Dix conseils pour réussir l'intégration des travailleurs étrangers


Édition du 24 Mai 2014

Dix conseils pour réussir l'intégration des travailleurs étrangers


Édition du 24 Mai 2014

1 Établir un programme d'accueil

TECHNOCompétences recommande que l'employé - particulièrement le travailleur temporaire - soit accueilli par une personne de l'entreprise à l'aéroport. Puis, la mise en oeuvre d'une procédure d'accueil bien huilée s'impose: remise d'un guide sur le fonctionnement de l'entreprise, voire sur les démarches administratives à accomplir à l'arrivée au Québec, présentation des équipes préalablement préparées à l'arrivée d'un nouveau travailleur venu de l'étranger, lexique de traduction des métiers et des processus dans l'entreprise, etc. Les entrepreneurs peuvent s'inspirer des bonnes pratiques recensées notamment sur hireimmigrants.ca ou sur affairesrh.ca, recommande la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

2 Mettre en place une structure de parrainage

Confier à un employé expérimenté au sein de l'entreprise le rôle de «parrain» est devenu une pratique courante. C'est lui qui accompagnera le nouvel arrivant au cours d'une visite guidée des locaux qui lui expliquera ce qu'on attend de lui ainsi que le fonctionnement de l'entreprise. Le parrain sera la personne référente pour le nouveau travailleur immigré, celle à qui il pourra poser ses questions et qui l'aidera à s'adapter plus rapidement à son nouvel environnement.

3 Tisser des liens à l'interne

Mettre en contact des travailleurs qui ont franchi les mêmes étapes que le nouvel arrivant (demande de résidence permanente, etc.) afin que ce dernier puisse leur demander conseil. La CCMM suggère de donner des dîners-causerie.

4 S'inspirer des bonnes pratiques du Canada

Plusieurs sites Web recensent les nouvelles pratiques, ainsi que les meilleures pratiques en matière d'intégration des travailleurs étrangers, notamment hireimmigrants.ca ou affaresrh.ca.

5 Organiser des activités sociales

Ce conseil est d'autant plus avisé en région, où les organismes communautaires et les personnes immigrées sont moins nombreux. Certaines entreprises organisent des activités à l'interne en semaine. D'autres invitent aussi les nouveaux travailleurs étrangers et leur famille durant certains week-ends, pour leur faire découvrir la région ou des activités nouvelles, par exemple la raquette ou le ski. Outre la découverte de l'environnement social et culturel du Québec, «trouvez ce qui fait vibrer vos employés, recommande l'équipe du programme Interconnexion de la CCMM : les Québécois seront très heureux de recevoir une paire de billets de hockey, tandis que les personnes issues de l'immigration auront plutôt un penchant pour le soccer.»

6 Prendre en compte la situation des conjoints

Si la famille ne s'adapte pas, le travailleur risque fort de repartir dans son pays. D'où l'importance d'aider la famille à s'installer (trouver un logement, une école, une garderie, faire les démarches administratives [compte en banque, permis de conduire, etc.]). Le fait que le conjoint du travailleur trouve un emploi, si c'est souhaité, est un élément très important pour l'intégration de la famille.

Certaines entreprises iront jusqu'à aider le conjoint à trouver un emploi, en ayant notamment recours à son réseau d'affaires. «C'est bien le rôle de l'entreprise de le faire, relève Marie-Ève Ethier, conseillère en mobilité internationale, puisque c'est souvent l'intégration de la famille qui pose problème. Le travailleur, lui, a un emploi et il est entouré.»

7 Valoriser la différence, mais aussi les similarités

Tenir compte de la différence, c'est bien, mais il faut savoir mettre des limites et insister avant tout sur ce qui rassemble, sur les valeurs communes. Le travailleur est avant tout un professionnel au même titre que ses collègues, avant d'être un étranger.

8 Offrir des perspectives professionnelles

Les candidats immigrants sont généralement d'une grande loyauté envers les entreprises qui leur ont donné une chance, remarque la CCMM. En établissant des plans de carrière individualisés qui offrent des perspectives d'avancement et en effectuant des suivis réguliers avec ces employés lors d'entrevues individuelles pendant lesquelles ils pourront s'exprimer sur leurs attentes, leurs difficultés et leurs questionnements, l'entreprise contribue à assurer la fidélisation de ces employés.

9 Se doter d'un plan de gestion de la diversité

Le plan comprendra notamment les accommodements que l'entreprise prévoit accepter en matière de règlements et de valeurs. Dans les petites entreprises, cela se fait de façon pragmatique et souvent non formalisée, mais tout aussi efficacement, observe Sébastien Arcand, professeur au Service de l'enseignement du management à HEC Montréal.

10 Insuffler l'ouverture d'esprit dans l'entreprise

Des formations à la gestion de la diversité peuvent être organisées au sein de l'entreprise afin de sensibiliser les employés aux différences culturelles et à la façon de les aborder en communiquant clairement les valeurs de l'entreprise. Dans le cas d'un comportement qui pourrait sembler inapproprié, la CCMM recommande d'apprendre aux gestionnaires à communiquer avec le travailleur pour tenter de faire la part des choses et de déterminer si un tel comportement est admissible chez lui. S'il ne l'est pas, il faudra lui expliquer ce qui se fait ou non au Québec.

À lire aussi :
Gérer la diversité sans accentuer les différences

À la une

Bourse: Wall Street finit contrastée, nouveaux records pour Nasdaq et S&P 500

Mis à jour le 13/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX est en baisse de 1,2% et Wall Street est mitigé.

À surveiller: Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resources

13/06/2024 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resourc? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: les gagnants et les perdants du 13 juin

Mis à jour le 13/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.