Énorme vente de permis d'exploration de pétrole aux États Unis juste après Glasgow

Publié le 17/11/2021 à 14:20

Énorme vente de permis d'exploration de pétrole aux États Unis juste après Glasgow

Publié le 17/11/2021 à 14:20

Par La Presse Canadienne

La vente aux enchères en direct a invité les sociétés énergétiques à soumissionner sur des permis de forage sur quelque 352 000 kilomètres carrés, soit environ le double de la superficie de la Floride. (Photo: La Presse Canadienne)

Nouvelle-Orléans — Le département américain de l’Intérieur a mis aux enchères, mercredi, des centaines de permis d’exploration pétrolière et gazière dans les eaux fédérales du golfe du Mexique, lors de la première vente de ce type sous l’administration du président Joe Biden, un signe avant-coureur des défis auxquels il est confronté pour atteindre les objectifs climatiques qui dépendent de coupes majeures dans les émissions des combustibles fossiles.

Des sociétés telles que Shell, BP, Chevron et ExxonMobil ont proposé des offres sur 307 parcelles de territoire totalisant près de 6950 kilomètres carrés. C’est le total le plus élevé pour une seule enchère depuis la reprise des enchères dans le golfe en 2017.

Il faudra des années de développement avant que les entreprises commencent à pomper du brut. Cela signifie qu’elles pourraient continuer à produire bien au-delà de 2030, année où le monde devra être sur la bonne voie pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et éviter des changements climatiques catastrophiques, selon les scientifiques.

La vente aux enchères est intervenue après que les procureurs généraux des États républicains ont argumenté avec succès devant un tribunal fédéral en faveur de la levée de la suspension des ventes fédérales de pétrole et de gaz que M. Biden avait imposée lors de son entrée en fonction.

M. Biden a fait campagne sur des promesses de réduire les combustibles fossiles provenant des terres et des eaux publiques, qui, en incluant le charbon, représentent environ le quart des émissions de carbone des États-Unis, selon l’Institut d’études géologiques des États-Unis. Pourtant, alors même qu’il tentait de convaincre d’autres dirigeants mondiaux de renforcer les efforts internationaux contre le réchauffement climatique, y compris lors des pourparlers sur le climat de ce mois-ci en Écosse, les enchères de mercredi illustrent les difficultés de M. Biden à lutter contre les problèmes climatiques chez lui.

L’administration a proposé la semaine dernière une autre série de ventes de permis d’exploration pétrolière et gazière en 2022, dans le Montana, le Wyoming, le Colorado et d’autres États de l’ouest. Les responsables du département de l’Intérieur sont allés de l’avant malgré la conclusion que la combustion des carburants pourrait entraîner des milliards de dollars de dommages climatiques potentiels futurs.

«Nous avons eu l’approche sans contrainte de M. Trump envers le pétrole et le gaz sur les terres fédérales et la première tentative de M. Biden de suspendre le forage. Il semble maintenant que l’administration Biden essaie de trouver une nouvelle politique», a noté le chercheur Robert Johnston du Center on Global Energy Policy de l’Université Columbia.

«Ils font très attention à ne pas ralentir leur fragile élan» sur les questions climatiques, a-t-il ajouté.

La vente aux enchères en direct a invité les sociétés énergétiques à soumissionner sur des permis de forage sur quelque 352 000 kilomètres carrés, soit environ le double de la superficie de la Floride. Les autorités fédérales ont estimé avant la vente que cela pourrait conduire à la production de jusqu’à 1,1 milliard de barils de pétrole et 4400 milliards de pieds cubes de gaz naturel.

Les examens environnementaux de la vente, menés sous l’ancien président Donald Trump et confirmés sous M. Biden, ont abouti à une conclusion improbable: extraire et brûler le carburant entraînerait moins de gaz à effet de serre que de le laisser sur place.

Des réclamations similaires dans deux autres affaires, en Alaska, ont été rejetées par les tribunaux fédéraux après des contestations d’écologistes. Les travaux du climatologue Peter Erickson ont été cités par les juges dans l’une des affaires, et il a déclaré que l’analyse du ministère de l’Intérieur comportait une omission flagrante : elle excluait les augmentations de gaz à effet de serre dans les pays étrangers résultant de l’entrée de plus de pétrole du Golfe sur le marché.

«Le calcul est extrêmement simple sur ce genre de choses», a déclaré M. Erickson, scientifique principal au Stockholm Environment Institute, un groupe de recherche à but non lucratif. « Si de nouveaux permis augmentent l’offre mondiale de pétrole, cela a un effet proportionnel sur les émissions provenant de la combustion du pétrole. Par conséquent, donner ces permis dans le golfe du Mexique augmenterait les émissions mondiales. »

Le Bureau of Ocean Energy Management du département de l’Intérieur a récemment modifié ses méthodes de modélisation des émissions, citant les travaux de M. Erickson. Les responsables ont déclaré qu’il était trop tard pour utiliser cette approche pour la vente aux enchères de mercredi.

Pour les ventes à venir, la porte-parole Melissa Schwartz a déclaré que l’Intérieur procédait à un examen des émissions plus complet que ceux de toute administration précédente. Il fait également appel de l’ordonnance du tribunal qui a forcé la reprise des ventes fédérales de pétrole et de gaz.

Erik Milito, président de la National Ocean Industries Association, a déclaré qu’il n’était pas certain que l’utilisation de la nouvelle approche aurait modifié les conclusions du gouvernement, car le forage pétrolier dans d’autres parties du monde est moins efficace et le transport des importations augmente également les coûts du carbone.

L’utilisation continue de l’ancienne analyse agace les opposants au forage, qui disent que M. Biden ne donne pas suite à ses engagements en matière de climat.

«Nous parlons de la transition loin d’une économie de combustibles fossiles et ils vendent une bombe de carbone géante aux enchères», a déploré l’avocat Drew Caputo avec Earthjustice, qui a un procès fédéral en cours contre la vente de permis dans le golfe.

Certains démocrates se sont également opposés à la vente. Le président du comité des ressources naturelles de la Chambre, Raúl Grijalva de l’Arizona, a dit que M. Biden « doit faire mieux » après avoir promis d’agir en leader sur les questions climatiques tout en maintenant un programme de combustibles fossiles avec une longue histoire de mauvaise gestion.

Le golfe du Mexique représente environ 15% de la production totale de brut des États-Unis et 5% de son gaz naturel.

Les analystes du secteur avaient prédit un intérêt accru pour la vente de mercredi étant donné que les prix du pétrole ont fortement augmenté au cours de la dernière année. C’est également une chance pour les entreprises d’obtenir des droits de forage avant que l’administration ou le Congrès n’augmente les frais de forage et les taux de redevances, a noté l’analyste Justin Rostant du cabinet de conseil industriel Wood Mackenzie.

 

Sur le même sujet

4. Calendrier de l'avent des affaires: la COP26

04/12/2021 | Olivier Schmouker

Concours international du jeu appelé «la politique de l’autruche»...

Le ministère des Ressources naturelles doit évoluer, selon Wilkinson

Jonathan Wilkinson est devenu il y a trois semaines le quatrième ministre des Ressources naturelles en six ans.

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, manque encore le rebond

Mis à jour à 17:07 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le rouge.

À surveiller: Microsoft, Rogers et ExxonMobil

Que faire avec les titres de Microsoft, Rogers Communications et ExxonMobil? Voici quelques recommandations d’analystes.

Guru sacrifie la rentabilité à court terme pour mousser sa marque

L’entreprise montréalaise a l’intention de continuer à «investir dans la marque», a expliqué le PDG Carl Goyette.