Des augmentations de salaire de 4,1% au Québec en 2023

Publié le 21/09/2022 à 16:39

Des augmentations de salaire de 4,1% au Québec en 2023

Publié le 21/09/2022 à 16:39

Par La Presse Canadienne

Après les travailleurs des technologies de l’information et des communications suivent ceux des services professionnels, scientifiques et techniques, avec des augmentations prévues de 4,5%. (Photo: 123RF)

Les employeurs du Québec s’attendent à devoir augmenter les salaires de 4,1% l’an prochain en général, rapporte l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec.

Il s’agit de la prévision de hausses salariales la plus élevée depuis 2008, selon l’Ordre.

En entrevue mercredi, la directrice générale de l’Ordre, Manon Poirier, a expliqué que c’est surtout la rareté de main-d’œuvre qui pousse ainsi à la hausse les salaires.

«Bien sûr il y a l’inflation, mais habituellement les entreprises sont relativement prudentes à réagir trop rapidement par rapport à l’inflation. Mais je vous dirais que le principal facteur, c’est nécessairement la pénurie de main-d’œuvre qui, depuis un certain temps, met beaucoup de pression sur les salaires», a-t-elle expliqué.

 

Les TI en demande et en hausse

C’est le secteur des technologies de l’information et des communications qui devrait en profiter le plus, avec des augmentations prévues de 4,9%, selon ces prévisions pour 2023.

«Ce secteur-là connaît la pénurie de main-d’œuvre depuis très, très longtemps. La demande pour les gens des technologies de l’information a augmenté beaucoup. Il y a eu une époque où c’était juste les entreprises de haute technologie qui les recrutaient, mais maintenant, c’est toutes les entreprises qui commencent à avoir une équipe de technologie. Donc, ça met beaucoup de pression sur le marché. Et, comme ces dernières années, c’est le secteur où on entrevoit les plus fortes hausses de salaire», a expliqué Mme Poirier.

Après les travailleurs des technologies de l’information et des communications suivent ceux des services professionnels, scientifiques et techniques, avec des augmentations prévues de 4,5%.

 

Moins pour le public

Tout à l’opposé, ce sont les travailleurs dans les administrations publiques — municipales, provinciales et fédérales — qui devraient toucher les augmentations de salaire les moins élevées, selon les mêmes prévisions, soit de 3,1% en 2023.

Il existe pourtant aussi un manque d’infirmières, d’enseignants, de professionnels de l’éducation et d’éducatrices dans les services de garde, a-t-on fait remarquer.

«Les administrations publiques, c’est des conventions collectives qui sont sur plusieurs années ; certaines sont en renégociation. Peut-être qu’avant qu’on voit le plein impact de la pénurie qui touche aussi les services publics, l’administration publique, peut-être que ça va prendre un petit bout de temps encore avant qu’on voit la pression sur les salaires à la hausse», avance Mme Poirier.

Parmi les autres secteurs dans lesquels les augmentations attendues sont moindres, on note les arts, spectacles et loisirs avec 3,6%.

À la une

Bourse: Wall Street termine hésitante, plutôt dans le rouge, avant un discours de la Fed

Mis à jour le 29/11/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en légère hausse grâce aux gains de l'énergie.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 29/11/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, BRP et Banque Scotia

29/11/2022 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Dollarama, BRP et Banque Scotia? Voici quelques recommandations d’analystes.