Comment optimiser vos subventions d'études

Publié le 19/08/2015 à 09:12

Comment optimiser vos subventions d'études

Publié le 19/08/2015 à 09:12

Les Canadiens mettent de l'argent de côté pour payer les études post-secondaires de leurs enfants. Toutefois, beaucoup ne connaissent pas les tenants et les aboutissants des subventions gouvernementales : quels sont les programmes existants, combien d'argent ils recevront, quand ils le recevront et quel est le montant de la cotisation qu'ils devront verser à leur Régime enregistré d'épargne-études pour obtenir le montant maximum de la subvention.

Étant donné que le gouvernement donne gratuitement de l'argent aux familles pour cotiser à un REEE, on peut certainement améliorer son utilisation.

Sam Sivarajan, directeur général et chef de Gestion privée Manuvie, dit que le manque de connaissances pourrait empêcher jusqu'à la moitié des Canadiens admissibles d'en bénéficier.

« Près de la moitié des enfants canadiens profitent de la Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE), dit M Sivarajan, citant des chiffres de Statistique Canada. « Même si l'on admet que beaucoup de gens au courant n'ont pas nécessairement les moyens de cotiser à un REEE, on dirait bien que ce domaine est assez peu connu. »

Les épargnants admissibles ont droit aux subventions d'études suivantes que le gouvernement fournit pour rehausser leurs cotisations à un REEE :

La SCEE -- Tous les contributeurs reçoivent 20 % des premiers 2 500 $ de cotisation à un REEE chaque année jusqu'à la fin de l'année du 17e anniversaire de l'enfant, avec un montant maximum à vie de 7 200 $ par enfant.

La SCEE additionnelle -- Il s'agit d'un supplément de 10 % octroyé à une famille chaque année pour les premiers 500 $ cotisés si son revenu net se situe entre 44 702 $ et 89 401 $, ou 20 % des premiers 500 $ cotisés si le revenu net de la famille est de 44 701 $ ou moins. Prenez note que le maximum à vie de la SCEE de 7 200 $ comprend tout montant éventuel de la SCEE additionnelle.

Bon d'études canadien -- Le BEC est accordé aux enfants de familles qui ne sont pas admissibles au Supplément de la Prestation nationale pour enfants lorsque le compte REEE est ouvert à leur nom (quel que soit le montant de la cotisation). Le BEC initial de 500 $ est fourni par le gouvernement fédéral aux enfants nés le ou après le 1er janvier 2004, plus 100 $ supplémentaires par année d'admissibilité jusqu'à l'âge de 15 ans, à concurrence d'un maximum de 2 000 $.

Certaines provinces (Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan et Québec) ont leurs propres programmes d'études provinciaux en plus de ce qui est offert par le programme fédéral des REEE.

Afin de tirer le meilleur parti de l'argent gratuit offert par le gouvernement, aucune stratégie n'est plus efficace que de laisser votre REEE, y compris les montants des subventions, croitre le plus longtemps possible.

Les parents devraient ouvrir un REEE pour leur enfant l'année de leur naissance, dit Peter Lewis, vice-président de la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d'études. « Cela leur donnera plus de temps pour épargner et garantira qu'ils auront suffisamment d'argent pour maximiser les subventions qui leur sont octroyées, dit-il. Les parents devraient aussi cotiser à leur REEE autant qu'ils le peuvent, en investissant au moins 2 500 $ par an pour recevoir la totalité des avantages que procure la SCEE. »

Selon Ilana Schonwetter, conseillère en placement à BlueShore Financial à Vancouver, la diligence et la discipline peuvent jouer un rôle important pour faire fructifier au maximum l'argent de la subvention.

« Faites des cotisations automatiques par le truchement de programmes préautorisés, dit-elle. De petits montants d'argent retirés et investis régulièrement à l'intérieur d'un REEE ont le potentiel de croître et de se multiplier régulièrement. Traitez les cotisations à un REEE comme une dépense mensuelle obligatoire, comme votre facture d'électricité. »

Mme Schonwetter donne un conseil très utile aux parents qui travaillent et jonglent avec la répartition de leur argent durement gagné pour satisfaire aux diverses demandes. « Une partie de la cotisation de 2 500 $ nécessaire pour maximiser le montant annuel de la SCEE pourrait aussi venir de l'argent offert en cadeau pour les anniversaires, à Noël, ou de la Prestation universelle pour la garde d'enfants (PUGE) », dit-elle.

« Et si vous ne pouvez pas la maximiser une année donnée, ajoute Mme Schonwetter, faites usage de votre droit de report de la SCEE lors d'une année où votre cotisation est moins élevée. Un montant total de 1 000 $ de SCEE peut être payé lors d'une année donnée. »

En effet, si vous n'avez pas cotisé à votre REEE une année donnée, les 500 $ inutilisés de la SCEE sont reportés à l'année suivante. Une cotisation de 5 000 $, donnera droit à 500 $ de subvention dans le cadre de la SCEE pour l'année actuelle et un autre 500 $ de subvention reportée de l'année précédente. Il est important de savoir qu'une cotisation plus importante que 5 000 $ une année ne donnera pas droit à une contribution gouvernementale de plus de 1 000 $. C'est pourquoi il peut être judicieux de répartir une cotisation particulièrement importante en deux paiements sur deux ans pour maximiser la subvention reçue.

Toutefois, les canadiens nantis peuvent choisir de cotiser dès le début la totalité des 50 000 $ -- soit la cotisation maximale à un REEE pour toute une vie. Ils recevront 500 $ dans le cadre de la SCEE l'année où la cotisation est effectuée, mais plus rien par la suite, perdant donc le montant restant disponible de 6 700 $ en versements de la SCEE. On peut toutefois avancer que la croissance composée libre d'impôts peut se révéler plus avantageuse que la maximisation de la subvention.

Quelle que soit la taille de la cotisation, M. Lewis avertit les épargnants de ne pas faire les deux erreurs habituelles qui pourraient se traduire par la perte d'une subvention gratuite.

« Retirer trop tôt l'argent investi dans un REEE ou l'utiliser pour payer d'autres choses est une grosse erreur que les parents peuvent être tentés de faire, dit-il. Si vous le faites, vous perdrez toutes les subventions correspondantes parce que l'argent retournera au gouvernement. »

L'autre erreur, dit-il, est de ne pas s'enquérir des diverses dates d'échéance. « Il est important pour les cotisants de prêter attention à toutes les échéances et dates limites pour s'assurer qu'ils recevront leur subvention, dit M. Lewis. Renseignez-vous toujours à leur sujet auprès de votre fournisseur de REEE et ne présumez pas que tous les fournisseurs de REEE le feront pour vous. »

Afin de bénéficier de la SCEE cette année, par exemple, l'échéance pour verser votre cotisation est le 31 décembre.

Les subventions sont imposables au nom de l'étudiant lorsqu'elles sont retirées. Et parce que de nombreux étudiants ont ordinairement peu de revenus, voire aucun, les impôts à payer sont habituellement négligeables. Pourtant, certaines stratégies peuvent aider à tirer le meilleur parti de ces subventions et à diminuer l'imposition.

Il y a deux types de retraits : Le Paiement d'aide aux études (PAE) et le Retrait de fonds aux fins d'études postsecondaires. Mme Schonwetter dit que lorsque l'enfant entame des études postsecondaires, il faut commencer par des retraits dans le cadre du PAE. « De cette façon, vous utilisez autant de la subvention que possible dès le départ », remarque-t-elle.

M. Lewis affirme qu'une façon de minimiser les impôts est de « répartir les retraits de votre REEE sur toutes les études postsecondaires du bénéficiaire plutôt que de retirer tout l'argent la première année. »

Mme Schonwetter rappelle que les REEE et les subventions peuvent être utilisés pour de nombreux programmes d'études, et pas seulement les études universitaires. Les fonds peuvent être utilisés pour un programme dans une école de métiers, aux écoles d'art ou aux programmes professionnels.

À la une

Gaz naturel: comment le Canada a échappé au chantage de Poutine

ANALYSE. Sans l'exploitation des gaz de schiste, le Canada serait dépendant du gaz russe et à la merci de Moscou.

Bourse: hyper volatile, Wall Street conclut proche de l'équilibre mais perd sur la semaine

Mis à jour le 20/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre un gain hebdomadaire pour la première fois en 2 mois.

À surveiller: Lightspeed, Canopy Growth et Alimentation Couche-Tard

20/05/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Lightspeed, Canopy Growth et Couche-Tard? Voici quelques recommandations d’analystes.