Projet de loi 61: «J'ai bougé sur toutes les demandes», dit Dubé

Publié le 11/06/2020 à 11:42

Projet de loi 61: «J'ai bougé sur toutes les demandes», dit Dubé

Publié le 11/06/2020 à 11:42

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, s’est finalement plié aux demandes des partis d’opposition et modifiera en profondeur son projet de loi 61.

La pièce législative, qui était décriée de toutes parts depuis une semaine, vise à accélérer la mise en chantier de 202 projets d’infrastructure.

Se présentant devant les journalistes l’air contrit jeudi matin, M. Dubé a admis que la semaine avait été « occupée » et qu’il avait travaillé jusque tard dans la nuit de mercredi à jeudi pour trouver des solutions.

Il a déclaré qu’il allait modifier tous les articles litigieux du projet de loi touchant principalement à l’environnement et aux marchés publics. La prolongation de l’état d’urgence sera aussi circonscrite, a−t−il dit.

La veille, les partis d’opposition et le député indépendant Guy Ouellette lui avaient lancé un ultimatum: soit il réécrivait le projet de loi, soit il se butait à leur refus de l’adopter.

M. Dubé a plaidé jeudi que le Québec avait besoin de ce projet de loi afin de raccourcir les délais pour la construction d’écoles, de maisons des aînés et de réseaux de transport collectif, entre autres.

Il a supplié les oppositions de lui accorder leur « aide » pour faire passer le projet de loi 61 par des « voies naturelles » dans un court laps de temps. Il a dit espérer faire adopter le principe ce jeudi.

« Nettement insuffisant » 

L’opposition libérale a réagi à la proposition d’amendements de M. Dubé en la qualifiant de nettement insuffisante.  

La chef du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a concédé qu’un pas avait été franchi, mais qu’il restait au moins 10 kilomètres à parcourir.

Selon elle, le projet de loi 61 du gouvernement Legault est au mieux brouillon, au pire une « tentative malheureuse de s’octroyer des pouvoirs insensés ».

« On est très loin de la coupe aux lèvres, a−t−elle déclaré lors de la période des questions. Les députés en cette Chambre sont déçus. »

Le premier ministre François Legault a affirmé que si les oppositions n’acceptaient pas de voter le principe du projet de loi, elles allaient devoir s’expliquer à leurs électeurs. « On aura perdu un été », a−t−il rouspété.

 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Étude des crédits: les libéraux dénoncent un manque de sérieux

L’étude des crédits budgétaires est un processus annuel de reddition de comptes à l’Assemblée nationale.

COVID-19: d'autres mesures pour soutenir les PME sont réclamées

La mise à jour économique de la CAQ est une «grande boîte vide», selon Québec solidaire.

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.