Canadian Natural Resources prévoit des dépenses en immobilisations de 5,2G$ en 2023

Publié le 30/11/2022 à 14:13

Canadian Natural Resources prévoit des dépenses en immobilisations de 5,2G$ en 2023

Publié le 30/11/2022 à 14:13

Par La Presse Canadienne

Dans ses prévisions, Canadian Natural a dit s’attendre à ce que sa production atteigne l’équivalent d’entre 1 330 000 et 1 374 000 barils de pétrole par jour en 2023. (Photo: 123RF)

Calgary — Canadian Natural Resources a indiqué mercredi s’attendre à ce que son budget d’investissement atteigne 5,2 milliards de dollars (G$) l’an prochain, alors qu’elle cherche à accroître sa production.

Le plan comprend environ 4,2G$ en dépenses en immobilisations de base et 1,0G$ en capital de croissance stratégique.

Dans ses prévisions, Canadian Natural a dit s’attendre à ce que sa production atteigne l’équivalent d’entre 1 330 000 et 1 374 000 barils de pétrole par jour en 2023.

Cette cible suppose une augmentation de 4% par rapport aux niveaux de 2022, selon le point milieu de la fourchette de prévisions.

Canadian Natural a indiqué que sa cible de production pour 2023 consistait en environ 44% de pétrole léger de grande valeur et de pétrole brut synthétique, 29% de bitume et de pétrole brut lourd et 27% de gaz naturel, pour le point milieu de sa fourchette de prévisions.

En outre, la société a établi une nouvelle cible pour une réduction de 40% de ses émissions totales de gaz à effet de serre de niveaux 1 et 2 d’ici 2035, par rapport à leur niveau de 2020.

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.