Quel mandat pour la nouvelle SGF-IQ ?

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 24/09/2010 à 09:37

Quel mandat pour la nouvelle SGF-IQ ?

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 24/09/2010 à 09:37

Par André Dubuc

La fusion de la Société générale de financement (SGF) et d'Investissement Québec (IQ) devrait servir de prélude à une réorientation des programmes d'aide au profit des entreprises de l'industrie des services, soutient une coauteure du rapport Fortin sur l'investissement des entreprises.

" Le gouvernement est en train de faire le ménage. C'est le temps de revoir les programmes, de les réviser pour les rendre plus pertinents et plus ciblés ", affirme Andrée Corriveau, qui applaudit la fusion de la SGF et d'IQ.

En mars 2008, Mme Corriveau a cosigné un rapport qui plaidait pour une clarification des fonctions des organismes d'État dans la prospection des investissements étrangers. Les autres signataires de cette étude commandée par le gouvernement étaient l'économiste Pierre Fortin ainsi que Jean Boivin, ex-professeur de HEC aujourd'hui à la Banque du Canada.

Le secteur manufacturier reçoit 80 % de l'aide

Leur rapport déplorait que l'aide financière gouvernementale à l'entreprise soit concentrée à plus de 80 % dans le secteur manufacturier. Pourtant, ce sont trois industries de services (en l'occurence la finance, la culture et les transports) qui attirent le plus d'investissements privés et publics.

Les auteurs du rapport exhortaient donc le gouvernement à mettre tous les secteurs d'activité sur un pied d'égalité.

" On pourrait imaginer un rééquilibrage ", convient Yan Cimon, professeur de stratégie à l'Université Laval.

Il souligne toutefois la difficulté pour les investisseurs d'évaluer le risque de façon précise, la valeur actuelle et future d'une entreprise qui a des éléments d'actif intangibles, comme les entreprises des sciences de la vie, les développeurs de logiciels et les sociétés-conseils.

À ce sujet, les expériences malheureuses de la SGF dans le centre de divertissement Metaforia et son aventure récente dans l'industrie du cinéma appellent à la prudence.

Par ailleurs, M. Cimon ne serait pas surpris que le gouvernement procède à d'autres regroupements. " Le ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation voudra sûrement examiner l'offre de services et mieux la configurer selon les besoins actuels des entreprises du Québec ", explique M. Cimon.

Le ministre Clément Gignac pourrait décider, par exemple, d'intégrer le Centre financier international (CFI) au sein d'IQ, comme le recommandait le rapport Fortin. " J'étais pour l'intégration du CFI et je continue de l'être, précise Mme Corriveau, qui a déjà dirigé le CFI de Montréal. Il y a trop de sociétés d'État qui font du démarchage à l'étranger. CFI est sur la route, tout comme le sont IQ, la SGF et Montréal International ".

Peu de regrets

L'industrie ne déplore pas la fin de la SGF.

Guy Chevrette, pdg sortant du Conseil de l'industrie forestière du Québec, n'est pas impressionné par la feuille de route de l'investisseur étatique dans le domaine forestier. " Très peu de dossiers ont abouti. " Les entreprises du secteur forestier ont été bien mieux servis par IQ, dit-il.

En exploration minière aussi, on a noté le dynamisme de l'équipe d'IQ avec ses missions commerciales.

" Je n'ai entendu personne déplorer la fin de la SGF ", précise le directeur général de l'Association de l'exploration minière du Québec, Jean-Pierre Thomassin. La SGF n'est pas un intervenant majeur en prospection, ajoute-t-il.

À la une

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Il y a 4 minutes | La Presse Canadienne

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

La Banque du Canada maintient son taux directeur à 0,25%

11:22 | AFP

« L’économie canadienne semble avoir évité le scénario le plus pessimiste ».

À surveiller: Lyft, Air Canada et Dollarama

Que faire avec les titres de Lyft, Air Canada et Dollarama? Voici quelques recommandations d'analystes.