Comment vous préparer au futur du travail?

Publié le 04/04/2024 à 07:27

Comment vous préparer au futur du travail?

Publié le 04/04/2024 à 07:27

Par Olivier Schmouker

L'idée, c'est de commencer par changer notre vision de ce qu'est une carrière. (Photo: Tom Parkes pour Unsplash)

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les plus croustillantes [et les plus pertinentes] sur le monde de l’entreprise moderne… et, bien sûr, de ses travers. Un rendez-vous à lire les mardis et les jeudisVous avez envie de participer? Envoyez-nous votre question à mauditejob@groupecontex.ca

Q. – «IA, télétravail, hyper productivité… Le monde du travail est en pleine mutation, et je m’inquiète pour mon futur: vais-je toujours avoir du travail? Oui, vais-je devenir obsolète? Mes compétences clés seront-elles bientôt dépassées? Bref, que devrais-je faire aujourd’hui-même pour m’assurer d’avoir un avenir professionnel?» – Billy

R. – Cher Billy, il est vrai que nos façons de travailler sont en train d’évoluer à la vitesse grand V, ces temps-ci. Depuis la pandémie, nombre d’entre nous ont goûté au télétravail pour la toute première fois et ont tellement aimé ça que les employeurs ont dû revoir leurs politiques managériales, notamment en adoptant l’entre-deux qu’est le mode hybride. En parallèle, les avancées technologiques sont si rapides que nombre de nos tâches peuvent d’ores et déjà être mieux exécutées par des robots intelligents que par nous-mêmes. On pense, entre autres, à la traduction, à la retranscription de réunions de travail, ou encore au tri de CV. Et demain matin, ce sont des métiers qui pourraient être carrément accaparés par les robots intelligents: les études abondent pour désigner, entre autres, les métiers de la gestion de la paie, du service à la clientèle, ou encore de l’analyse de données.

Convient-il de baisser les bras face à la puissance grandissante de l’intelligence artificielle (IA)? Non, bien sûr. Mieux vaut plutôt reconnaître le danger qui s’en vient droit sur chacun de nous, en ne se laissant pas leurrer par le discours des pionniers de l’IA qui jurent que leurs trouvailles ne feront qu’aider les êtres humains à être plus productifs que jamais alors qu’en vérité celles-ci fauchent d’ores et déjà nombre d’emplois dans les secteurs qui s’en servent le plus, à commencer par le secteur technologique lui-même! Pour vous en convaincre, regardez ce qui se passe aujourd’hui chez Google, Meta et autres géants de la tech: plus de 34 000 employés ont été licenciés dans le monde par des entreprises technologiques entre le 1er janvier et le 13 février 2024, soit davantage que le nombre d’emplois sabrés dans la tech au cours d’un trimestre entier depuis 2022, selon Statista. Idem, regardez ce qui se passe dans le milieu du jeu vidéo, en particulier au Québec. Tout ça, soulignons-le bien, en grande partie parce que l’IA supplante l’être humain, vu qu’elle effectue ses tâches en un clin d’œil là où l’être humain prend des heures, qu’elle travaille 24/7 sans jamais chialer, qu’elle ne prend jamais de congés pas plus qu’elle ne parle de «bien-être au travail», et surtout qu’elle ne demande pas la moindre rémunération.

On le voit bien, notre objectif commun est donc d’éviter l’obsolescence. Et cela m’amène à vous parler, Billy, de l’organisme maori Tokona te Raki, en Nouvelle-Zélande. Sa mission? «Nous sommes des créateurs d’avenir maoris, indiquent-ils sur leur site web. Nous utilisons l’innovation sociale pour parvenir à l’équité en matière d’éducation, d’emploi et de revenus pour tous les Maoris au sein du takiwā Ngāi Tahu [zone tribale] et au-delà. Notre approche consiste à nous appuyer sur la sagesse ancestrale pour bâtir un nouvel avenir aux Maoris.»

Concrètement, Tokona te Raki vient en aide aux autochtones de la Nouvelle-Zélande afin de leur permettre de s’adapter à la vie d’aujourd’hui et de demain sans pour autant renier leurs valeurs propres. L’idée est simple: permettre à chacun de trouver sa place et de s’y épanouir, en dépit des défis inhérents à un monde en pleine mutation, en particulier dans le milieu du travail.

Quand j’ai découvert l’existence de cet organisme maori, ça m’a sauté aux yeux: ce qu’il prône pour son peuple est, au fond, tout aussi valable pour nous tous. Nous aussi, nous sommes confrontés à un défi d’adaptation. Nous aussi, nous sommes menacés d’obsolescence. Bref, nous aussi, nous sommes des Maoris.

Là où ça devient passionnant, c’est que Tokona te Raki a récemment signé une étude sur la meilleure façon dont les Maoris pouvaient s’adapter au futur du travail, et donc, sur la meilleure façon dont nous pourrions nous tous nous adapter au futur du travail. Cette étude s’appuie sur une foule de données sur l’avenir du travail ainsi que sur des entrevues effectuées auprès de gestionnaires et de travailleurs. Regardons ça ensemble.

Pour commencer, l’étude montre que la monnaie d’échange de demain, ce sera les compétences. Un travailleur n’aura de valeur aux yeux d’un employeur qu’à travers ses compétences propres. L’idée est donc de cultiver les compétences nécessaires au futur du travail.

Selon l’étude, les compétences qui seront sûrement les plus payantes à l’avenir, tous métiers confondus, sont les suivantes, par ordre d’importance:

1. Résolution de problème

2. Connexité (capacité à évoluer harmonieusement en nouant des liens fructueux avec les autres)

3. Compétences organisationnelles (planifier, prioriser, gérer son temps, etc.)

4. Communication

5. Capacité à travailler en équipe

6. Souci du détail

Il convient donc de renforcer avant tout ces compétences-là, que nous avons déjà tous plus ou moins, mais pas n’importe comment. L’important est de tenir compte du fait qu’il va nous falloir les mettre en application dans des rôles souvent différents. De fait, l’étude indique que les jeunes diplômés d’aujourd’hui seront appelés, en général, à occuper 12 rôles différents au cours de leur carrière. Oui, vous avez bien lu: 12 rôles différents. Par exemple, celui qui commence à présent sa carrière comme surveillant de chantier va ensuite devenir démolisseur au marteau-piqueur, puis chauffeur de rouleau compresseur, puis chef de chantier, puis gestionnaire de projet, etc.

 

Cliquer sur suivant pour la suite

Sur le même sujet

Malade, vaut-il mieux rester chez soi ou aller au bureau?

MAUDITE JOB! «L'autre jour, j'étais malade comme un chien. Je suis quand même allé au bureau. Ai-je eu raison ou tort?»

Leaders, connaissez-vous la technique de l'édredon?

21/05/2024 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «J'ai réalisé qu'à force de toujours prendre la parole, j'empêche les autres de partager leurs idées...»

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.