Trump : un beau cas d'anti-leadership


Édition du 28 Octobre 2017

Trump : un beau cas d'anti-leadership


Édition du 28 Octobre 2017

Par Robert Dutton

[Photo : 123RF]

Il y aura bientôt un an que Donald Trump a été élu à la présidence des États-Unis. À l'époque, j'avais dans ces pages comparé sa victoire à une OPA hostile sur le pays. J'avais suggéré que son étrange victoire lui dictait trois priorités : 1) apprendre à connaître la « cible » de son OPA en écoutant les experts ; 2) réduire l'incertitude et se faire rassurant pour le Congrès, les États étrangers et les employés de l'État américain ; 3) rassembler les Américains, que la campagne électorale avait profondément divisés.

Il ne fallait pas être devin pour comprendre, avant même son entrée en poste, qu'il ne ferait rien de cela. Il a fait le contraire avec une énergie qui en a étonné plus d'un.

On dit du président des États-Unis qu'il est le « leader du monde libre ». En matière de leadership, Donald Trump est plutôt un cas d'école illustrant tout ce qu'un leader ne doit pas faire. Puisqu'il est en poste, aussi bien s'en servir à des fins pédagogiques.

Donald Trump n'a de préoccupation que pour lui-même. Son regard est profondément centré sur son nombril, au point qu'il ne parle que de sa « performance », même lorsqu'il se rend sur les lieux d'une catastrophe naturelle. Un leader doit certes avoir un ego convenable, sinon personne ne le suivra. Il doit cependant aussi se mettre au service d'un projet plus grand que lui ou elle. Et il ou elle doit tirer sa fierté du succès du projet, pas de sa gloire personnelle.

Donald Trump divise. Qu'il le fasse par calcul ou simplement pour répondre à ses impulsions pathologiques, il dresse les Américains les uns contre les autres, et les États-Unis contre la plupart de leurs alliés. Au contraire, un leader cultive le consensus, mobilise dans une même direction et cherche à créer de la synergie parmi ses troupes pour que le groupe soit meilleur que la somme de ses membres. C'est à cette seule condition qu'il ou elle fera avancer son projet.

Trump entretient l'incertitude, et de plusieurs façons : il se contredit quotidiennement, fait des affirmations ambiguës, laisse croire aux législateurs qu'il s'entend avec eux, mais rompt ses engagements dans les heures ou les jours qui suivent. Sans compter qu'il a installé des portes tournantes à l'entrée et à la sortie de la Maison-Blanche, ce qui ajoute au caractère imprévisible de celle-ci. Au contraire, un leader cherche à maximiser la prévisibilité au sein de son écosystème : collaborateurs, clients, fournisseurs. Il ne peut certes pas éliminer toute incertitude, mais il évite d'en rajouter et s'efforce de clarifier ce qui peut l'être.

Trump méprise ses collaborateurs et même ses alliés de longue date. En quelques mois à peine, il a changé la composition de sa garde rapprochée à un rythme étourdissant, et généralement de façon assez peu élégante. Il exige plus que de la loyauté ; il exige de la servilité de ses collaborateurs, qu'il n'hésite pourtant pas à humilier publiquement. Il s'approprie les réalisations des autres, mais les blâme pour ses erreurs. Au contraire, un leader s'efforce de mettre en valeur ses collaborateurs et leurs contributions, en soulignant publiquement leurs mérites et en les soutenant dans les moments difficiles.

Trump n'a aucun sens des priorités découlant de sa fonction. Il accorde une importance démesurée à des détails insignifiants, comme l'assistance à sa cérémonie de prestation de serment d'office ou les cotes d'écoute de ses détracteurs médiatiques. Un bon leader est conscient que son temps productif est très limité et il l'utilise dans le plus grand respect de sa mission. Il ou elle sait reconnaître où sa contribution est le plus essentielle à l'avancement du projet dont il ou elle assume le leadership.

Trump ne reconnaît pas sa propre ignorance (qui est pourtant abyssale). Entre son évocation de la « Nambie » (sic) et son affirmation selon laquelle « personne ne savait que la santé pouvait être si compliquée », il semble chaque jour être le premier à découvrir que la Terre est ronde. Un leader, au contraire, connaît bien ses limites et sait les compenser en s'entourant de collaborateurs compétents et forts.

Trump est absolument incapable d'empathie. On connaissait déjà son insensibilité à l'égard des femmes, des gens de couleur et des personnes handicapées. Les catastrophes naturelles du Texas et de Porto Rico ont révélé qu'il est incapable de toute forme d'empathie, même lorsqu'il essaie. De l'égocentrique « What a crowd, what a turnout ! » prononcé à Corpus Christie au pathétique lancer de rouleaux d'essuie-tout à San Juan, Trump a confirmé que son intelligence émotionnelle est nulle (ce qui renvoie à son égocentrisme souligné au début). Au contraire, un bon leader a un degré très élevé d'intelligence émotionnelle, pour « sentir » les gens. C'est essentiel dans le choix des collaborateurs, c'est aussi essentiel dans ses rapports avec ceux-ci. Un manque d'empathie chez un leader se traduit par un désengagement des collaborateurs et engendre des coûts et des déficits de productivité très réels.

Vous voulez être un bon leader ? Observez Trump, puis faites le contraire.

Biographie
Pendant plus de 20 ans, il a été président et chef de la direction de Rona. Sous sa gouverne, l'entreprise a connu une croissance soutenue et est devenue le plus important distributeur et détaillant de produits de quincaillerie, de rénovation et de jardinage du Canada. Après avoir accompagné un groupe d'entrepreneurs à l'École d'entrepreneurship de Beauce, Robert Dutton a décidé de se joindre à l'École des dirigeants de HEC Montréal à titre de professeur associé.

À la une

À surveiller: Open Text, BCE et D2L

09:09 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Open Text, BCE et D2L? Voici quelques recommandations d’analystes.

Investissement Québec renfloue les coffres de Goodfood

L’intervention d’IQ survient à un moment où les finances de la société montréalaise sont sous pression.

Bourse: Toronto évolue dans le rouge à la mi-journée

Mis à jour à 12:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.Wall Street commence la semaine en repli.