L'entreprise d'ici qui se dresse contre la rouille


Édition du 06 Mai 2017

L'entreprise d'ici qui se dresse contre la rouille


Édition du 06 Mai 2017

Par Pierre Théroux

Pultrall a contribué à la construction du pont à ­haubans de ­Nipigon, en ­Ontario, premier pont suspendu du monde dont le béton est armé de matériaux composites.

Ce n'est pas un secret : des dizaines de ponts, de viaducs et d'échangeurs du réseau routier québécois sont en décrépitude, comme en témoignent notamment les grands chantiers du pont Champlain et de l'échangeur Turcot, dans la région de Montréal, construits il y a à peine plus de 50 ans.

Pultrall, qui se spécialise dans la fabrication de pièces en matériaux composites, estime avoir la solution à ces problèmes de dégradation. L'entreprise a en effet conçu une barre d'armature, à base de fibre de verre ou de carbone, apte à remplacer les tiges d'acier insérées dans les structures de béton.

Ce produit phare, appelé V-Rod et développé depuis plus de 20 ans, «résiste à la corrosion, la principale cause de détérioration des ouvrages routiers en béton armé, et augmente la durée de vie des structures», précise le président de Pultrall, Bernard Drouin. Il a été conçu en collaboration avec la Chaire CRSNG-Industrie de l'Université de Sherbrooke.

Or, le ministère des Transports du Québec tarde à adopter à grande échelle cette technologie pourtant utilisée dans les autres provinces et ailleurs dans le monde. «On a fait quelques projets, mais le ministère est très timide et est encore en mode évaluation. C'est d'autant plus frustrant que nous avons conçu la V-Rod en réponse aux problèmes de dégradation des infrastructures routières du Québec, mais qu'elle est davantage reconnue ailleurs dans le monde», déplore M. Drouin.

La barre d'armature en composite de Pultrall a été utilisée dans le béton qui permet de soutenir le système de train léger sur rail de la ville australienne de Brisbane. Elle a aussi servi pour les tunnels des métros de Guadalajara, au Mexique, et de San Francisco, ainsi que pour la construction d'un pont en Floride.

Plus près de chez nous, Pultrall a contribué en 2015 à la construction du pont à haubans de Nipigon, en Ontario, «le premier pont suspendu du monde dont le béton est armé de matériaux composites», souligne Bernard Drouin. Au Québec, l'entreprise vient de participer au projet de réfection du tablier du pont Dubuc, à Saguenay. «Au Québec et dans les régions plus froides, les sels déglaçants s'infiltrent, font rouiller l'acier et craquer le béton. Dans les régions plus chaudes et côtières, le sel de mer, corrosif, attaque les armatures», explique M. Drouin.

Outre les tabliers de pont, les viaducs et autres infrastructures routières, l'armature en composite peut être utilisée dans les salles d'électrolyse d'aluminerie. Pultrall a ainsi collaboré à la construction de la Fonderie d'aluminium de Qatalum, au Qatar, réalisée à la fin des années 2000, ainsi qu'à divers projets d'aluminerie d'Alcan et d'Alcoa.

La barre de renforcement V-Rod a généré environ 60 % des revenus de 15 millions de dollars réalisés en 2016 par Pultrall, dont les revenus ont doublé depuis 10 ans. L'entreprise, qui emploie quelque 110 personnes comparativement à une soixantaine en 2007, prévoit doubler de nouveau ses ventes d'ici 2027.

Pultrall, fondée en 1987 par un entrepreneur beauceron et acquise en 2005 par M. Drouin, se spécialise aussi dans la fabrication sur mesure de pièces en matériaux composites pour des entreprises qui souhaitent remplacer des pièces en aluminium, en acier, voire en bois.

Elle conçoit notamment des composantes pour les constructeurs d'autobus et de camions Nova Bus, Volvo et Prévost Car. L'entreprise compte aussi Hydro-Québec parmi ses clients, de même que des sociétés oeuvrant dans les industries militaire et de la santé.

À la une

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.

Twitter: un rendement assuré de 43%?

EXPERT INVITÉ. Le titre de Twitter se négocie à 37,80$US, 43% sous le prix offert par Elon Musk. Pourquoi?