Il n'est pas approprié d'opter pour un fonds plus prudent

Publié le 04/12/2008 à 00:00

Il n'est pas approprié d'opter pour un fonds plus prudent

Publié le 04/12/2008 à 00:00

Par Yannick Clérouin

Compte tenu que votre objectif est d'acheter une propriété d'ici deux ans, la préservation du capital est un élément clé de votre planification financière.


Je ne crois pas cependant que vous y gagneriez beaucoup en préférant un fonds commun plus prudent, car le fonds de revenu mensuel pondéré de la Banque Nationale est un placement à risque modéré.


Il s'agit d'un fonds équilibré. Un peu plus du quart de l'actif est investi dans des actions. Le reste est placé dans des obligations et des titres du marché monétaire. Cette répartition fait en sorte que le fonds est moins volatil qu'un fonds uniquement composé d'actions.


Un placement de 10 000 $ fait dans ce fonds il y a deux ans vaudrait aujourd'hui 8 526 $, ce qui représente une baisse de près de 15 %. En comparaison, le même montant investi dans l'indice S&P/TSX il y a deux ans vaudrait 6 512 $, soit une perte de 35 %. Au cours de la dernière année, votre fonds a reculé de 11 %, tandis que les fonds de sa catégorie ont perdu en moyenne 17 %.


Un fonds équilibré vous permet à la fois de participer à une éventuelle reprise boursière et d'atténuer les pertes potentielles grâce aux titres à revenu fixe et du marché monétaire.


Pour accroître votre mise de fonds pour l'achat de votre copropriété, vous pourriez envisager de cotiser à un compte d'épargne libre d'impôt (CELI) dès janvier. Ce compte vous permettra de placer, en 2009, jusqu'à 5 000 $ qui fructifieront à l'abri de l'impôt.


Vous pourriez placer les sommes versées au CELI dans un certificat de placement garanti (CPG) d'une échéance correspondant au moment où vous prévoyez réaliser l'achat d'une propriété. Ainsi, vous vous assurez d'obtenir un rendement garanti sur une partie de votre épargne jusqu'à ce moment. Par exemple, la Banque Nationale vient de lancer un CPG destiné au CELI d'une échéance de 19 mois qui rapporte 4,1 % annuellement.


-----


Précision sur le rendement des obligations d'Épargne Placements Québec


Plusieurs lecteurs m'ont écrit à la suite de ma chronique du 29 novembre pour me demander quel était le produit d'Épargne Placements Québec qui procure un rendement de 7,3 % jusqu'au 1er obtobre 2009, 7,6 % l'année suivante et 8 % jusqu'au 1er octobre 2011.


Dans cette chronique, une lectrice s'interrogeait sur la possibilité de fermer le CELI qu'elle avait ouvert chez ING pour en ouvrir un chez Épargne Placements Québec. Elle faisait part de son intention de transférer une partie de l'argent placé dans des obligations qu'elle détenait déjà chez Placements Québec, dans un CELI de cette même institution.


La façon dont la question était formulée a amené des lecteurs à croire que les taux d'intérêt mentionnés par la lectrice (7,3 %, 7,6 % et 8 %) étaient ceux offerts présentement par Placements Québec.


Cela serait trop beau pour être vrai. Présentement, l'obligation à taux progressif de Placements Québec rapporte 2,25 % la première année. Ce taux progresse chaque année pour atteindre 5,5 % à la dixième année.


Les taux dont bénéficie notre lectrice sont ceux d'obligations achetées il y a environ cinq ans. À cette époque, les taux d'intérêt étaient bien plus généreux qu'aujourd'hui.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Défi Start-up 7: l'importance de rester concentré lors de la création d'une entreprise

Il y a 8 minutes | Denis Lalonde

ENTREVUE. Daniel Beaulé, mentor au Réseau M, discute des pièges à éviter lors de la création d'une entreprise.

DĂ©fi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

18/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e Ă©dition du DĂ©fi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

18/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?