«Desjardins n'est pas un service public»

Publié le 16/05/2018 à 16:09

«Desjardins n'est pas un service public»

Publié le 16/05/2018 à 16:09

Par Conseiller

Desjardins ne peut à lui seul assumer le rôle de moteur économique des régions et n’a de toute manière pas vocation à être «un service public», affirme Guy Cormier. 


Convoqué lundi devant la Commission de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale en même temps que l’Association des banquiers canadiens et la Fédération québécoise des municipalités, le président et chef de la direction du Mouvement s’est défendu d’avoir «laissé tomber» certaines localités en décidant de s’en retirer.


Soulignant que la coopérative compte aujourd’hui plus de 950 points de service et près de 2 000 guichets, qui ne représentent que 7 % de ses transactions totales, le dirigeant a rappelé que même si ses membres et clients utilisent Internet pour effectuer plus de 90 % de leurs opérations financières, Desjardins «a réussi à maintenir une présence physique plusieurs fois supérieure aux banques dans toutes les régions». 


«On ne peut pas nous faire porter tout le poids des services financiers au Québec. […] Ce n’est pas un service public, Desjardins», a-t-il insisté devant les parlementaires qui l’interrogeaient. Il leur a également fait remarquer qu’environ 30 % des points de service de l’institution se trouvent dans des municipalités de moins de 2 000 habitants, où les banques sont absentes.


«Il y a des régions où 50 % de la population fait affaire avec nous. Alors, pourquoi Desjardins doit absolument avoir à maintenir un guichet? Nous, on est là pour nos membres. On n’est pas là pour les citoyens, on est là pour nos membres! C’est nos membres qu’on dessert. On cherche des solutions pour eux», a ajouté le patron de la coopérative.


Ce dernier a précisé que, selon lui, le développement des régions était «une responsabilité collective» qui nécessitait des actions concrètes et immédiates. «La réussite scolaire, la reconnaissance des compétences acquises à l’étranger et l’accès à Internet haute vitesse sont des outils essentiels du développement régional. J’invite les parlementaires à s’y intéresser de toute urgence, puisque c’est la vitalité économique des communautés qui nous permet d’y conserver nos points de service», a-t-il plaidé.


 


>>> Lire la suite sur Conseiller.ca




image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Comment je vois et joue le secteur bancaire

Édition du 22 Septembre 2018 | Tahar Mansour

EXPERT-INVITÉ. Le système bancaire canadien en est un de type oligopolistique. Cela veut dire qu'il y a peu ...

Adieu banquiers et autres comptables ?

Édition du 15 Septembre 2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Lorsque Nordea a publié ses résultats financiers du deuxième trimestre, de nombreux analystes sont tombés ...

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: