Ce que coûte et ce que rapporte une franchise

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Ce que coûte et ce que rapporte une franchise

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Par François Pouliot
Pour qui et comment?

Vous êtes animé du goût d'avoir votre propre entreprise, mais, du même coup, pris de vertige face aux multiples interrogations qui vous viennent à l'esprit ? Devenir franchisé pourrait être une avenue intéressante à examiner.

«Si vous achetez une franchise, une partie du risque de l'entrepreneur a déjà été éprouvé : vous achetez un savoir-faire en marketing, un concept, de la formation, etc.», dit Pierre Garceau, président du Conseil québécois de la franchise.

Contrairement à la croyance, il n'est pas nécessaire d'être entrepreneur dans l'âme pour devenir franchisé. Il faut un peu de cette graine, mais pas trop.

«Il faut faire attention aux mots "entrepreneur" et "franchisé", précise M. Garceau. Si vous obtenez une franchise St-Hubert, vous entrez dans un système. Le franchiseur n'a pas besoin d'un entrepreneur qui sera mal à l'aise dans un système, il a besoin d'un propriétaire qui va le suivre», explique-t-il.

L'ancien banquier raconte que, il y a plusieurs années, lorsque McDonald's est arrivé en France, un de ses amis, professeur d'université, a voulu devenir franchisé. «Au final, ils lui ont dit qu'il avait un profil super, des qualités extraordinaires, mais qu'il était trop entrepreneur. Que dans six mois, il voudrait rebaptiser le Big Mac. C'est pour ce motif qu'ils n'ont pas retenu sa candidature.»

Stéphane Breault, consultant du secteur et président d'Imagine Franchise, est d'accord. Avant de penser à devenir franchisé, il faut d'abord s'interroger soi-même. «Quelqu'un par nature très indépendant, créatif, va probablement trouver ça irritant. En revanche, si quelqu'un a toujours besoin de se faire dire quoi faire, je ne suis pas sûr que ça fonctionnera.»

Besoin d'expérience dans le domaine ? Oui, disent les experts, mais là encore, pas nécessairement de façon pointue. À l'époque où il travaillait au développement des bistros Van Houtte, M. Breault recherchait des gens avec de l'expérience dans le commerce de détail. Pas plus. Il souhaitait surtout trouver des gens passionnés. «C'est que les franchiseurs ont aussi des programmes pour enseigner le métier», explique-t-il.

«En fait, chez certains franchiseurs, des candidats ayant une expérience trop importante perdent des points parce qu'on redoute qu'ils soient plus difficiles à intégrer dans le système», affirme l'avocat Jean H. Gagnon.

À lire aussi:
Le potentiel boursier de franchiseurs publics

À la une

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.