Roots croit que sa stratégie de gestion des stocks l'aidera à réduire les démarques

Publié le 13/09/2022 à 17:04

Roots croit que sa stratégie de gestion des stocks l'aidera à réduire les démarques

Publié le 13/09/2022 à 17:04

Par La Presse Canadienne

Roots a un plan pour «remballer et conserver» les marchandises invendues. (Photo: La Presse Canadienne)

Roots (ROOT, -2,22% à 3,08$ CAD) se lance dans la période la plus occupée de l’année avec des niveaux de stocks élevés et un plan pour «remballer et conserver» les marchandises invendues.

Le détaillant canadien de vêtements vend habituellement plus de marchandises pendant la deuxième moitié de l’année, période pendant laquelle il réalise environ 70% de son chiffre d’affaires annuel, a expliqué sa cheffe de la direction, Megan Roach.

Roots entame cette période de pointe avec des «niveaux de stocks sains» — en hausse de 15% par rapport à la même période l’an dernier — composés en grande partie de collections de vêtements de base qui sont «étroitement alignées sur les ventes attendues», a-t-elle précisé lors d’une conférence téléphonique.

Les niveaux de stocks plus élevés chez certains détaillants américains ont suscité des inquiétudes au sujet des éventuelles marchandises invendues, qui entraîneraient normalement des démarques généralisées, ce qui érode les marges et les bénéfices.

«Nous sommes conscients des inquiétudes du marché au sujet des niveaux de stocks élevés de certains détaillants, qui pourraient entraîner des démarques», a assuré Mona Kennedy, directrice financière de Roots, lors de la conférence téléphonique.

«Chez Roots, nous pensons que nos stocks sont moins sujets aux démarques potentielles.»

Les vêtements de la marque se composent principalement de «produits intemporels à risque limité vis-à-vis de la mode», ce qui donne à Roots la possibilité de «remballer et conserver» les stocks excédentaires si nécessaire, a-t-elle indiqué.

Cela signifie que toute marchandise invendue à la fin de la saison pourrait être entreposée jusqu’à l’année prochaine, et être alors remise dans les rayons des magasins.

C’est une stratégie qui ne fonctionnerait généralement pas aussi bien pour les détaillants de mode qui changent radicalement leurs collections de vêtements chaque saison, mais c’est une option pour un détaillant comme Roots, dont les styles sont plus classiques.

Les collections de base de l’entreprise représentent environ les deux tiers de ses stocks, ce qui rend efficace l’approche du remballage et de la conservation des invendus, a assuré Mme Kennedy.

«Du point de vue de la marge, nous restons disciplinés dans nos activités promotionnelles, a-t-elle ajouté. Nous continuons à nous concentrer sur la vente à prix plein.»

Roots a affiché mardi une perte de 3,2 millions de dollars (M$) pour son deuxième trimestre, comparativement à une perte de près de 1,2 million $ lors du même trimestre l’an dernier, malgré une croissance de plus de 20% de ses ventes totales.

Le détaillant a précisé que sa perte par action s’était chiffrée à 8 cents pour le trimestre clos le 30 juillet, alors qu’elle avait été de 3 cents lors de la même période l’an dernier.

Les ventes trimestrielles ont totalisé 47,8 millions $, par rapport au chiffre d’affaires de 38,9 millions $ réalisé un an plus tôt.

Les ventes des magasins exploités par l’entreprise et les ventes en ligne ont progressé à 38,5 millions $, comparativement à 30,4 millions $ au deuxième trimestre de l’an dernier, tandis que les ventes des partenaires et les autres ventes ont totalisé 9,3 millions $, alors qu’elles avaient été de 8,5 millions $ l’an dernier.

Au cours du trimestre, Roots a relancé sa marque Beaver Canoe, populaire dans les années 1980, et son logo en forme de losange avec un castor et des arbres.

«La relance suit les tendances rétro que nous voyons de plus en plus sur le marché, en particulier avec la demande pour les logos et les produits Roots rétro», a expliqué Mme Roach.

Elle a indiqué que la relance avait été «très réussie», et que davantage de produits Beaver Canoe étaient attendus pour 2023.

Pendant ce temps, la croissance des revenus de la société au deuxième trimestre a été principalement attribuable à une augmentation de l’achalandage en magasin, a souligné Mme Roach.

Roots constate également une «amélioration progressive» des délais d’expédition et des coûts de transport, a-t-elle ajouté.

«Les marchés de la chaîne d’approvisionnement s’améliorent, les tarifs ont baissé [et] les temps de transit se sont raccourcis», a précisé Mme Kennedy.

Sur le même sujet

Leader, soyez engagé(e)s!

05/12/2022 | Claudine Bergeron

BLOGUE INVITÉ. Certaines personnes cultivent un peu trop la pensée magique.

Mais ça fait quoi un PDG?

24/11/2022 | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Voici sur quoi se concentrent les PDG dans une journée.

À la une

Mise à jour économique: le crédit d'impôt destiné aux aînés passe de 411$ à 2000$

Il y a 23 minutes | La Presse Canadienne

Le ministre Girard a réaffirmé qu’il anticipait un ralentissement économique en 2023.

EN DIRECT: suivez la mise à jour économique du gouvernement caquiste

Il y a 25 minutes | Les Affaires

Suivez toutes les informations sur la mise à jour économique du gouvernement avec notre expert invité, Raphaël Melançon.

Elon Musk VS Bernard Arnault: qui sera le plus riche à la fin de la journée?

Il y a 42 minutes | LesAffaires.com et AFP

Qui sera l'homme le plus riche du monde à la fin de la journée? C'est le duel du jour que suit Forbes.