L'immigration reprend, la formation de ménages aussi

Publié le 24/09/2021 à 14:00

L'immigration reprend, la formation de ménages aussi

Publié le 24/09/2021 à 14:00

Par Camille Robillard

Sources: Statistiques Canada et Open Canada

Durant la première année pandémique, et ce, sans grande surprise, la formation de ménages au pays a été la plus basse enregistrée depuis la recension de Statistique Canada en 1999. Avec 27 000 ménages canadiens dénombrés en 2020, on observe une baisse de 87 % en comparaison avec l’année précédente. Ce phénomène s’explique notamment par le faible taux d’immigration durant cette première année de pandémie. 

Effectivement, d’avril à décembre 2020, l’immigration au Canada s’élevait à seulement 50 % de la moyenne des cinq dernières années. Toutefois, selon Matthieu Arseneau, économiste en chef à la Banque du Canada, les projections pour l’année 2021 s’annoncent encourageantes. À l’heure actuelle, l’immigration se trouve à 93 % du taux prépandémique. Une hausse considérable durant le mois de juin justifie entre autres cette statistique. Au cours de cette période, le taux d’admission de nouvelles résidences permanentes a excédé le taux de tous les mois de juin entre 2015 et 2019.

L’économiste en chef espère que cette tendance se poursuivra, alors qu’elle représente la pierre angulaire du succès de notre économie.

Sur le même sujet

La section F du bail, une dure nécessité?

01/02/2023 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. Il faut revenir aux raisons de la création de la clause F et se demander si elle est encore fondée.

Les Canadiens ne s'alimentent pas mieux que les Américains

Le score de qualité alimentaire des immigrants au Canada est supérieur à celui des non-immigrants.

À la une

Cinq conseils pour améliorer ses chances de financement

Édition du 18 Janvier 2023 | Karl Rettino-Parazelli

FINANCEMENT. Comment maximiser ses chances d'obtenir un prêt désiré?

Arrêtez de vous sous-évaluer comme entrepreneur!

BLOGUE INVITÉ. Attention, vendre à bas prix comporte des risques et des effets pervers.

La taxe de 2% sur les rachats d'actions des sociétés rapporterait 3 G$ en cinq ans

Le gouvernement souhaite inciter les entreprises à plutôt réinvestir leurs bénéfices dans leurs activités.