Bit quoi ?


Édition du 09 Décembre 2017

Bit quoi ?


Édition du 09 Décembre 2017

Par Tahar Mansour

Qui contrôle l’émission des ­Bitcoins et en fonction de quels critères ? ­Une série d’ordinateurs et d’équations mathématiques, mais c’est à peu près tout ce qu’on sait.

Bitcoin est une «monnaie» électronique qui circule sur les marchés et dont le prix a augmenté de façon phénoménale depuis deux ans. Un investisseur le moindrement prudent (qui craint un peu le risque) et intelligent ne devrait pas toucher à cette monnaie. Voici pourquoi.

La monnaie

Pour qu'une marchandise soit une monnaie, il faut que :

1. Elle soit acceptée par tous comme moyen d'échange

2. Elle soit rare

3. Elle soit une réserve de valeur

4. Elle ait un pouvoir libératoire

L'acceptabilité populaire d'une devise repose sur la confiance. Il y a une autorité derrière cette monnaie qui la garantit (un gouvernement) et des institutions qui la contrôlent (la banque centrale et autres). Si vous lisez le bilan de la banque centrale, vous trouverez que son plus important élément du passif (ce qu'elle vous doit) est le montant de l'argent en circulation dans l'économie. Cela veut dire que la banque centrale (et donc son actionnaire unique, le gouvernement) vous doit cet argent sous forme de pouvoir d'achat.

Grâce à cette confiance dans la devise, si vous mettez votre montre à vendre pour 20 $ et que j'arrive avec ce billet, je peux l'acheter.

Le jour où la confiance de la population dans une monnaie s'effrite, elle ne vaut plus rien et les prix s'envolent. Il suffit de regarder ce qui se passe dans les économies aux prises avec des troubles sociaux. Je suis convaincu que tout existe au Venezuela à condition que vous payiez en dollars américains. Sinon, les tablettes sont vides. Le même phénomène s'est produit en Russie postsoviétique et un peu partout.

La confiance dans le Bitcoin est-elle garantie pour l'avenir ?

Pour qu'une monnaie soit rare, il faut pendant ce temps que quelqu'un contrôle son émission en fonction de la variation de l'activité économique du pays.

Généralement, ce monopole est délégué par le gouvernement à la banque centrale du pays.

Qui contrôle l'émission des Bitcoins et en fonction de quels critères ? Une série d'ordinateurs et d'équations mathématiques, mais c'est à peu près tout ce qu'on sait. Ce n'est pas clair.

Côté réservoir de valeur, pour le moment, le Bitcoin joue partiellement son rôle, dans la mesure où il garde sa valeur entre deux transactions et dans le temps là où il est accepté. Avec lui, nous vivons une période de déflation dans la mesure où les prix diminuent dans cette monnaie. Ce n'est pas mieux que l'inflation, c'est même pire.

Côté pouvoir libératoire, enfin, celui du Bitcoin n'est pas très grand. Il n'est pas accepté par tous et je ne peux pas vous emprunter un 20 Bitcoins. De surcroît, même si je pouvais vous emprunter cette somme, le jour où je voudrais vous rembourser, il faudra que j'achète cette somme et son prix aura fluctué à la baisse ou à la hausse, ce qui fera en sorte que je serai lourdement perdant ou grandement gagnant. Cette instabilité est très néfaste pour l'économie. Pire encore, je ne peux pas travailler et être payé en Bitcoin avec un salaire horaire stable étant donné la fluctuation de la valeur de cette monnaie.

Après avoir négocié des contrats à terme sur les élections présidentielles américaines, voilà que les Bourses nord-américaines négocient du n'importe quoi ou, comme dirait un de mes anciens professeurs, du vent. C'est dommage. Je ne connais pas le volume des Bitcoin en circulation exprimé en dollars, mais je sais une chose : le jour où sa valeur plongera, beaucoup de gens perdront énormément d'argent et ce jour-là sera triste, car l'économie réelle s'en ressentira. La Bourse, ce sont des actifs financiers. Chaque fois que la valeur de ces actifs se déprécie de façon significative (1987, 2000 ou 2008), l'économie ralentit et le chômage augmente.

À moins que quelqu'un, quelque part, ne décide de réglementer ce marché, ou qu'on officialise son statut et qu'on le contrôle, le Bitcoin semble dangereux. La monnaie est le coeur du système. Faisons en sorte que ce coeur reste sain.

À la une

EN DIRECT: suivez les résultats des élections provinciales avec «Les Affaires»

18:56 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Suivez les résultats des élections avec les journalistes de «Les Affaires» et notre expert invité, Raphaël Melançon.

Les bureaux de vote sont fermés

Mis à jour il y a 1 minutes | La Presse Canadienne

Au total, quelque 6 281 942 électeurs étaient appelés à choisir leurs 125 députés.

Les chefs des différents partis politiques se sont aussi rendus voter

Paul St-Pierre Plamondon, qui est allé voter dans sa circonscription de Camille-Laurin, à Montréal, en avant-midi.