Lourde perte pour Freddie Mac

Publié le 03/11/2011 à 14:51, mis à jour le 03/11/2011 à 15:39

Lourde perte pour Freddie Mac

Publié le 03/11/2011 à 14:51, mis à jour le 03/11/2011 à 15:39

Par AFP

[Photo : Bloomberg]

Le géant américain du refinancement des prêts immobiliers, l'organisme semi-public Freddie Mac, a connu une nouvelle lourde perte de 4,4 milliards de dollars au troisième trimestre, qui l'a forcé à demander une injection de 6 milliards de dollars à l'Etat.

Cette perte est nettement supérieure à celle du trimestre précédent (2,1 milliards) et du troisième trimestre 2010 (2,5 milliards).

Freddie Mac, bénéficiaire dans son activité financière traditionnelle sur le marché des prêts hypothécaires, a accusé une perte de 4,8 milliards à cause des dérivés qui doivent le protéger de la hausse des taux d'intérêt. Or "les taux d'intérêt à long terme ont baissé d'environ 1,25 point" lors de ce trimestre, a indiqué le groupe dans un communiqué.

Ces taux ont été tirés vers le bas par les craintes de récession aux Etats-Unis, la perte par le pays de sa note "AAA" chez l'agence Standard and Poor's en août, et l'aggravation de la crise de la dette publique en zone euro, qui ont poussé les investisseurs à trouver refuge dans les bons du Trésor américain.

Les résultats du groupe ont également été grevés par une provision pour pertes de 3,6 milliards de dollars.

Freddie Mac a donc demandé à combler son déficit par un investissement de 6,0 milliards de dollars du Trésor, qui doit porter à 72,2 milliards les sommes injectées dans son capital par Washington depuis la nationalisation de septembre 2008.

Le groupe a souligné "la faiblesse du marché immobilier" et "des conditions difficiles sur les marchés financiers". Il ne prévoit pas à court terme d'amélioration qui lui permettrait de redresser plus rapidement ses finances.

"La faiblesse du marché de l'emploi et la fragilité de l'économie continuent de peser lourdement sur le marché des pavillons, incitant de nombreux candidats à l'achat à rester sur la touche ou à choisir la location malgré des prix intéressants et des taux d'intérêt au plus bas", a commenté le directeur général, Charles Haldeman, cité dans un communiqué.

"Nous prévoyons que la lenteur de la reprise continuera d'exercer une pression sur les prix des logements au moins jusqu'en début d'année", a-t-il ajouté.

M. Haldeman a annoncé en octobre qu'il quitterait l'entreprise quand un successeur aura été désigné.

Freddie Mac, que le gouvernement veut démanteler d'ici à 2018 avec son entreprise soeur Fannie Mae, ne parvient à se désendetter que très lentement. Sa dette totale se montait à 2.162,5 milliards de dollars au 30 septembre, contre 2.180,1 milliards au 30 juin.

Mais depuis la nationalisation, il n'a connu qu'un seul bénéfice trimestriel: 676 millions de dollars au premier trimestre 2011.

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...