Cette équipe n’a jamais aussi bien communiqué qu’en télétravail

Publié le 04/04/2022 à 07:30

Cette équipe n’a jamais aussi bien communiqué qu’en télétravail

Publié le 04/04/2022 à 07:30

Par Catherine Charron

Non seulement le niveau de stress de ses employés est-il réduit, mais surtout, ils n’ont jamais si bien communiqué qu’à distance assure sa directrice Marketing, Audrée Bergevin. (Photo: courtoisie)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


Chaque lundi, et ce jusqu'en mai, la rubrique RHéveil-matin vous propose de découvrir comment se passe (ou pas) le retour au bureau un peu partout dans la province.

RHÉVEIL-MATIN. Après deux ans passés à télétravailler, pas question pour l’équipe administrative d’Adfast Canada de remettre les pieds au bureau. Non seulement le niveau de stress de ses employés est-il réduit, mais surtout, ils n’ont jamais si bien communiqué qu’à distance assure sa directrice Marketing, Audrée Bergevin.

L'entreprise a pris cette décision après avoir posé la question à ses employés, qui ont répondu en majorité préférer continuer de bosser depuis leur demeure.

«On a des réunions quotidiennes entre collègues, où l’on parle de ce qu’on a fait la veille. On clavarde toute la journée, affirme-t-elle. Même la formation n’a jamais été aussi facile! Si je fais quelque chose que je dois montrer à mon employé, j’ai juste à l’appeler, partager mon écran et enregistrer la rencontre, puis c’est fait!»

En ayant pris la décision de garder complètement en télétravail ses équipes administratives, soit près du tiers de ses salariés, la spécialiste des scellants Adfast a ainsi pu avoir accès à un bassin de talents bien plus éloignés de son siège social de l’arrondissement de Saint-Laurent à Montréal.

«Certains collègues ne pourraient tout simplement pas se déplacer au bureau, même si l’organisation le rendait mandataire, car ils demeurent à près d’une heure trente», illustre la directrice marketing, qui rappelle que l’entreprise n’encourageait pas ses travailleurs à bosser de la maison avant les premiers cas de COVID-19.

Son équipe a d’ailleurs doublé de taille dans les dernières années, passant de trois travailleurs à sept. Audrée Bergevin constate qu'à de rares occasions, le télétravail à temps plein a représenté un frein à l’embauche de candidats ou de recrues qui ont besoin d’être physiquement proches de leurs coéquipiers.

«Ce n’est pas arrivé souvent. Ça se peut que ce soit plus difficile de s’intégrer dans une équipe à distance. Moi je les ai vu mes collègues, j’ai pu bâtir une relation avant d’être en télétravail, concède-t-elle. C’est toutefois loin d’être la norme. J’ai beaucoup de nouveaux employés qui sont avec nous depuis un an ou un an et demi et ça va bien.»

Et c’est simplement grâce à ses rencontres quotidiennes, inaugurées au début de la pandémie, et les échanges informels par clavardage qu’elle parvient à garder les membres de son équipe unis: «On se parle plus en chat qu’on ne le faisait au bureau alors qu’il fallait se lever et aller voir l’autre personne. Maintenant, on peut que clavarder».

Elle ne pense pas que l’écran l’empêche de comprendre comment ses employés se portent. Grâce à ces échanges vidéo réguliers qu'elle entretient, elle peut repérer ceux qui n’ont pas la pêche, au même titre qu’elle l’aurait ressenti si elle était physiquement présente auprès d’eux au bureau.

De son côté, pour rallier ses salariés, Adfast envoie une infolettre mensuelle dans laquelle sont présentées les nouvelles reçues, mais aussi les bons coups de chaque équipe. Et bien que les mesures sanitaires s’assouplissent de plus en plus, aucune rencontre en présentiel n’est prévue.

Ce qui leur permet de réellement pouvoir profiter des bienfaits du télétravail, et de collaborer, c’est le fait que l’ensemble de leurs processus soient intégrés. «C’est sûr que l’interconnectivité de nos logiciels ça aide, car tout est numérisé. Nous sommes d’ailleurs certifiés 4.0 par le Bureau de normalisation du Québec. Si ce ne l’avait pas été, ça aurait été plus difficile», estime Audrée Bergevin, du confort de son poste de travail sans paperasse.

 

Pour ne plus rater ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!

 


 

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, craintes d'une récession

Mis à jour le 29/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de près de 150 points.

À surveiller: Couche-Tard, Air Canada, et Gildan

Que faire avec les titres d’Alimentation Couche-Tard, Air Canada et Vêtements de sport Gildan?

Les mythes de la table d’imposition

29/06/2022 | Thomas Gaudet

BLOGUE INVITÉ. Non, votre voisin n’est pas la référence en matière fiscale.