Plongeon historique de 32,9% du PIB américain au 2e trimestre

Publié le 30/07/2020 à 09:10, mis à jour le 30/07/2020 à 10:22

Plongeon historique de 32,9% du PIB américain au 2e trimestre

Publié le 30/07/2020 à 09:10, mis à jour le 30/07/2020 à 10:22

Par AFP

Le confinement du printemps a précipité brutalement l'économie américaine dans la récession, et les États-Unis ont enregistré une chute historique de leur Produit intérieur brut au deuxième trimestre, qui a plongé de 32,9%.

Cette chute est toutefois moins importante que les 35% attendus par les analystes ou que les 37% estimés par le Fonds monétaire international.

Ce deuxième trimestre consécutif de baisse du PIB marque l'entrée officielle en récession de la première économie du monde. Au premier trimestre, le PIB américain avait en effet déjà reculé (-5%) sous l'effet des premières mesures de confinement imposées à la mi-mars. 

Par rapport au deuxième trimestre 2019, la baisse est de 9,5%, comparable à celles des pays européens également durement affectés par la crise sanitaire et économique. 

La chute du PIB «reflète la réponse apportée à la COVID-19, avec des mesures de confinement imposées en mars et en avril», a résumé le département du Commerce.

Ce confinement a toutefois été «partiellement (compensé) par la réouverture d'une partie de l'activité dans certaines régions du pays en mai et juin», est-il précisé.

La comparaison avec d'autres pays n'est pas aisée car la mesure utilisée aux États-Unis est l'évolution en rythme annualisé, qui compare le PIB à celui du trimestre précédent, et projette l'évolution sur l'année entière à ce rythme.

Elle diffère du glissement annuel, qui compare le PIB à celui du même trimestre de l'année précédente.

 

Dépenses en chute libre

Cette baisse vertigineuse est largement due à la diminution des dépenses de consommation qui ont dégringolé de 34,6% au deuxième trimestre, en rythme annualisé également.

À titre de comparaison, le pire trimestre de la Grande récession a été le quatrième trimestre de 2008, et le PIB réel s'était contracté de 8,4% en rythme annualisé.

Pour l'ensemble de l'année 2020, la baisse attendue est de 6,5%, avant un rebond de 5% en 2021 et une croissance plus modeste (3,5%) l'année suivante, selon les prévisions publiées début juin par la Banque centrale américaine.

Le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, la voit à 20% pour les troisième et quatrième trimestres 2020.

Avec des usines mises à l'arrêt pendant plusieurs semaines, des commerces et restaurants fermés, des quartiers d'affaires entièrement désertés par les cols blancs, le Grand confinement, entamé mi-mars aux États-Unis, a arrêté en pleine course une économie en bonne santé.

Des millions d'Américains ont perdu leur emploi et sont toujours au chômage dans un marché du travail sinistré.

 

Chômage en hausse

Et la recrudescence de cas de COVID-19 dans le pays, notamment dans le sud et l'ouest, à partir de fin juin, a poussé une large partie du pays à mettre un frein à la réouverture, voire à reconfiner partiellement.

Conséquence directe: les nouvelles inscriptions au chômage ont enregistré depuis mi-juillet deux semaines de hausse, alors qu'elles diminuaient depuis le record enregistré à la fin du mois de mars.

Du 20 au 25 juillet, 1,43 million de nouveaux Américains ont pointé au chômage.

À moins de 100 jours de l'élection présidentielle, Donald Trump, qui brigue un second mandat à la Maison Blanche, mise beaucoup sur le rebond de l'économie.

Il s'est posé en victime de critiques jugées injustes sur sa gestion de la pandémie, qui a fait plus de 150 000 morts aux États-Unis, de loin le pays le plus touché.

«Cette pandémie est le plus grand choc pour l'économie américaine de mémoire humaine», passant «du plus bas niveau de chômage en 50 ans, aux plus hauts niveaux depuis 90 ans, et cela en deux mois», a souligné mercredi le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell.

L'institution, qui a sans surprise maintenu mercredi ses taux au plus bas, à zéro, a rappelé qu'elle soutiendrait aussi longtemps que nécessaire l'économie américaine.

Mais, elle a aussi pressé le gouvernement à aider financièrement les entreprises et les ménages qui peinent à sortir la tête de cette crise.

Contrôler le virus est une condition sine qua non pour une véritable reprise, a-t-il encore souligné.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour le 24/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

Les marchés sont hantés par la dégradation des relations sino-américaines.

Le chômage américain repart en hausse

Mis à jour le 23/07/2020 | AFP

Un peu plus de 1,4 million de nouvelles demandes de chômage ont été déposées entre le 12 et le 18 juillet.

À la une

À surveiller: Couche-Tard, Cominar et Toromont

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Cominar et Toromont? Voici quelques recommandations d'analystes.

Avec le rachat géant de Speedway, 7-Eleven met le turbo aux États-Unis

08:51 | AFP

7-Eleven a annoncé lundi un accord pour acquérir la chaîne américaine de stations-service Speedway pour 21G$US.

Investisseurs, méfiez-vous de l'indice S&P500!

CHRONIQUE. C'est que ce «prestigieux» indice boursier est néfaste aux entreprises qui y figurent, selon une étude.