Une région traditionnellement touristique en pleine relance


Édition du 11 Novembre 2017

Une région traditionnellement touristique en pleine relance


Édition du 11 Novembre 2017

Le rocher ­Percé, grand symbole de la ­Gaspésie, attire des dizaines de milliers de touristes par an.

UNE VILLE ET SA RÉGION

Série 9 de 9
Les Affaires prend la route afin de vous faire découvrir neuf municipalités qui se démarquent par leur vitalité économique.

Gaspésie

Cette région aux paysages saisissants de beauté tient son nom du mot micmac Gespeg, qui signifie «le bout du monde». La péninsule n'a pas de riche que les étendues d'eau qui l'entourent, soit l'estuaire du Saint-Laurent, le golfe du Saint-Laurent et la baie des Chaleurs. Ses gens d'affaires souhaitent démontrer qu'il n'y a pas que le tourisme qui a le vent dans les voiles sur leur territoire.

Ce jour-là, fin septembre, trois beaux paquebots étaient ancrés dans la baie de Gaspé. De gros bateaux. «Mais pas si gros que ça», soupirait Olivier Nolleau, directeur de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé.

La ville s'attendait à recevoir deux jours plus tard la visite d'un géant, le Queen Elizabeth 2, avec près de 2 000 passagers. Une grande manne pour l'économie locale. Hélas, il sera finalement passé tout droit, en route vers Québec. Ayant dû réduire sa vitesse dans le golfe du Saint-Laurent, il devait sacrifier des escales. Gaspé a ainsi été mise de côté.

La raison de ce ralentissement obligé ? La mort d'une douzaine de baleines franches, dans un laps de temps limité, imputée en partie à des collisions avec les gros bateaux alors que l'espèce, menacée, ne compterait aujourd'hui que 600 individus. La décision, au départ temporaire, pourrait devenir permanente.

C'est un autre exemple de la conciliation difficile des usages dans le golfe et le fleuve. Circulation maritime, environnement naturel à préserver... Au moins, l'été 2017 a été hautement profitable à l'industrie touristique gaspésienne, ce qui prolonge une séquence heureuse. «Nous avons encore vu beaucoup d'étrangers, des Américains et des Européens, souligne Marie-Claude Giasson, directrice de l'hôtel Plante, au centre-ville. De la mi-juin à la fin de septembre, nous fonctionnons à plein. La saison s'est étirée.»

Simon Poirier, nouveau propriétaire du réputé bistro Brise-Bise, a lui aussi noté une belle augmentation de son achalandage, déjà régulier. «Le taux de change a aidé», dit-il. Et comment : les clients attendaient jusque sur le trottoir pour avoir une place...

Étonnant ? Pas vraiment. La région est vraiment sur une belle lancée, et quelques événements y ont contribué.

La gratuité dans les parcs fédéraux, en 2017, a mené à une augmentation de 30 % de la fréquentation du parc national ­Forillon, à la pointe de la ­Gaspésie.

La gratuité dans les parcs fédéraux, en 2017, a mené à une augmentation de 30 % de la fréquentation du magnifique parc national Forillon, à la pointe de la Gaspésie. Ultra-couru, le festival Musique du bout du monde, à Gaspé, a connu une édition encore plus populaire. «Au point qu'il n'y avait plus aucune place pour séjourner de Sainte-Anne-des-Monts, du côté nord de la Gaspésie, à New Carlisle, du côté sud», dit Olivier Nolleau. On parle ici de plus de 400 km de côtes où tous les types d'hébergement étaient occupés... Des résultats impressionnants, mais il reste encore du travail à faire, reconnaît-il. Le tourisme d'hiver est à développer. En Gaspésie, il neige beaucoup. Ce sera tôt ou tard un grand avantage.

L'accès, un grand enjeu

Plus important encore demeure l'accès à la région. Le train ne s'y rend plus, même si le trajet est saisissant. La voie est en trop mauvais état, endommagée par les débordements de la mer. On évoque un investissement d'une centaine de millions de dollars pour la remettre à niveau. La desserte par autocar, elle, est en déclin depuis deux ans avec des fréquences réduites. Et l'avion coûte cher : le prix est le même, dit-on, pour un trajet Montréal-Gaspé que pour un billet Montréal-Paris... Les tarifs d'Air Canada commencent cependant à baisser en raison des pressions, de la concurrence de Pascan (qui dessert Bonaventure, dans la baie des Chaleurs) et du projet d'un nouveau transporteur, baptisé Lindbergh, qui sabrerait fortement dans les prix. Et il y a la voiture. Les points de vue sont souvent spectaculaires, mais la route est longue. Tout dépend du temps dont on dispose.

La Gaspésie, aux confins du Québec, sera toujours aussi attirante, avec son offre touristique plus sophistiquée et ses attraits naturels immuables. Comme le chantait Robert Charlebois : «Le rocher Percé est toujours là et il bouge pas...»

À la une

Bourse: Wall Street finit contrastée, nouveaux records pour Nasdaq et S&P 500

Mis à jour le 13/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX est en baisse de 1,2% et Wall Street est mitigé.

À surveiller: Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resources

13/06/2024 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resourc? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: les gagnants et les perdants du 13 juin

Mis à jour le 13/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.