265 000 familles ont touché 300 $ en mai, sans en avoir besoin

Publié le 25/02/2021 à 14:31

265 000 familles ont touché 300 $ en mai, sans en avoir besoin

Publié le 25/02/2021 à 14:31

Par La Presse Canadienne

La vérificatrice générale estime que ces changements aux calculs ont coûté 88 millions $ au trésor fédéral. (Photo: 123RF)

Le paiement unique de 300 $ qu’Ottawa a versé en mai dernier aux familles qui reçoivent l’Allocation canadienne pour enfants a permis à 265 000 familles de toucher cette aide fédérale à laquelle elles n’ont pas droit dans d’autres circonstances.

Le gouvernement fédéral a annoncé ce paiement le printemps dernier, dans le cadre de ses mesures pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Il y a consacré 2 milliards $ et a modifié temporairement la formule de calcul des prestations pour rendre l’allocation disponible à un plus grand nombre de familles.

Dans un rapport déposé jeudi après-midi, le bureau de la vérificatrice générale calcule qu’une famille avec un enfant de moins de six ans devait avoir un revenu familial net de moins de 195 460 $ pour avoir accès à l’allocation régulière. Mais pour ce paiement unique de 300 $, le revenu maximal grimpait à 307 960 $.

Pour ce qui est d’une famille avec un enfant entre l’âge de 6 et 18 ans, le revenu familial maximal en temps régulier est de 163 050 $. Pour ce versement unique de mai dernier, il pouvait être aussi haut que 275 500 $.

La vérificatrice générale estime que ces changements aux calculs ont coûté 88 millions $ au trésor fédéral.

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.