Le Canada offrira une aide linguistique et à l’emploi aux Ukrainiens fuyant la guerre

Publié le 29/03/2022 à 08:49, mis à jour le 29/03/2022 à 09:34

Le Canada offrira une aide linguistique et à l’emploi aux Ukrainiens fuyant la guerre

Publié le 29/03/2022 à 08:49, mis à jour le 29/03/2022 à 09:34

Les candidatures ont été ouvertes le 17 mars pour un programme permettant à un nombre illimité d’Ukrainiens fuyant la guerre dans leur pays d’origine de venir au Canada jusqu’à trois ans en attendant qu’ils décident s’ils souhaitent demander la résidence permanente. (Photo: La Presse Canadienne)

Pour retrouver toute notre couverture sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie, c'est ici. NDLR. Certains contenus sont explicites et peuvent être difficiles à lire.

Ottawa — Le gouvernement aidera les Ukrainiens arrivant au Canada à trouver un emploi et à apprendre à parler anglais ou français, a déclaré lundi le ministre de l’Immigration, Sean Fraser.

Les candidatures ont été ouvertes le 17 mars pour un programme permettant à un nombre illimité d’Ukrainiens fuyant la guerre dans leur pays d’origine de venir au Canada jusqu’à trois ans en attendant qu’ils décident s’ils souhaitent demander la résidence permanente.

Ceux qui sont approuvés peuvent travailler ou étudier au Canada pendant leur séjour.

Le ministère de l’Immigration affirme que près de 60 000 Ukrainiens et les membres de leur famille ont jusqu’à présent postulé pour le programme.

«Nous élargissons le programme fédéral d’établissement pour offrir des services clés tels que la formation linguistique, l’orientation, l’aide à l’emploi et d’autres soutiens aux Ukrainiens alors qu’ils s’installent dans leurs nouvelles communautés», a déclaré M. Fraser dans une série de gazouillis lundi.

Plus de détails sont attendus mardi.

 

Deux semaines pour traiter chaque demande

Le ministère a estimé qu’il faudrait environ deux semaines pour traiter chaque demande, afin que les Ukrainiens puissent commencer à arriver dans le cadre du nouveau programme dès ce week-end.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déclenché un exode, principalement des femmes et des enfants qui ont fui les violences qui ont éclaté il y a un mois.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés estime que 3,8 millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis le 24 février.

Le programme temporaire pour les personnes qui ont quitté l’Ukraine est différent du processus régulier pour les réfugiés, qui comprend une aide pour trouver un logement et une orientation communautaire.

L’équipe de M. Fraser travaille sur d’autres moyens d’aider à installer les milliers d’Ukrainiens qui pourraient venir au Canada au cours des prochaines semaines.

«Nous continuerons à soutenir les Ukrainiens, avant et après leur arrivée au Canada», a écrit sur Twitter le ministre.

 

Un «chaos» pour venir au Canada

Pourtant, selon un reportage de Radio-Canada publié lundi, les formalités administratives exigées par le gouvernement Trudeau afin de voyager vers le Canada sont «extrêmement compliquées».

À part l’ambassade, il n’y a qu’un centre agréé dans toute la Pologne pour effectuer les démarches administratives. 

Rencontré sur place, à Varsovie, par Radio-Canada, un Canadien d’origine ukrainienne venu aider sa famille a parlé de «chaos» pour obtenir les documents administratifs nécessaires afin de prendre l’avion vers le Canada.

Le député du Bloc Québécois Alexis Brunelle-Duceppe a repris ce terme, parlant de «chaos administratif». 

«On réglera la paperasse après. Là, ça suffit le niaisage. Quand est-ce que le gouvernement va noliser des avions, créer une passerelle aérienne et aller chercher les familles», a-t-il questionné lors de la période des questions à la Chambre des communes, lundi.

«Comment est-ce possible qu’après 33 jours de guerre, il n’y ait qu’un seul centre en Pologne (…) où les réfugiés peuvent faire faire leurs données biométriques ; qu’après 33 jours, le service offert aux réfugiés, c’est de faire “’refresh” sur un site internet qui plante dans l’espoir d’obtenir un rendez-vous quasi inexistant dans l’unique centre mis à contribution», a-t-il ajouté. 

La secrétaire parlementaire du ministre de l’Immigration et députée libérale Marie-France Lalonde a répondu que le gouvernement travaillait depuis le début avec ses partenaires, y compris les partenaires aériens. 

«Nous envoyons des lettres d’instruction biométriques aux clients toutes les quatre heures. Ce qu’on fait aussi c’est qu’on augmente le nombre d’employés d’unités biométriques dans les régions et on va envoyer plus d’employés pour répondre à l’augmentation», a-t-elle dit. 

 

Aide à l’aéroport

À partir de vendredi, une aide sera disponible dans certains aéroports pour accueillir les Ukrainiens, avec une assistance et des informations sur l’arrivée dans leur langue.

Le Congrès ukrainien a appelé le gouvernement à fournir aux nouveaux arrivants un soutien financier pour la nourriture et le logement pendant une période de transition de trois mois.

 

Programme pour étudiants et chercheurs

Lundi, le gouvernement a annoncé un programme spécial de subventions pour les étudiants diplômés et les chercheurs postdoctoraux touchés par l’invasion.

«Nous établissons cette mesure comme une autre façon de démontrer notre soutien à l’Ukraine, pour aider les chercheurs et étudiants ukrainiens travaillant au Canada à poursuivre leur important travail, a déclaré le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, dans un communiqué.

Cela contribuera également à protéger la croissance future de la communauté scientifique ukrainienne.»

Le programme offrira des subventions pouvant atteindre 45 000 $ aux Ukrainiens qui souhaitent poursuivre leurs études et leurs recherches au Canada ainsi qu’aux Ukrainiens au Canada qui ne peuvent pas rentrer chez eux à cause de la guerre.

 

À la page suivante, Discussions entre Zelensky et Trudeau sur les besoins de l'Ukraine.

Sur le même sujet

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

Les banques canadiennes ont le droit de partager des informations avec les États-Unis

La Cour d’appel fédérale a confirmé la constitutionnalité de la loi sur le partage d'informations avec les États-Unis.

À la une

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

En face du ou de la prochain.e premier.ère ministre

Édition du 21 Septembre 2022 | Les Affaires

Si le ou la prochain.e premier.ère ministre du­ Québec était en face de vous, quel sujet serait votre priorité?

Qui est le gagnant du «Débat des chefs» pour les lecteurs de Les Affaires?

23/09/2022 | Les Affaires

Un lecteur a souligné que «l’auditeur» était le gagnant de l’exercice.