Boralex améliore sa performance malgré la COVID-19

Publié le 07/08/2020 à 11:04

Boralex améliore sa performance malgré la COVID-19

Publié le 07/08/2020 à 11:04

Par François Normand

Une éolienne de Boralex en France (source: Boralex)

Le producteur d’énergie renouvelable Boralex (BLX, 34,98$) a amélioré sa performance au deuxième trimestre par rapport à la même période l’an dernier. Malgré un BAIIA en hausse, l’entreprise a affiché une perte de 6 millions de dollars, ce qui représente néanmoins une amélioration par rapport à la perte de 15 M$ enregistrée l’an dernier.

Pour son exercice clos le 30 juin, la société a réalisé des produits de ventes d’énergie de 121 M$, soit le même niveau qu’au deuxième trimestre de 2019. Pour sa part, la perte 6 M$ représente une perte de 0,07$ par action.

Le bénéfice avant intérêt, impôt et amortissement (BAIIA) s’élève quant à lui à 86 M$, soit une hausse de 4% comparativement à l’an dernier.

«La croissance de nos résultats est le reflet d'une hausse de la production éolienne au Canada ainsi que des multiples initiatives d'optimisation opérationnelles et financières au cours de la dernière année», indique dans un communiqué ce vendredi le président et chef de la direction de Boralex, Patrick Lemaire.

Au Canada, la production d’énergie éolienne a augmenté de 4%. C’est 10% de plus que la production anticipée par Boralex. Par contre, la production de cette source d’énergie a reculé de 2% en France.

Pour autant, dans tous ses marchés, la production éolienne a progressé de 2%.

Boralex produit de l'hydroélectricité, de l'énergie thermique issue de la biomasse ainsi que de l'énergie éolienne et solaire au Canada, aux États-Unis et en France.

Davantage de projets et une seconde entente privée

Au deuxième trimestre, la société a aussi augmenté de 103 mégawatts (MW) son portefeuille de projets, avec 57 MW de projets solaires et 46 MW de projets éoliens ajoutés principalement en phase préliminaire du portefeuille de projets.

L’entreprise a aussi signé son deuxième contrat de vente d'électricité directement à une entreprise (corporate PPA). Habituellement, Boralex vend son énergie à des «utilities» comme Hydro-Québec ou BC Hydro.

Boralex a conclu cette entente avec le groupe Auchan, en France, sur deux parcs éoliens existants en fin de contrat avec la société d’État Énergie de France (EDF) d'une puissance installée totale de 16 MW.

Ce contrat d’une durée de trois ans débute le 1er janvier 2021.

Ce type d’initiative s’inscrit dans le plan stratégique 2019-2023 de Boralex qui vise à transformer la société sur quatre axes et qui chamboulera ses façons de faire pour vendre son énergie et financer ses projets, en plus de réduire ses coûts, comme l’expliquait Patrick Lemaire à Les Affaires en janvier.

Depuis cinq ans, la valeur du titre de Boralex a presque été multipliée par trois à 34,98$.

Au moment de mettre cet article en ligne, l’action s’était appréciée 3,71% depuis l’ouverture des marchés, dans la foulée de la publication de ses résultats du 2e trimestre.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

Sur le même sujet

Boralex s’étend aux États-Unis

La clôture de la transaction est prévue d’ici la fin de l’année.

Titres en action: Lululemon, Cineplex, Carnival Corp, Boralex...

Mis à jour le 20/11/2020 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

À la une

Le projet Énergie Saguenay a-t-il un avenir à long terme?

27/11/2020 | François Normand

ANALYSE — Le marché de l'énergie mute en Europe et en Asie, ce qui pourrait limiter la demande pour du GNL du Québec.

COVID-19: un général va coordonner la distribution des vaccins au Canada

27/11/2020 | AFP

Un général ayant dirigé les forces de l'OTAN en Irak coordonnera la distribution des vaccins contre la COVID au Canada.

Le prix des propriétés bondit dans la RMR de Montréal

27/11/2020 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les banlieues ont la cote en 2020 et l'intérêt pour les copropriétés sur l'île de Montréal diminue.