Le protectionnisme risque d'amplifier les pressions inflationnistes

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Août 2018

Le protectionnisme risque d'amplifier les pressions inflationnistes

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Août 2018

Il ne faut pas oublier que l’effet le plus direct des tarifs douaniers est une hausse des prix de certains biens. [Photo: 123RF]

Malgré les inquiétudes suscitées par les manoeuvres protectionnistes américaines et un début d'année plus difficile pour le secteur immobilier canadien, la Banque du Canada (BdC) a annoncé une nouvelle hausse de ses taux directeurs lors de sa rencontre du 11 juillet dernier. Le taux cible des fonds à un jour a ainsi triplé depuis la mi-2017, pour atteindre 1,50 %, un niveau qui demeure tout de même très bas. Si la BdC paraît maintenant beaucoup moins hésitante à normaliser sa politique monétaire, c'est que le portrait de l'inflation a bien changé au cours de la dernière année.

Nous notions dans une chronique à la fin de l'été dernier qu'il était surprenant de voir l'inflation demeurer très faible au Canada et dans la plupart des pays avancés, malgré une amélioration claire de l'environnement économique. Une remontée graduelle de l'inflation était attendue alors que les capacités excédentaires de production se feraient de plus en plus rares. C'est effectivement ce qui a été observé et le taux annuel d'inflation a atteint 2,5 % au Canada en juin dernier, comparativement à seulement 1,0 % douze mois plus tôt. Une forte hausse des prix de l'essence a amplifié la poussée de l'inflation, mais le retour très près de la cible de 2 % des trois indices qu'utilise la BdC pour évaluer l'inflation tendancielle montre que l'accélération de la croissance des prix est assez généralisée. Plusieurs autres statistiques semblent confirmer que la longue période de faible inflation est bien terminée, dont une progression plus vigoureuse des salaires et une enquête montrant que les entreprises canadiennes font face à de plus en plus de pression sur leurs capacités de production. Alors que tout indique que l'activité économique a été très vigoureuse en Amérique du Nord au deuxième trimestre de 2018, il devient difficile de justifier le maintien de taux d'intérêt directeurs très faibles.

Les taux d'intérêt devraient continuer d'augmenter

Alors que les pressions inflationnistes internes semblent déjà amplement suffisantes pour maintenir l'inflation près du niveau ciblé, la BdC ne peut ignorer les risques haussiers supplémentaires qui résultent de la détérioration des relations commerciales avec les États-Unis. La possibilité d'une véritable guerre commerciale représente un risque économique sérieux pour une petite économie ouverte comme le Canada, mais il ne faut pas oublier que l'effet le plus direct des tarifs douaniers est une hausse des prix de certains biens. Pour que les tensions commerciales amènent la BdC à cesser son resserrement monétaire, il faudrait qu'elle soit convaincue que la détérioration des perspectives économiques qui en résulte fera diminuer l'inflation à moyen terme, malgré l'effet haussier sur les prix découlant des barrières tarifaires.

La bonne nouvelle est que, jusqu'à maintenant, les perspectives économiques demeurent favorables en Amérique du Nord, malgré l'incertitude engendrée par les tensions commerciales. Les exportations canadiennes ont même bondi à un sommet historique en juin dernier, un signe que la demande extérieure robuste compense les entraves au commerce extérieur. Alors que les tarifs douaniers risquent d'amplifier encore un peu plus les pressions inflationnistes des deux côtés de la frontière, il faut ainsi s'attendre à ce que la Réserve fédérale et la BdC continuent à augmenter graduellement leurs taux directeurs au cours des prochains trimestres.

EXPERT INVITÉ
Mathieu D’Anjou
, CFA, est économiste principal aux Études économiques du Mouvement Desjardins.

Sources : Statistique Canada et Desjardins, Études économiques

Sur le même sujet

Un peu d'autonomie c'est bien, mais trop, c'est dangereux

Édition du 13 Mai 2020 | François Normand

ZOOM SUR LE MONDE. Trop miser sur les achats locaux pour relancer l'économie est «dangereux».

Ottawa protégera les sociétés canadiennes des intérêts étrangers

Cette surveillance accrue survient alors que les pays de partout dans le monde intensifient leur capacité de production.

À la une

Projet de loi 61: accélérer des projets d'infrastructures

Il y a 2 minutes | La Presse Canadienne

Des projets pourraient bénéficier de « mesures d’accélération », telles que des « procédures d’expropriation allégées».

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Il y a 8 minutes | La Presse Canadienne

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

La Banque du Canada maintient son taux directeur à 0,25%

11:22 | AFP

« L’économie canadienne semble avoir évité le scénario le plus pessimiste ».