«Desjardins n'est pas un service public»

Publié le 16/05/2018 à 16:09

«Desjardins n'est pas un service public»

Publié le 16/05/2018 à 16:09

Par Conseiller

Desjardins ne peut à lui seul assumer le rôle de moteur économique des régions et n’a de toute manière pas vocation à être «un service public», affirme Guy Cormier. 

Convoqué lundi devant la Commission de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale en même temps que l’Association des banquiers canadiens et la Fédération québécoise des municipalités, le président et chef de la direction du Mouvement s’est défendu d’avoir «laissé tomber» certaines localités en décidant de s’en retirer.

Soulignant que la coopérative compte aujourd’hui plus de 950 points de service et près de 2 000 guichets, qui ne représentent que 7 % de ses transactions totales, le dirigeant a rappelé que même si ses membres et clients utilisent Internet pour effectuer plus de 90 % de leurs opérations financières, Desjardins «a réussi à maintenir une présence physique plusieurs fois supérieure aux banques dans toutes les régions». 

«On ne peut pas nous faire porter tout le poids des services financiers au Québec. […] Ce n’est pas un service public, Desjardins», a-t-il insisté devant les parlementaires qui l’interrogeaient. Il leur a également fait remarquer qu’environ 30 % des points de service de l’institution se trouvent dans des municipalités de moins de 2 000 habitants, où les banques sont absentes.

«Il y a des régions où 50 % de la population fait affaire avec nous. Alors, pourquoi Desjardins doit absolument avoir à maintenir un guichet? Nous, on est là pour nos membres. On n’est pas là pour les citoyens, on est là pour nos membres! C’est nos membres qu’on dessert. On cherche des solutions pour eux», a ajouté le patron de la coopérative.

Ce dernier a précisé que, selon lui, le développement des régions était «une responsabilité collective» qui nécessitait des actions concrètes et immédiates. «La réussite scolaire, la reconnaissance des compétences acquises à l’étranger et l’accès à Internet haute vitesse sont des outils essentiels du développement régional. J’invite les parlementaires à s’y intéresser de toute urgence, puisque c’est la vitalité économique des communautés qui nous permet d’y conserver nos points de service», a-t-il plaidé.

 

>>> Lire la suite sur Conseiller.ca



image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Les économistes des grandes banques partagent leurs prévisions pour 2020

Ils s'attendent à ce que le pays connaisse quelques points forts en 2020, malgré l'incertitude mondiale.

Les dirigeants de banques canadiennes se prononcent sur 2020

2019 a été marquée par des licenciements, une augmentation du nombre de faillites et des rumeurs de récession imminente.

À la une

Le classement des 300 plus importantes PME du Québec en 2019

Édition du 26 Octobre 2019 | Emanuelle René de Cotret

Le classement annuel des 300 plus importantes PME du Québec

Les 300 en quelques chiffres

Édition du 26 Octobre 2019

Le classement annuel des 300 plus importantes PME du Québec

Système de paie Phénix: encore plus de 100 000 victimes

Quatre ans après son implantation dans la fonction publique fédérale, le système de paie Phénix est loin d'être parfait.