Mylène Cyr: défendre la cause des musiciens


Édition du 12 Novembre 2016

Mylène Cyr: défendre la cause des musiciens


Édition du 12 Novembre 2016

Mylène Cyr, directrice générale de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec

FINALISTE, CADRE, DIRIGEANTE OU PROFESSIONNELLE, ORGANISME À BUT NON LUCRATIF — C’est le droit qui a mené Mylène Cyr, avocate de formation, à plonger dans le secteur culturel. Après s’être spécialisée en droit du travail, cette passionnée de culture s’intéresse au droit du divertissement, qui en est à ses débuts à la fin des années 1990. Souhaitant évoluer dans un rôle plus administratif, elle devient directrice générale de la GMMQ en 2007, où elle innove en créant l’an dernier une coopérative de musiciens. Lagamme.mu donne de la visibilité à ces professionnels et promeut l’obtention des conditions d’engagement respectueuses de leur travail.

Dans quelle situation estimez-vous que la confiance en soi est essentielle pour réussir en affaires ?

Lors qu’on sort des sentiers battus, la confiance en soi aide à avancer et à ouvrir de nouvelles portes. Faire le point sur nos expériences passées et constater que ce bagage est solide va permettre de se projeter en avant et de savoir que l’on va y arriver, même si la route est difficile.

Comment avez-vous développé votre confiance en vous ?

En m’arrêtant régulièrement pour faire le bilan et analyser mon cheminement. Même si les succès sont petits, c’est important de s’attribuer la part de réussite qui nous revient. Car la confiance en soi se construit au fil des victoires, mais aussi des échecs.

Les gens qui m’entourent y ont également contribué en me rappelant mes accomplissements. Se faire dire par un pair que mon idée est intéressante ou encore comprendre que mon travail change un peu les choses grâce au remerciement d’un membre me donne la motivation et la confiance essentielles pour continuer.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix femmes d'affaires du Québec 2016

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…