Bourse : la crise libyenne inquiète toujours les investisseurs

Publié le 23/02/2011 à 16:12, mis à jour le 23/02/2011 à 16:17

Bourse : la crise libyenne inquiète toujours les investisseurs

Publié le 23/02/2011 à 16:12, mis à jour le 23/02/2011 à 16:17

Par Stéphane Rolland

Photo : Bloomberg

La crise libyenne inquiète toujours les investisseurs alors que l’instabilité politique a poussé le prix du baril de pétrole au-delà des 100 $US en après-midi. Les investisseurs craignent que la rapide progression de l’or noir ne freine la croissance économique.

En après-midi, le prix du baril de pétrole a dépassé le seuil des 100 $US avant de passer sous les 99 $US. «Le prix du pétrole va continuer de progresser jusqu’à ce que la situation politique se stabilise, a indiqué à Bloomberg Marcus Yu, directeur des investissements chez Genus Capital Management à Vancouver. S’il y a des signes d’instabilités en Arabie-Saoudite, cela influencera grandement le prix du pétrole.»

L’inquiétude sur les marchés a contribué à l’appréciation de l’or, valeur refuge. «Dites-moi quand la situation se stabilisera au Moyen-Orient et je vous dirai lorsque les craintes s’estomperont, a dit au site Market Watch Bart Melek, stratégiste de Valeurs mobilières TD. Les investisseurs achètent de l’or pour se protéger des risques géopolitiques.

À Wall Street, les principaux indices ont reculé pour une deuxième journée. C’est la plus importante baisse de deux jours depuis six mois. «Un prix du baril plus élevé pourrait nuire aux prévisions de croissance économique, affirme à Bloomberg Michael Holland, administrateur d’Holland & Co à New York. Les investisseurs tentent d’anticiper l’avenir. Même si les résultats dépassent les attentes et que les prévisions officielles sur l’économie s’améliorent, pour un investisseur, ce sont des éléments qu’il regarde dans son rétroviseur. »

À Toronto, le S&P/TSX modère sa chute grâce à ses entreprises dans le secteur minier et pétrolier qui profitent de la progression. Les autres secteurs sont toutefois en recul. Les services financiers, les commerces de détail, les entreprises de télécommunications, les entreprises de technologie et les industriels perdent entre 0,25% et 1,45%, quelques minutes avant la fermeture.

À la fermeture, voici l'état de la situation à Toronto et New York :

— S&P/TSX : descend de 7,49 points, ou 0,05 %, à 13 956,19 points;

— S&P 500 : recul de 8,03 points, ou 0,61 %, à 1 307 points;

— Dow Jones : perd 107,01 points, ou 0,88 %, à 12 105 points;

— Nasdaq : glisse de 33,43 points, ou 1,21 %, à 2 722 points;

— Pétrole : le baril gagne 2,92 $ US, ou 3,06 %, à 98,34 $ US;

— Or : l'once monte de 9,50 $ US, ou 0,68 %, à 1 410,60 $ US;

— Dollar : le dollar canadien gagne 0,10 cent US, ou 0,10 %, à 100,06 cents US.

PLUS :

Et si le pétrole grimpait à 130 $ US...

Crise en Libye : le pétrole dépasse les 100 $ US

Via Rail aime les hausses du baril de pétrole

 

À la une

Wall Street est-elle de gauche ou de droite?

Il y a 28 minutes | Philippe Labrecque

BLOGUE INVITÉ. Les partis de gauche fusionnent avec l’influence du capital, et ce, pas seulement aux États-Unis.

La Caisse de dépôt affiche une perte de 33,6G$

En tenant compte des dépôts, l’actif net de la CDPQ a reculé de 28,2G$, passant de 420G$ à 392G$ de janvier à juin 2022.

Immobilier: la correction historique aura-t-elle lieu?

BLOGUE INVITÉ. En tant que courtier immobilier, j’observe de la surenchère, mais le nombre de cas est en diminution.