Éolien : un excellent complément aux autres énergies

Publié le 22/09/2016 à 04:54

Par Énergir

L’énergie éolienne est propre et renouvelable, et son coût est devenu très compétitif. L’éolien et l’hydroélectricité, de par leurs caractéristiques respectives, se complètent parfaitement... Aperçu des possibilités offertes par cette ressource alimentée par le vent.

Le développement durable passe par la diversification des sources d’énergie. Une énergie verte comme l’éolien est un atout précieux dans le portefeuille énergétique du Québec. Son principal désavantage est son intermittence, car elle repose sur le bon vouloir des vents. Aussi, on l’utilise maintenant notamment pour fournir en électricité des clients situés dans des zones très isolées, le Grand Nord québécois par exemple.

Une énergie compétitive

Avec l’évolution des technologies, l’éolien est devenu une source d’énergie très concurrentielle. « Le coût de cette ressource se compare maintenant très favorablement à celui de l’énergie issue des nouveaux barrages hydroélectriques », mentionne David Vincent, Directeur, Développement des affaires et énergies renouvelables chez Gaz Métro.

Il faut généralement associer l’éolien à d’autres types d’énergies pour palier son intermittence. L’hydroélectricité, dont le Québec regorge, est le parfait complément aux sources éoliennes. Les turbines des barrages sont alimentées par de vastes bassins, qui constituent en quelque sorte les « réserves » d’électricité. Si le vent est abondant et permet de produire de bonnes quantités d’énergie éolienne, dans ce cas, on pourra économiser l’hydroélectricité, et inversement. « Grâce à ces vastes ressources hydroélectriques, notre capacité à intégrer des énergies renouvelables est plus élevée parce que l’on peut moduler leurs apports respectifs », souligne M. Vincent.

Il ajoute que depuis huit ans, Gaz Métro s’est beaucoup diversifiée, et ce, dans différents segments de marché, en solaire et en éolien notamment. Par exemple, la société s’est associée au développeur Boralex dans les Parcs éoliens de la Seigneurie de Beaupré, situés à 60 km de Québec. C’est l’un des plus grands projets éoliens du pays, qui offre une puissance totalisant 365 MW.

Alimenter les collectivités éloignées

Dans la province, plusieurs collectivités autonomes ne sont pas raccordées au réseau d’Hydro-Québec. On pense par exemple à des exploitations minières ou à des collectivités inuits isolées, et même aux Iles-de-la-Madeleine.

L’éolien à faible coût est l’option idéale pour alimenter ces zones éloignées. La mine Raglan, une exploitation de nickel située à l’extrême nord du Québec, tire d’ailleurs parti de cette ressource. TUGLIQ, en partenariat avec Gaz Métro, y a érigé une éolienne de 3 MW. Cela a permis de réduire la consommation de diésel nécessaire au fonctionnement des génératrices de 3,3 millions de litres, ce qui équivaut à 9 000 tonnes de GES jusqu’à présent.

« Cette éolienne est soumise à des conditions nordiques extrêmes, ce qui permet de tester différentes technologies, notamment afin de stocker l’énergie produite», souligne M. Vincent.

Il précise que le Québec a développé une expertise dans l’ensemble de la chaîne de production de l’énergie éolienne, ce qui lui confère une position concurrentielle pour répondre aux appels d’offres dans ce domaine, que ce soit au Québec, au Canada ou aux États-Unis.

Le savoir d'entreprise c'est quoi ?

Par l'intermédiaire du Savoir d'entreprise, Les Affaires souhaite offrir à ses lecteurs des connaissances de pointe provenant d'organisations désireuses de partager leur expertise.

Les contenus sont produits par le Service de contenu Les Affaires en collaboration avec l'organisation. Notez qu'à aucun moment, les journalistes de Les Affaires ne participent à la rédaction de ces articles. Pour plus d'information sur ce produit, veuillez communiquer avec

À la une

À surveiller: Fiera Capital, Norbord et Enbridge

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Fiera Capital, Norbord et Enbridge? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le pont Samuel-De Champlain ouvert le 24 juin vers le nord, 1er juillet vers le sud

Il y a 20 minutes | La Presse Canadienne

Ottawa et le consortium chargé de la construction de l'ouvrage n'ont toutefois pas encore réglé le dossier des pénalités

10 choses à savoir lundi

Huawei s'apprête-t-elle à quitter le Canada? La fin de la musique annoncée d'ici 10 ans, on a trouvé le VUS de Batman!