et en Tunisie et établir l'offre salariale. Équipement militaire Mil-Quip s'est quant à elle tournée vers l'Ancre, un organisme de Saint-Jean-sur- Richelieu, pour recruter cinq soudeurs au Pérou.

Évaluez les candidats

C'est l'étape la plus difficile, selon Dary Morin, président de Symbiose Technologies, un fabricant de logiciels de Québec qui a recruté trois personnes à l'international récemment. "L'analyse du CV ne suffit pas, dit-il. Il faut parler avec le candidat en tenant compte des différences culturelles et en faisant attention aux exagérations des beaux parleurs."

Faites une offre adéquate

Elle doit être acceptable par le candidat, mais conforme au marché d'ici, dit Dary Morin. "Les gens recrutés en Europe doivent s'attendre à une baisse de salaire [en raison du taux de change de l'euro], mais il faut leur vanter le coût de la vie, moins élevé ici."

Renseignez-vous aussi sur les normes du travail dans le pays d'origine du candidat, afin de pouvoir expliquer les différences avec les nôtres.

Respectez les procédures d'immigration

Faire venir un travailleur étranger prend environ quatre mois. "Pour accélérer le processus, les entreprises offrent souvent aux travailleurs un permis de travail de deux ans, dit Claude Fradette, porte-parole du MICC. L'immigrant pourra ensuite demander le statut de résident permanent." S.G.

À la une

Appel aux candidatures: Chapeau les PDG!

20/07/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

Julien Depelteau, le résilient: contourner les nombreuses tuiles

Édition du 25 Novembre 2020 | François Normand

CHAPEAU LES PDG! Le patron de Flexpipe a su rebondir malgré toutes les tuiles qui lui sont tombées sur la tête.

Mélanie ­Paul, l'audacieuse: déployer son «Plan ­Sud»

Édition du 25 Novembre 2020 | François Normand

CHAPEAU LES PDG! L'entrepreneure innue a rebrassé ses cartes pour accélérer sa diversification.