Hydrogène «vert»: Lhyfe lance la première bourse d'échange de gré à gré

Publié le 22/04/2024 à 13:43, mis à jour le 22/04/2024 à 13:49

Hydrogène «vert»: Lhyfe lance la première bourse d'échange de gré à gré

Publié le 22/04/2024 à 13:43, mis à jour le 22/04/2024 à 13:49

Par AFP

La première plateforme numérique mettra en relation les industriels qui produisent de l'hydrogène vert et des clients. (Photo: 123RF)

Le producteur français d'hydrogène décarboné Lhyfe va mettre en ligne mardi la première plateforme numérique dédiée aux échanges d'hydrogène de gré à gré entre producteurs et consommateurs, couvrant toute l'Europe, a-t-il annoncé lundi à l'AFP.

Baptisée «Lhyfe heroes», elle mettra en relation les industriels qui produisent de l'hydrogène par électrolyse de l'eau et des clients disposant de leurs propres équipements de transport et souhaitant acheter des volumes d'hydrogène décarboné, a indiqué Antoine Hamon, directeur des opérations chez Lhyfe.

«Aujourd'hui, le marché de l'hydrogène vert ne fait que démarrer», dit-il.

«Nous voyons bien que les chaînes de production d'électrolyseurs ne sont pas chargées comme elles devraient l'être, mais nous restons convaincus que l'hydrogène vert est un pilier de la décarbonation de l'économie», ajoute-t-il, faisant référence au récent ralentissement dans le développement de la filière hydrogène.

Le marché en France est atomisé entre plusieurs petits producteurs répartis sur le territoire qui ont lancé l'exploitation d'un ou de plusieurs électrolyseurs, les outils permettant la séparation des atomes d'hydrogène et d'oxygène de la molécule d'eau (H20) grâce à l'électricité.

«La plateforme apportera de la sécurité au client final et permettra d'agréger tous les petits acteurs en France et en Europe», ajoute Antoine Hamon. Il précise que le prix payé restera négocié de gré à gré et «ne sera pas public».

«Notre plateforme est surtout dans un premier temps un outil de mise en relation et de facilitation logistique», explique-t-il.

Outre Lhyfe, qui exploite trois électrolyseurs à Bouin (Vendée), en Bretagne et près de Toulouse, la société Hympulsion a inauguré une station hydrogène à Clermont-Ferrand en 2022.

L'aéroport de Toulouse-Blagnac s'est aussi doté d'une station de production d'hydrogène décarboné en décembre 2023, via de l'électricité hydraulique venue des Pyrénées et une centrale photovoltaïque dans l'Aude.

Pour l'instant, les clients finaux sont des taxis, des bus, ou camions poubelles fonctionnant à l'hydrogène, ainsi que des générateurs (groupes électrogènes) ou des sites industriels de la chimie ou de l'agroalimentaire qui ont besoin d'hydrogène pour décarboner leurs procédés de fabrication.

Sur le même sujet

Hydro-Québec a mal planifié la demande industrielle, selon Pierre Fitzgibbon

Mis à jour le 28/05/2024 | La Presse Canadienne

M. Fitzgibbon a reconnu que la demande dépassait largement l’offre et que la situation est difficile.

L'intelligence artificielle, le nouvel assistant d'Énergir

Édition du 22 Mai 2024 | Emilie Laperrière

SPÉCIAL 300. Sans tout révolutionner, l'IA donne un sérieux coup de pouce à ses équipes depuis près d'un an.

À la une

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

28/05/2024 | Emmanuel Martinez

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Adaptation au climat: les entreprises doivent se préparer au pire

28/05/2024 | François Normand

Le Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) a publié un rapport crucial pour le Québec.

Climat: le GEA recommande de la «cohérence gouvernementale»

Mis à jour le 28/05/2024 | La Presse Canadienne

Les membres du GEA ont publié une liste de 20 recommandations, soutenues par plus de 90 moyens.