Politique économique: de bonnes nouvelles pour les verts

Publié le 08/10/2013 à 15:51, mis à jour le 08/10/2013 à 17:53

Politique économique: de bonnes nouvelles pour les verts

Publié le 08/10/2013 à 15:51, mis à jour le 08/10/2013 à 17:53

Par Hugo Joncas

Une maquette du trolleybus que Québec et la STM souhaiteraient mettre en service à Montréal. Image: STM

Écologistes et spécialistes des technologies vertes accueillent avec enthousiasme la nouvelle Politique économique du gouvernement Marois.

«Je suis largement satisfait, dit Steven Guilbault, cofondateur d’Équiterre. Toute la stratégie sur l’électrification, c’est très intéressant et très articulé. Je pense que sincèrement, c’est ce que j’ai vu de mieux à date en termes de vision du développement de l’électrification. Il y a du transport en commun, il y a du transport individuel, il y a de la R&D…»

Il aime aussi la stratégie d’utilisation des surplus d’électricité de Québec. «Aujourd’hui, on décide de s’en servir pour favoriser l’électrification, pour tenter d’attirer des entreprises très énergivores qui pollueraient beaucoup plus ailleurs qu’ici, dit-il. Les centres de données par exemple. Ils fonctionnent au charbon ou au gaz naturel aux États-Unis.»

À la grappe de technologies propres Écotech Québec, le pdg Denis Leclerc aime les éléments de la Politique économique qui favorisent l’innovation verte dans les entreprises. «Tous les programmes qui vont permettre aux entreprises d’améliorer leur compétitivité tout en réduisant leur bilan carbone et leur bilan environnemental, ça c’est une très bonne nouvelle, parce que nos entreprises vont être plus compétitives et les innovations du Québec vont être mises à profit pour aider les PME manufacturières.»

Surplus énergétiques dispendieux

À la une

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.