10 choses à savoir vendredi

Publié le 20/10/2017 à 08:39

10 choses à savoir vendredi

Publié le 20/10/2017 à 08:39

Par Alain McKenna

Point 1: Voici comment votre employeur protège son propre Gilbert Rozon.

Comment votre entreprise protège son propre Gilbert Rozon, à quand Julie Payette en Lego, cette agence secrète canadienne veut votre aide et 7 autres choses à savoir en ce vendredi 20 octobre.


1- Le Gilbert Rozon de votre propre entreprise est probablement (et malheureusement) très bien protégé. Les femmes s'en doutaient déjà et une bonne majorité d'hommes le découvrent davantage chaque jour, mais on trouve des comportements sexuels déplacés jusque dans plusieurs bureaux québécois. Pourtant, on en entend peu parler. Pourquoi? Prenons l'exemple d'une jeune stagiaire dans une prestigieuse firme d'avocats, qui a été invitée par son supérieur à entrer dans son bureau. Celui-ci lui a ensuite demandé d'enlever ses vêtements. Après des mois à bosser pour cet homme, elle a finalement quitté. Seul hic : elle n'a pu parler de cette situation, car elle a dû signer une entente de non-divulgation, en échange de 40000$US. Phénomène isolé? Il semble que non. Plusieurs grandes entreprises imposent la signature d'une entente de non-divulgation dès l'entrée en poste. Aux États-Unis, Google, Linkedin et Facebook le font d'office. Plusieurs studios de télé également. Évidemment, l'éventualité de se faire poursuivre fait peur, ce qui en mène plusieurs à insister pour faire changer ces pratiques. Chez nos voisins du sud, le sénateur Brad Holyman propose d'aboblir ces clauses de non-divulgation. «Il est plus que temps de jeter un coup d'oeil aux causes de ce phénomène», dit-il à Bloomberg. «En forçant les victimes au silence, on ne fait que créer de nouvelles victimes.»


2- Pourrons-nous avoir une figurine LEGO de Julie Payette également? La populaire marque de blocs de construction veut mettre en marché quatre nouvelles figurines de pionnières de l'exploration spatiale ayant travaillé pour la NASA. Au programme : deux astronautes, Sally Ride et Mae Jemison, l'astonome Nancy Roman et l'informaticienne Margaret Hamilton. Les figurines seront vendues dans un ensemble de 231 morceaux permettant d'assembler une version miniature du téléscope Hubble et de la navette spatiale. Ce nouvel ensemble est une proposition d'un amateur de LEGO qui a soumis l'idée sur le site du fabricant. Celle-ci a rapidement pris de l'ampleur, accumulant plus de 10000 supporters en très peu de temps. Le projet a été confirmé par LEGO en février dernier, et ce nouvel ensemble sera mis en marché le 1er novembre prochain, résume Fortune. Évidemment, on ne serait pas contre une édition canadienne mettant en vedette nos propres astronautes…


lego


3- Cette «agence secrète» canadienne veut que vous téléchargiez son logiciel antifraude. Le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) est une société de la couronne dont on entend très peu parler, mais comme c'est elle qui dirige les mesures de défense contre les cybermenaces au pays, son rôle est de plus en plus crucial. Soucieuse d'aider les entreprises et les citoyens canadiens à se prémunir des nombreux logiciels malveillants vivant sur la Toile, elle a décidé de sortir de son mutisme habituel afin d'offrir à tous les internautes un des outils qu'elle utilise afin de combattre ces logiciels. Appelé Assemblyline, ce logiciel libre vise à aider les propriétaires d'un appareil informatique à mieux se protéger des menaces en ligne. Avec cette mesure, le CST espère que sa tâche sera plus facile, elle qui semble être épassée par l'ampleur des logiciels malveillants se trouvant sur Internet. «Cet outil permet à nos analystes de se concentrer sur des menaces précises, car sinon, il est très difficile pour le nombre de gens que nous avons de tout protéger», explique Scott Jones, responsable de la sécurité informatique pour le centre, à la CBC. Alors, aidez votre pays, téléchargez ce logiciel!


CST


4- Gap veut livrer des vêtements sur-mesure pour votre enfant tous les trois mois. Nous assistons ces jours-ci à une transformation en profondeur des pratiques commerciales dans le marché de la mode et du vêtement. Au-delà de la vente en ligne, ce sont les nouveaux services de livraison à domicile sur une base régulière et par abonnement qui semblent agacer les plus grands joueurs. Ne voulant pas rester sur les lignes de côté, Gap a décidé de cibler le marché des jeunes enfants. Son service par abonnement propose de livrer tous les trois mois un colis contenant des nouveautés sur-mesure, ajustant automatiquement la taille des vêtements en fonction de leur croissance. Ingénieux! Et ce ne sera pas le seul en son genre. Under Armour, Wal-Mart, Sephora… Les grandes marques s'intéressent de plus en plus à ce modèle. «Les services par abonnement en ligne deviennent un risque pour les gros joueurs dans à peu près tous les secteurs de consommation, et leur part de marché ne cesse de croître», nous apprend un rapport sur la question cité par Market Watch.


5- Pour sauver la planète, on mangera bientôt ce Big Mac… et son emballage aussi. On l'a déjà dit, le plastique est un des plus graves problèmes des années à venir, et elles sont nombreuses les entreprises qui souhaitent trouver une solution. La plus récente en lice? Celle d'Evoware, qui a créé un substitut au plastique qui est comestible, à teneur élevé en fibres, et qui ne comporte aucun agent nocif. Son astuce : il est fait à partir d'algues cultivées sans produit chimique. La jeune pousse indonésienne voit un usage de son matériau dans l'emballage d'aliments, entre autres, et pense qu'il sera possible d'éliminer la pollution à la source, en incitant les gens à manger l'emballage avec leur burger ou leur sandwich, selon le Daily Mail. Ça reste à voir.



6- La semaine devrait se terminer en beauté à Wall Street. Malgré les résultats décevants de l'ancien symbole industriel américain General Electric, les investisseurs gardent le moral après que le Sénat américain se soit prononcé en faveur des grandes lignes du budget 2018, en premier lieu des baisses d'impôts très attendues par les investisseurs. L'agenda économique est bien garni aujourd'hui au Canada. On attend les ventes au détail d'août, ainsi que les prix à la consommation de septembre. Dans notre revue boursière complète, on revient sur notre entrevue avec le PDG de ProMetic Sciences de la Vie, on aborde les doutes quant à l'avenir de Rogers Communications et on spécule sur les résultats à venir de Valeant.


7- Cette start-up inconnue plus grosse qu'Airbnb et Space X pourrait défier Amazon. Meituan Dianping est une entreprise chinoise née en 2015 de la fusion de Meituan et de Dianping, deux sites de vente par Internet ciblant spécifiquement le marché du web mobile. Aujourd'hui, l'entreprise est évaluée à plus de 30 milliards $US, ce qui en fait une des plus importantes start-up sur la planète, même si elle demeure à peu près inconnue chez nous. À partir d'une application mobile, elle propose de livrer des aliments, des billets de cinéma, elle fournit des critiques et recommandations de restaurants et de sorties, et elle offre des rabais pour des achats groupés sur des massages, des coupes de cheveux et autres. Vous pouvez même lui demander de laver votre voiture pendant que vous êtes au bureau! Un mélange de Groupon, Yelp et Uber Eats, en somme. Outre le fait qu'elle cible le marché lucratif des jeunes propriétaires de mobiles, sa position dominante dans le plus important marché mobile au monde en fait un joueur dominant à coup sûr. «C'est un quasi-monopole construit sur l'appétit de 1,4 milliard de personnes», explique Keith Pogson, analyste pour EY à Hong Kong, à Bloomberg. Reste à voir si ce modèle pourrait être exporté, ce dont doutent les experts : avec le coût de la main-d'oeuvre peu élevé en Chine, il est facile d'offrir des services sur demande à bas prix. On verra sous peu si elle compte exporter son modèle. Meituan Dianping vient de recevoir 4 milliards $US en financement pour élargir ses opérations.


8- Transformer des pets de vaches en vêtements est une autre façon de sauver la planète. La statistique est connue : entre 10 et 20 pourcent des émissions de gaz polluants sont provoqués par l'élevage du bétail qui sert à alimenter l'humanité. Pour réduire cette proportion, le plus simple est de réduire la consommation de produits animaliers. Ou alors, on peut faire comme la jeune pousse californienne Mango Materials et récupérer ces émissions afin de les utiliser dans d'autres domaines. Comme le textile, par exemple. À l'aide de bactéries, l'entreprise peut ainsi convertir le méthane produit par les vaches, notamment, en un polymère biodégradable facilement transformable en polyester. Ce matériau peut ensuite servir à fabriquer des vêtements, des tapis ou divers emballages. «En créant une demande pour le méthane, on peut aider à réduire ses effets sur l'atmosphère. Et ça évite d'avoir à utiliser des hydrocarbures pour produire certains matériaux», explique la PDG de Mango Materials, Molly Morse, à Inc. Souhaitons seulement que ces vêtements ne partagent pas la même odeur que leurs matières premières…


9- La Chine produira 1 million de véhicules électriques l'an prochain. À la cadence actuelle, ce total passera à un rythme annuel de 3 millions d'exemplaires en 2020, puis à plus de 7 millions en 2025. À ce stade, les véhicules électriques compteront pour 20% de la production automobile totale en Chine, ce qui dépassera les cibles exigées par le gouvernement, qui espère voir 2 millions de véhicules électriques produits en 2020. Durant les neuf premiers mois de 2017, les fabricants chinois ont produit 424000 véhicules, une hausse de 40,2% par rapport à 2016. «La tendance est définitive. Mais plutôt que de parler du jour où on retirera les véhicules à essence de la route, il faut se concentrer à populariser ces nouveaux modèles à énergie renouvelable», soutient toutefois Xu Heyi, président du groupe automobile BAIC, à Reuters. Il n'a pas tort : une autonomie un peu courte et un prix encore élevé continuent de faire réfléchir les acheteurs partout dans le monde.


10- Ce rangement pour vélo devrait faire un malheur à Montréal. Les cyclistes urbains le savent : garer son vélo n'est pas une sinécure. Surtout en appartement ou en condo! La société Hide-a-Ride a donc pensé à ces situations où il faut choisir entre installer un sofa ou réserver un espace pour son Devinci et a conçu un accessoire de rangement qui permet de faire les deux en même temps. On vous laisse visionner la vidéo pour comprendre comment ça fonctionne.




Sources: Bloomberg, CBC, Daily Mail, Fortune, Inc, Les Affaires, Market Watch, Reuters, Youtube.


Vous aimez les 10 choses? Suivez-nous sur Twitter pour en avoir plus:



NDLR: L'article des «10 Choses à savoir» reste un exercice de revue de presse. Les avis et opinions qui y sont rapportés ne reflètent pas nécessairement ceux et celles de la rédaction de Les Affaires.


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

10 choses à savoir jeudi

25/04/2019 | Alain McKenna

À quand une piscine à l'aéroport Dorval-Trudeau? Ford investit 500M$US dans Rivian, chercher Internet par la pensée.

10 choses à savoir mercredi

24/04/2019 | Alain McKenna

La CIA sur Instagram, la viande végétale de Beyond Meat chez IGA, une exposition pour comparer les pollutions urbaines.

À la une

Metro prend le plein contrôle de Première Moisson

25/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après les Coutu, au tour de la famille Colpron-Fiset de céder les rênes de Première Moisson.

Dans la classe moyenne? Voici pourquoi tu t'appauvris

25/04/2019 | François Normand

BALADO - La classe moyenne a glissé de 64 à 61% de la population de l'OCDE depuis 40 ans. Au Canada, c'est 58%.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

25/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.