Tristan (re)part à la conquête du monde

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Tristan (re)part à la conquête du monde

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Par Martin Jolicoeur

Une première boutique a ouvert ses portes à Santiago, au Chili, il y a un peu plus d'une semaine. (Photo: Tristan)

Après des années de préparation, Tristan se lance à la conquête des marchés internationaux, a appris Les Affaires. Dans la plus grande discrétion, le détaillant de mode québécoise a ouvert une première boutique au Chili, il y a un peu plus d'une semaine. Une incursion sud-américaine qui, espère-t-on chez le détaillant, saura ouvrir la voie au reste de son expansion internationale.

«Notre magasin est magnifique, l'ouverture a été un franc succès, et les clients sont au rendez-vous. Vraiment, nous ne pouvions espérer mieux», a déclaré à Les Affaires Lili Fortin, directrice générale de Tristan, depuis la ville de Santiago, où l'entreprise a maintenant pignon sur rue.

Fondé à Saint-Jean-sur-Richelieu il y a 42 ans par Gilles Fortin et Denise Deslauriers, le détaillant compte actuellement 49 boutiques au pays, dont les deux tiers sont situées au Québec. Ailleurs au Canada, ses boutiques sont concentrées en Ontario et en Alberta. En 2008, l'entreprise a fermé la boutique qu'elle tenait à Manhattan.

Contrairement au Canada, ou même aux États-Unis, l'entreprise prendra cette fois de l'expansion au moyen de franchises maîtresses vendues à des gens d'affaires locaux. Plusieurs détaillants québécois, comme Fruits & Passion dans le passé ou, aujourd'hui, Le Château et la Vie en Rose, utilisent ce moyen pour percer sur les marchés étrangers, tout en limitant les risques.

Suivez-moi sur Twitter / Rejoignez-moi sur Linkedin / Lisez mes derniers textes 

Le propriétaire de la franchise de Tristan au Chili détient aussi les droits de développement de la chaîne au Pérou. La première boutique chilienne a ouvert ses portes au centre commercial Casacostanera. Le détaillant devrait en ouvrir une autre «sous peu» au centre Los Dominicos, également à Santiago, avant de s'étendre progressivement dans d'autres régions du Chili et du Pérou.

Selon Lili Fortin, ces deux pays de l'hémisphère Sud ont été considérés comme de bons endroits pour amorcer l'exploration de nouveaux marchés, notamment parce qu'ils sont dans le même fuseau horaire que le Québec. Si les choses se déroulent comme prévu, la directrice générale est d'avis que, de façon réaliste, Tristan pourrait compter d'ici cinq ans une quinzaine de magasins en Amérique latine et de 20 à 30 au Moyen-Orient.

Car, après l'Amérique du Sud, et sans doute avant l'Europe, les pays du Golfe sont considérés comme particulièrement propices pour Tristan. Les Émirats arabes unis (avec Dubaï), le Qatar (avec Doha), Oman et le Bahreïn risquent donc avant longtemps de voir Tristan débarquer chez eux. L'entreprise croit déjà détenir la structure nécessaire pour soutenir une telle croissance de son réseau de distribution. Elle comprend déjà des équipes de designers, des patronniers, des couturières et deux usines de production, à Farnham et à Cookshire. «Que nous ayons 50 magasins ou 300, nos coûts fixes sont les mêmes», affirme Mme Fortin.

Cela dit, malgré sa confiance, celle qui a longtemps vécu en dehors du pays rappelle l'importance de s'aventurer à l'étranger avec humilité. «On n'ouvre pas 50 magasins à l'étranger comme on le ferait ici. Mais en restant prudents, nous pensons être bien préparés à ce qui nous attend. Le temps nous dira si nous nous trompons. Mais si nous continuons à faire nos devoirs et à établir de bons partenariats, je crois sincèrement possible la réussite de nos projets d'expansion.»

Suivez-moi sur Twitter 

Rejoignez-moi sur Linkedin 

Lisez mes derniers textes 


À suivre dans cette section

À la une

Mission accomplie pour Brian Hannasch

Édition du 07 Décembre 2019 | Pierre Théroux

PDG DE L’ANNÉE – GRANDE ENTREPRISE. Brian Hannasch peut dire mission accomplie.

Couche-Tard, un prétendant «sérieux» et «crédible», dit l'australienne Caltex

La société n'a pas eu de réponse de la part de Couche-Tard depuis l'annonce du rejet de l'offre, mardi.

Bourse: Wall Street quasi-stable à la clôture, scrutant le front commercial

09:35 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. « Le chemin a été assez cahoteux cette semaine ».