Next 36 : le ROC tente de séduire les jeunes entrepreneurs québécois


Édition du 20 Juin 2015

Next 36 : le ROC tente de séduire les jeunes entrepreneurs québécois


Édition du 20 Juin 2015

Par Matthieu Charest
David Bureau convainc alors son comparse de s'inscrire à Next 36. Puis, en janvier, le duo est invité pour un week-end d'entrevues à Toronto. C'est à ce moment que le jury doit faire la sélection finale des candidats.

Avant même d'avoir reçu sa réponse, Guillaume Laliberté décline l'offre. «La start-up dans laquelle j'étais impliqué a reçu un financement total de 1,25 million de dollars américains. Ils m'ont dit "on te veut".»

Il s'excuse auprès du CA de Next 36, qui tente de le convaincre de rester, en vain. Puis David, aussi accepté dans le programme, se met de la partie. «Je l'ai appelé tous les jours pour tenter de le ramener, raconte-t-il. Je lui disais "nous sommes faits pour travailler ensemble !"« Quelques mois plus tard, Guillaume finit par céder.

Le projet est en marche

Guillaume Laliberté arrive à Toronto au début d'avril. «Nous n'avions pas encore d'idée, révèle David Bureau, mais ça ne nous inquiétait pas. Nous sommes complémentaires. Je m'occupe des finances, de la gestion ; et Guillaume, c'est un visionnaire et celui qui a les capacités techniques.»

L'idée est venue, et le duo crée un logiciel de traitement de texte intelligent. Il prévoit le lancer en septembre ou octobre. D'ici là, il devra le présenter à plusieurs investisseurs lors du Venture Day, le 18 août, point d'orgue du programme Next 36 pour cette année.

Pour y arriver à temps, «nous sommes en train d'embaucher quelques employés pour nous donner un coup de main. Je ne sais plus trop quel jour nous sommes», déclare-t-il, débordé.

Le programme en bref

Outre quelques formations offertes aux participants au cours du programme, plusieurs mentors et investisseurs réputés, dont Reza Satchu, surnommé « the jerk millionaire professor », gravitent autour de l’accélérateur. Next 36 offre également jusqu’à 65 000 $ à chacune des entreprises afin de les soutenir dans leur démarrage. De plus, à cinq reprises pendant le programme qui dure environ huit mois, des investisseurs viennent rencontrer les différentes équipes.

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.