Les tarifs sur l'acier imposés par Trump n'ont pas eu l'effet désiré

Publié le 04/11/2019 à 15:45

Les tarifs sur l'acier imposés par Trump n'ont pas eu l'effet désiré

Publié le 04/11/2019 à 15:45

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Les tarifs douaniers imposés l’an dernier par le président Donald Trump sur l’acier importé devaient protéger cette industrie aux États-Unis, même s’ils faisaient du coup augmenter les prix pour les fabricants américains qui dépendent de ce métal.

Or, ces tarifs de 25 % n’ont même pas été très utiles pour le secteur qu’ils devaient aider. Après avoir vécu une soudaine embellie l’année dernière, les sidérurgistes américains ont connu une baisse de leurs bénéfices et un exode des investisseurs.

Le secteur de l’acier n’a créé que 1800 emplois depuis février 2018, un mois avant l’entrée en vigueur des tarifs ; pendant ce temps, les entreprises américaines en général ont ajouté près de 4 millions de travailleurs. En fait, les sidérurgistes emploient 10 000 personnes de moins qu’il y a cinq ans.

La promesse de Donald Trump de galvaniser ce secteur de l’économie américaine l’avait aidé à remporter des votes à l’élection de 2016 dans des États clés comme l’Ohio, la Pennsylvanie et le Wisconsin. Trois ans plus tard, son incapacité à générer un boom dans cette industrie soulève des doutes quant à ses performances dans ces États clés à la présidentielle de 2020.

La chute des prix de l’acier s’explique par divers facteurs, notamment une demande moins forte, due à une économie mondiale plus faible, et une hausse soudaine de production aux États-Unis après l’entrée en vigueur des droits de douane.

Pendant les premiers mois qui ont suivi l’entrée en vigueur des tarifs douaniers, les prix de l’acier ont augmenté pour atteindre 1006 $ US la tonne métrique d’acier à bande laminée à chaud en juillet 2018, selon le site SteelBenchmarker ; aujourd’hui, cet acier se vend 557 $, soit moins qu’avant l’imposition des tarifs.

À la une

De multitude d'écarts de revenus en défaveur des gens racialisés au Canada

Le taux de chômage le plus élevé était celui des femmes racialisées, de 9,6 %.

À surveiller: Telus, Roots et Banque TD

09:23 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Telus, Roots et Banque TD? Voici quelques recommandations d'analystes.

Dites, ça vous dirait de travailler depuis la Floride?

BLOGUE. Votre réalité, demain matin? Oui, mille fois oui, selon une étude de Harvard et de la Northeastern...