L'histoire d'un cassé devenu riche


Édition du 17 Janvier 2015

L'histoire d'un cassé devenu riche


Édition du 17 Janvier 2015

Par Stéphane Rolland
À la bonne influence de sa nouvelle flamme se mêle l'orgueil. «La fierté de vouloir être égal à mon "chum", de ne pas dépendre de lui, m'a forcé à épargner, raconte-t-il. J'ai mis les bouchées doubles pour accumuler une mise de fonds égale à la sienne pour notre premier condo. Ce mode de vie m'a montré ce que je pouvais accomplir en me serrant la ceinture un an. Tout découle de cette expérience.»

Aujourd'hui, lui et son conjoint gagnent chacun près de 130 000 $ par année et tirent des revenus de location de 40 000 $ par année. Ils vivent dans un luxueux condo à Montréal dont l'hypothèque ne lui coûte pas plus cher que son modeste loyer à l'époque (grâce à la mise de fonds déposée). Ils ont deux autres condos dont ils tirent des revenus de location, des investissements boursiers et des oeuvres d'art. Individuellement, M. Cormier détient un actif net équivalant à trois fois son salaire. La règle du pouce veut qu'on ait accumulé une fois son salaire à cet âge et trois fois à 45 ans.

Le jeune professionnel croit même que sa nouvelle vie de fourmi aura contribué à son ascension professionnelle. «C'est fou comme on peut mieux performer au travail quand on n'est pas grugé par le stress ! Notre vie change lorsqu'on n'a pas de fardeau financier.»

* Nom fictif

À lire aussi:
Riches, mais cassés
Cinq destructeurs de richesses à neutraliser

À la une

Unifor fait état de 35 licenciements à Global News à travers le pays

Il y a 21 minutes | La Presse Canadienne

«Le nombre total de journalistes et de travailleurs des médias d’Unifor licenciés cette année s’élève à 197.»

La banque centrale évitera l’assouplissement quantitatif à moins d’un épisode majeur

Il y a 40 minutes | La Presse Canadienne

Le résumé des délibérations de la banque centrale sur la réduction de son taux directeur devrait être publié le 19 juin.

La francophonie, futur boom économique

«Il faut voir la francophonie comme une chose pour laquelle il faut passer à l’offensive.»