Une récession moindre qu'en 1990 ou 1982

Publié le 27/11/2008 à 00:00

Une récession moindre qu'en 1990 ou 1982

Publié le 27/11/2008 à 00:00

Pour l’économiste de la Banque Nationale, l’idée que le Canada pourrait connaître une récession plus grave que celle de 1990 ou de 1982 est irréaliste.

La différence entre ces crises passées et celle du moment se situe au niveau de l’impact du ralentissement sur l’emploi et sur la demande intérieure canadienne.

Ainsi, Yanick Desnoyers anticipe-t-il pour cette présente récession des pertes de 200 000 à 300 000 emplois au Canada. Ce qui demeure nettement inférieur aux 462 000 emplois perdus en 1990, qui représentaient alors 3,5% de la main d’œuvre. Et inférieur également aux pertes d’emplois connues en 1982 quand 5,4% de la main d’œuvre s’était retrouvée au chômage.

Les pertes d’emplois étant ainsi limitées, la demande intérieure canadienne se maintiendra et la récession brutale sera évitée même si, en parallèle, les États-Unis connaitront une sévère récession induite par le recul de la consommation.

Pour éviter le scénario catastrophe, le Canada s’appuiera sur des mesures monétaires et budgétaires initiées de manière synchronisées.

À la différence de 1990, quand les taux d’intérêts avoisinaient 10%, la Banque du Canada a rabaissé les taux d’intérêts stimulant ainsi l’économie. Et le gouvernement s’est engagé à accroître temporairement le déficit pour soutenir l’activité économique.

De plus, le dollar canadien jouant le rôle d’absorbeur de chocs, le secteur de l’exportation demeure bénéficiaire même si les volumes sont en recul.

Ces facteurs permettront à l’économie canadienne de passer au travers de la crise sans trop de casse.

Quant aux signaux de reprise, ils apparaîtront dès la deuxième moitié de 2009, pense Yanick Desnoyers.

À la une

Déclin de 13% des énergies vertes en 2020, selon l’AIÉ

Le secteur ralentit globalement, mais il y a deux gros marchés qui continueront de croître en 2020 malgré la pandémie.

Legault s'inquiète de l'avenir d'Air Transat

L’incertitude au sujet de l’avenir du transport aérien Air Transat inquiète le premier ministre du Québec.

Sail ferme six magasins, 500 emplois touchés

Sail Plein Air ferme entre autres ses quatre établissements Sportium au Québec.