La relève ? Pas un problème chez L'Oréal Canada

Publié le 30/10/2014 à 06:00

La relève ? Pas un problème chez L'Oréal Canada

Publié le 30/10/2014 à 06:00


Un vivier de jeunes travailleurs


Au début de leur carrière chez L'Oréal, les jeunes commencent presque tous à travailler de six mois à un an environ sur la route, comme représentant, pour connaître le fonctionnement de la base de l'entreprise. C'est ce que L'Oréal appelle la «pépinière». Ce bassin de jeunes représente un vivier où les recruteurs peuvent pêcher quand un poste dans les bureaux est disponible.


«Les jeunes savent que c'est un passage obligé, mais découvrent rapidement tout ce que cette expérience va leur apporter, explique la directrice de la formation, du développement et de la diversité. Ils y acquièrent une maturité, car ils sont sur la ligne de feu. Ils savent que c'est temporaire, que chez nous, on peut progresser rapidement dans l'entreprise. C'est d'ailleurs ce qui explique qu'on attire beaucoup de hauts potentiels.»


Pour les aider à gravir les échelons, l'entreprise a une «académie», soit un centre de formation qui outille bien les jeunes. Ils y passent une semaine à l'embauche et y retournent à chaque nouvelle étape de leur parcours professionnel.


Les employés se soumettent par ailleurs à deux évaluations par année : la classique évaluation de performance, puis l'évaluation dite de développement. «C'est au cours de cette évaluation qu'on va demander à l'employé où il veut aller, s'il a fait le tour du jardin, relate Marjolaine Rompré. L'employé est vraiment au volant de sa carrière.»


C'est bien ce que les jeunes travailleurs recherchent, selon elle. «Quand on est jeune, on veut changer le monde!»


Cliquez ici pour consulter le dossier «Mesurer et optimiser vos RH»

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. L'industrie alimentaire cherche à s'adapter aux nouvelles exigences des consommateurs, de plus en plus...

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.

À surveiller: CP, TFI et Stryker

Que faire avec les titres de CP, TFI et Stryker?